Les 3 p’tits cochons

par |
Sorti au Canada il y a tout juste un an de cela, le film y a déplacé les foules et a été l’un des films les plus vus en 2007. Vu en avant-première en France lors du festival Paris Cinéma, sa sortie hexagonale aura pourtant été plutôt discrète.

3cochonsEt c’est d’autant plus dommage que ce premier long-métrage du réalisateur Patrick Huard n’a rien à envier au cinéma français, tant au niveau du jeu des acteurs qu’à celui de son scénario.

Inspirée du célèbre conte, l’histoire du film est universelle : trois frères se retrouvent à l’hôpital au chevet de leur mère plongée dans le coma. Un rapprochement qui va être propice aux confidences des trois hommes sur leur conception de l’amour et de la fidélité. De paille, de bois ou de briques, chacun bâtira son histoire et ses relations à partir de fondations qui leur sont propres.

Et l’aîné – le plus rangé des trois – n’aura de cesse de conseiller à ses cadets de ne jamais céder à une tentation qui pourrait leur être fatale si jamais ils venaient à se faire pogner . Mais tout n’est pas si simple : le grand méchant loup rôde. et les personnages, loin d’être parfaits, vont se retrouver confronter à leurs propres démons.

Loin de tomber dans les clichés, Patrick Huard traite le thème de l’infidélité avec une sensibilité relevée d’une pointe d’humour. Les expressions canadiennes croustillantes à souhait, nécessitant la plupart du temps un sous-titrage en VF, déclenchent facilement sourires et éclats de rires. Sans oublier les scènes d’amour qui en feront rougir plus d’un.

L’éternel sujet des relations de couples est traité ici avec brio. Les 3 p’tits cochons va au-delà de la simple comédie en abordant avec pertinence la psychologie humaine. Drôle et intelligent.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Après une courte et intense carrière dans le monde du marketing, Anne-Laure s'est lancé dans la grande aventure! En 2009, elle intègre l'Institut des Métiers de la Communication Audiovisuelle en Avignon, et sait à présent manier avec dextérité caméras, appareils photos, microphones et bancs de montage en tous genres. Elle apporte son soutien journalistique à la rédaction de radio Raje en Avignon en réalisant interviews et chroniques. Discordance, elle l'a vu naître et grandir, faire ses premiers pas sur la toile, et participe de manière épisodique à son contenu rédactionnel. Bref, vous l'aurez compris, Anne-Laure touche à tout, l'image, le son, l'écriture, mais elle aime aussi les éclairs au café, qu'on lui raconte des histoires d'amour, le Japon, l'accordéon, les abricots, les sorties en raquettes, les jeux de société, les voyages (pas organisés), les apéros entre amis, le clafoutis aux cerises et le bon vin.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 13 août 2008
    Dahlia a écrit :

    Les québécquois peuvent vraiment nous en remontrer sur le thème de la comédie de moeurs surtout depuis les films de Denys Arcand… « Le déclin de l’empire américain », indémodable!

Réagissez à cet article