Les 3 Elephants

par |
Retour sur un week end en Mayenne placé sous le signe de l'éclectisme et de la bonne humeur ! Neuvième édition déjà, pour un festival à l'atmosphère unique.

Vendredi – to be funky or not to be

3elepants-2L’originalité du festival des 3 éléphants, c’est une programmation mêlant bêtes de scènes confirmées et talents à découvrir, mais aussi une décoration pleine de trouvailles qu’on a le temps d’admirer en attendant le début des festivités ! Un éléphant trône sur la colline, des bulles volent dans les airs (et non le contraire), et un mur a été mis à la disposition du collectif de graffeurs les Cowboyz pour toute la durée du festival.

Les artistes se produiront sur la grande scène, la scène blanche ou sous le chapiteau.C’est Dominique A qui inaugure la grande scène, lui qui fut à l’origine il y a déjà plus de dix ans d’un certain renouveau de la chanson française. Très concentré, il est accompagné du guitariste Olivier Mellano avec qui ils créent une réelle atmosphère, propice à cette fin de journée… Plus tard dans la soirée, c’est dans un style bien plus funky que la légende tant attendue Maceo Parker (ex saxophoniste de James Brown, George Clinton ou encore Bootsy Collins ) fait son entrée, devant un public qui s’est déjà bien échauffé au son de ses musiciens. Et c’est la grande classe ! Il fera le show pendant près d’une heure et demie mixant funk, soul, jazz et
terminant le set par un bel hommage à Ray Charles, lunettes noires de rigueur.

Sous le chapiteau, le hip hop est à l’honneur. C’est le rappeur Roce qui remplacera finalement K’naan . Il présente son concept d’ » identité en crescendo  » selon lequel les morceaux gagnent en puissance au fur et à mesure du concert. Malheureusement, il est accompagné d’un DJ un peu mou et le public se montrera plus réceptif aux performances beatbox de Tez . Seul avec son micro, il assure les basses, les beats, le scratch et fait danser tout le chapiteau. La tension monte encore d’un cran quand c’est au tour des cinq autrichiens de Bauchklang d’entrer en scène et d’enchaîner  » Rythm of Time « , » Barking News  » ou encore  » Record « , extraits de leur dernier album,  » Many People « . Leur  » vocal groove project  » fait voyager le beatbox du hiphop à la trance en passant par la soul et on n’a pas le temps de souffler ! Ils seront rejoints par Tez le temps d’une session et quitteront la scène après un rappel unanime, le sourire aux lèvres…

Les membres de Dionysos ont alors déjà commencé à enflammer la grande scène de leurs contes rock déchaînés, et n’ont encore une fois pas failli à leur réputation de bêtes de scène (bien que des habitués du show le trouvent
cette fois relativement calme). Mathias se laisse tenter par le slam à deux reprises et joue constamment avec le public. Le seul incident notable est l’arrivée d’une chaussure sur la « pauvre violoniste d’1m50« , dont le propriétaire s’est fait huer comme il se doit.

Le rock continue avec les trois frères mancuniens de Kill The Young qui nous servent la fraîcheur de leur premier album, porté par le single  » Origin of Illness « , et provoquent illico un pogo d’enfer. Les morceaux s’enchaînent
avec énergie et malgré quelques soucis de micro, Tom, le chanteur, se donne à fond sur  » No Problems  » et  » All The World « . Après avoir fait un tour au reggae-rock de Winston Mc Anuff et son Bazbaz Orchestra, nous laissons le soin à Para One de clore la soirée de ses beats electro endiablés…

Samedi – Et je remets le son…

imagePendant que les festivaliers se remettent doucement de leur soirée à la terrasse d’un café de Lassay-Les-Châteaux ou devant une partie de boules dans le parc, des compagnies de spectacle de rue investissent la ville et proposent théâtre, jonglage et acrobaties. Une bonne façon de passer l’après midi avant de goûter dès 19h à la pop rock en français des attachants
rennais de Montgomery. Les paroles sont volontairement absurdes et les arrangements de guitares saturées et de claviers peuvent parfois dérouter mais ils se font plaisir et c’est communicatif !

Le marseillais Jehro a quant à lui choisi de chanter en anglais et en espagnol sur des rythmes tout droit venus des Caraïbes: considérez ça comme une invitation au voyage… Même s’il s’aventure sur des terrains déjà explorés par Jack Johnson par exemple, on se laisse bercer.

La soirée devient un peu plus survoltée quand le déjanté Katerine investit la grande scène. Mascara et petite fleur dans les cheveux, le ton est donné: place à la dérision. Accompagné de ses musiciens, les Little Rabbits, le dandy nous emmène danser au Louxor et ne se gêne pas pour couper le son… et le remettre bien sûr. Il invite sur scène une demoiselle le temps d’un  » je suis dans la merde et je vous emmerde  » et pour le rappel, ses Little Rabbits se sont vêtus de t-shirts verts et slips violets, à l’image de la pochette de l’album. Le show excentrique se termine quand Katerine jette son boa rose dans la foule. Peut être à Maxime de Champion, qui assistait au concert…

Sous le chapiteau, c’est encore la fête au funk puisque la diva Sharon Jones vient de demander la permission au public de retirer ses boucles d’oreilles et ses chaussures, histoire d’être à l’aise pour revivre l’âge d’or de la soul. Puis, les lumières s’allument sur le trip-rock d’ Archive quand les premières notes de  » Lights  » (également le nom du dernier album du groupe) se font entendre. Le piano et la batterie arrivent à un rythme hypnotique au moment
où le chanteur Pollard Berrier fait son apparition sur scène et ne craint pas de tenir les notes, renforçant l’intensité du morceau. S’enchaînent ensuite sans trêve des titres du dernier album, dont le single  » System « , mais également quelques désormais classiques du groupe. On reprend avec Dave Penn  » so fuck you anyway  » et on trépigne en attendant la montée en puissance d’ » Again « , sous un jeu de lumières puissant (et de circonstance !). Quand Pollard revient pour un rappel avec le paisible  » Fold « , le public décide tout simplement de s’asseoir pour mieux apprécier le spectacle !

Il nous confiera que c’est bel et bien la première fois qu’il voit ça. Mais on ne fait pas un festival pachyderme tous les jours…

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

11 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 19 août 2006
    Romain/Franky bee a écrit :

    Vu que je n’étais pas là pour les 3 éléphants (j’étais parti retrouver le 4e égaré dans les forêts landaises), je ne pourrai pas commenter ta revue chère Julia. Mais je dois dire qu’elle est bien complète et que tu me fais regretter de ne pas y être allé !

    Continue à me faire découvrir tant de choses !

  2. 2
    le Lundi 21 août 2006
    Anonyme a écrit :

    yep… c’était bien !
    radis. zaplus.

    http://www.lescowboyz.com

  3. 3
    le Mercredi 23 août 2006
    Pascal a écrit :

    Excellente review. On s’y croirait !
    Ah et puis au fait: BIENVENUE parmis nous ;o)

  4. 4
    le Mercredi 30 août 2006
    lucie a écrit :

    rôh! c’est déjà fini?
    je crois que j’ai loupé quelque chose en n’y allant pas….surtout pour Archive et Katerine….snif

  5. 5
    VIOLHAINE
    le Jeudi 31 août 2006
    VIOLHAINE a écrit :

    Ouaip, bienvenue, Julia !
    (8

  6. 6
    le Jeudi 31 août 2006
    Julia a écrit :

    Merciii !
    Je me plais déjà !
    :)

  7. 7
    le Samedi 2 septembre 2006
    Kyra a écrit :

    Salut Julia, avant tout bienvenue au sein de l’équipe et un grand bravo pour cette review, complète et alléchante. Ravie que tu aies passé un bon moment et merci de nous le faire partager. Au plaisir de te lire à nouveau.

  8. 8
    le Vendredi 24 novembre 2006
    anto a écrit :

    Salut Julia,

    Personnellement je trouve ça plutot complet aussi, ceci dit citons les artistes qui font en partie l’ originalité du fest..tu as du te coucher très tôt le samedi !!!

    Car tu as loupé le duo Gong gong, le jeune mais géant SURKIN, de la troupe Institubes ainsi que les Lyonnais « Les gourmets ».. et je ne parle pas de la prestation de LA CAUTION qui a littéralement mis le feu, avec l’ aide de Tez également…et comment oublier la prestation des énormes suisses REVERSE ENGENEERING et KAP BAMBINO ???

    Avec Bauchklang et Champion, ce sont les artistes qui m’ ont fait vibrer pendant ce fest.

    Merci les 3 elephants !

  9. 9
    le Dimanche 15 juillet 2007
    lagerm a écrit :

    l’elephant au dessus de la colline c’est moi et un pote qui l’avons fait !!! ça fait trop plaisir de le voir sur internet

  10. 10
    le Lundi 16 juillet 2007
    Julia a écrit :

    Il était bien mignon :)
    Vous faites quelque chose cette année ?

  11. 11
    le Mardi 31 juillet 2007
    Anonyme a écrit :

    Pour ma part le festoch vient de passer et la prog etait super. Je faisais parti de la brigade rose. Une troupe ayant pour but de sensibiliser les festivaliers à la propreté dans les festoches. On arrose les gens avec des pistolets a eau et comme le nom de la troupe l indique nous sommes en rose donc reperables.

    Voila ctte annee etait un bon cru !!!! A plus

Réagissez à cet article