Les Fatals Picards, comme à la maison | Alès | 21.07.2013

par |
Ils sont passés à de nombreuses reprises dans le département du Gard ou autour d'Alès ces derniers mois, mais nous pouvons souligner que, encore une fois, les foules se sont déplacées pour assister à ce nouveau show des Fatals Picards. Même si les Fatals Picards étaient à l'affiche des Rocktambules (le 1er Juin) ou de l'Aluna (le 13 Juin) il y a quelques semaines, c'est à domicile que Jean-Marc Sauvagnargues, batteur du groupe, va évoluer. Un concert entre amis, en famille... et comme à la maison. L'alésien que je suis fêtait, aussi, son 10e concert des Fatals Picards.

Les Fatals Picards

Ce concert gratuit qui s’est tenu à la place des Martyrs de la Résistance (« mais était-elle Gaulliste ou… ? » comme l’a souligné Billy, le guitariste) a forcément attiré une tranche de la population complètement hétéroclite : de cars entiers du troisième âge à un public bien plus jeune qui s’amassait dans la fosse, on sentait qu’il y avait encore beaucoup de novices au plus proche de la scène. Un mélange des générations placé sous le signe du festival des Fous Chantants qui a eu le don de créer une voie royale pour Paul, chanteur et vanneur du groupe, particulièrement en forme hier soir.

Les Fatals Picards, eux, ne s’y sont pas trompés : s’ils ont bien senti qu’ils auraient une majeure partie du public vieillissante face à eux, il y avait bien des fans dans les travées qui ont cherché à donner le pulse au restant des spectateurs. Dans un traditionnel registre « rock crétin » complètement assumé, le groupe a taillé à tout va en s’en donnant à cœur joie. Musicalement costaud et scéniquement au poil, le départ d’Ivan paraît à présent bien loin.

Comme nous l’avons entendu à de nombreuses reprises lors de leurs précédents concerts cette année, les Fatals Picards sont en pleine phase de promo sur leur nouvel opus, « Septième Ciel », qui doit sortir le 14 octobre 2013. En gardant le meilleur du Tour « Coming Out » (2011), ils y agrémentent désormais une paire de nouveaux tracks avant de lancer officiellement la nouvelle tournée. Dans le même esprit que « Le Sens de la Gravité » (2009) et « Coming Out »(2011), les Fatals Picards version 2013 déboulonneront sans concession : de Robert, l’alcoolo, qui s’est révélé être très bien travaillé mélodiquement, ou d’un Punk au Liechtenstein bougrement agressif, ça peut également twister à mort sur Twist à Fukushima !

Les Fatals Picards

En zappant volontairement une bonne partie des morceaux de  »Coming Out » pour en garder les meilleurs (le roots rigolard du Retour à la Terre avec ses « elle est pas belle, la vie, pour le dernier des hippies ? ») le groupe a clairement tapé dans la setlist de ses grands classiques « récents » : de l’excellent album  »Pamplemousse Mécanique » (2007), les Fatals Picards se sont franchement bardés à ressortir des tracks tels que La Sécurité de l’Emploi, Moi Je Vis Chez Amélie Poulain, le délirant Bernard Lavilliers ou l’incontournable Djembé Man. Entre les « vous savez ce que c’est, un djembé ? » en direction du troisième âge ou des  »vous m’entendez jusqu’à là bas ? il y a peut-être une différence de son ! »Paul aura tenté à de multiples reprises d’allumer la mèche du côté des gradins.

Décidant d’accorder un moment de gloire au batteur « fils du pays », Paul s’est gentiment fait sortir de la scène pour laisser Jean-Marc, interpréter la tant attendu Mon Père Était Tellement de Gauche... qui a eu l’effet de réveiller une partie du public, sourire aux lèvres. Du même gabarit, la poilante « chanson interdite », Le Jour de la Mort de Johnny, a pu également retentir en toute discrétion ! Elle, qui avait été interdite par Universal pour figurer sur l’avant dernier album des Fatals Picards, avait provoqué un véritable tollé lors de l’annonce du retrait de leur tracklist. Mais entre nous, on ne va rien se cacher…

Mais les Fatals Picards n’ont pas pourtant oublié leur très réussi  »Le Sens de la Gravité » (2009) niveau son : toujours dans la parodie, on apprécie les piques à Renan Luce et sa lettre sur Le Combat Ordinaire, l’auto-dérision sur les Enfoirés avec C’est l’Histoire d’une Meuf, les gros fachos de supporters sur l’excellent et tripant Les Princes du Parc ou encore la deuxième version d’une souffrance propre à l’Homme, Seul et Célibataire II.

Les Fatals Picards

Lancé dans une course poursuite de vannes envers la scène française :  »on va faire du Jennifer ! » où une fan s’est empressée de crier « ouiiii ! » et s’est immédiatement tapé la honte, Paul a dégainé sur tout ce qu’il pouvait. De l’humour contre Sexion d’AssautJenniferSuperbus aux slogans écolos à la sauce Tryo« vous ne pensiez pas que nous allons jouer plus d’une heure ? C’est un concert gratuit. Enfin, non, un concert avec vos impôts ! ». Rien ne vaut pas un tour de chauffe pour calmer ces hardeurs : un bon vieux 30 Millions de Punks (Punkachien) et tout le monde est calmé (même la fan de Jennifer).

Mais après plus d’1h20 de concert, les Fatals Picards en avaient encore sous le coude : généreux et franchement sincères, le rappel a été boulégant ! Sous cette chaleur monstre, ils ne pouvaient pas partir sans jouer leur « tube » réalisé pour l’Eurovision, L’amour à la Française. Dédicacée aux filles, cette chanson a appelé celle des mecs… En prenant tout le monde à contre-pied, les Fatals Picards nous ont sorti le grand jeu avec une version énervée de Sans Contrefaçon, de Mylène Farmer. Avec un Paul déchaîne et d’attaque sur la triptyque Noir(s)qui reprend les hits de Bérurier Noir (Salut à Toi), Noir Désir (Comme Elle Vient) et Mano Negra (Mala Vida), l’heure de la débauche a sonné ! Manquant de près de se fracasser la tête sur le crash barrière au moment de slamer, Paul fut à deux doigts de l’accident… mais le pire a été évité.

Drôles, francs et généreux, les Fatals Picards sont plus rock que jamais. Avec un set bien huilé et clairement agité, on savait tous que Paul avait de vieux relans punk qui traînaient depuis des années… ils ne font que se manifester au grand jour. « Un grand merci aux Fous Chantants pour l’invitation, car on s’appelle pas Christophe Maé ». Ils ont bien conclu.

Crédits photos : Photolive30 (Olivier Audouy)

 

 

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 23 juillet 2013
    Référencement (Gard) a écrit :

    Content que les Fatals Picards soient revenus au « bercail », au moins le temps d’un concert :)

Réagissez à cet article