Les Nuits Secrètes 2010

par |
Chaque année, c’est au milieu d’une fête foraine dans la petite ville d’Aulnoye-Aymeries, à la frontière belge, que s’installe un festival grandissant qui attire de plus en plus de monde. Les Nuits Secrètes, ou comment offrir au public des concerts gratuits ou à prix très réduits, pendant trois jours, avec une réelle ambiance de festival et une envie d’y retourner dès lors que l’on en est parti.

Vendredi 6 août, le festival s’installe doucement et accueille ses premiers festivaliers. Même si la majorité semble venir de la région du Nord, on rencontre quelques Britanniques, Belges ou même Allemands dans la fosse. Profitant de la période estivale, beaucoup n’ont pas hésité à poser leur tente au camping du festival pour les trois jours.

Cette année, deux scènes : d’une part, la Grande Scène, entièrement gratuite, qui verra défiler pour ce premier jour quelques têtes intéressantes, telles que Triggerfinger, l’incroyable Staff Benda Bilili ou le décapant Étienne de Crécy.

Sur l’autre scène, le Jardin, plus petit, l’entrée est à bas prix, et la réussite de cette première journée est incontestablement Wax Tailor, précédé par The Tallest Man on Earth, pour lequel des fans se sont déplacés sans hésiter. L’ambiance est bonne, la foule se déplace entre les deux scènes, s’arrête en passant à la fête foraine, profite du soleil, et les portes se ferment au petit matin après quelques sets électros d’Huoratron et Étienne de Crécy.

Samedi, la journée commence fort, et s’annonce terriblement riche… mais cette fois, le soleil n’est pas de la partie. La pluie s’abat sur la région depuis la matinée, et ne cessera guère jusqu’au coup de sifflet final. Mais il en faut plus pour décourager un public nordiste !

Aussi, les fosses se remplissent sans problème pour accueillir les Lillois de Shiko Shiko, le rock belge de Vismets ou encore le psychédélisme des Sleepy Sun. La journée est prometteuse, on enchaîne avec Black Box Revelation au Jardin avant que la Grande Scène ne lève le rideau sur les magiciens de Gotan Project, qui en auront fait danser beaucoup sur des airs tango et espagnols !

Le public est trempé, mais chaud, à point même quand les Dandy Warhols entrent en scène. La foule se resserre et se fait de plus en plus nombreuse, à tel point que les portes du festival se ferment un instant. Ça chauffe, les Dandy Warhols sont très attendus par beaucoup, qui ont vu dans les Nuits Secrètes une occasion incroyable de les voir enfin sur scène. Le verdict est mitigé, certains sont un peu déçus, mais en tout cas l’ambiance était là et le groupe a fait un carton plein.

Dimanche, troisième et dernier jour. Pour l’occasion, les concerts commencent un poil plus tôt, mais commencent fort. Le groupe Gush ouvre la journée sur la scène du Jardin, toujours autant apprécié de ceux qui les ont suivis cette année, ainsi que de ceux qui les découvrent ce jour-là !

Sur la Grande Scène, c’est Bazbaz et sa chanson française qui ouvre la journée, sitôt suivi de Bonaparte, un groupe pour le moins surprenant qui offre un visuel sans comparaison… le public semble ravi, un peu moins pour les parents ayant amené leurs enfants, devant les allusions un peu légères des danseuses…

Pendant ce temps, Get Well Soon enchaîne le pas, suivi par les musiciens d’I’m From Barcelona, toujours aussi délirants, nombreux, talentueux, plein d’énergie… une bouffée de joie et de bonne humeur !

Sur la Grande Scène, le final est donné avec brio avec George Clinton, qui apparaît après une longue intro d’un solo de guitare, et offre un spectacle sans commune mesure, où se mêlent par dizaines des musiciens de tout âge, des danseurs, l’humour et les sentiments. Au pied de la scène, on a des frissons, c’est juste un superbe final de festival, même si c’est Andy Smith et Keb Darge qui clouteront plus tard le festival au petit matin.

C’est officiel, c’est une édition une nouvelle fois réussie pour ce festival qui offre une véritable bouffée culturelle à la région chaque année !

Crédits photo : Marion Agé

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Photographe lilloise de 25 ans tombée soudainement dans la fosse des photographes de concerts, passe dorénavant la majorité de ses soirées à allier la passion de la photographie à la (re)découverte des groupes en concert dans son grand nord. Des sonorités post-rock, post-métal ou plus rock dans les oreilles, elle s'adonne avec plaisir au roller et à la basse.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 2 mai 2011
    Sabine a écrit :

    Il me semble que le site de référence (rubrique « en savoir plus ») n’est pas le bon…

  2. 2
    le Jeudi 5 mai 2011
    Marion Agé a écrit :

    Sabine, le lien me semble correct ! Le site a juste été mis à jour pour la nouvelle édition 2011.

Réagissez à cet article