Lemmy – Le Documentaire

par |
Rencontre avec les réalisateurs Greg Olliver et Wes Orshovski du film/documentaire sur Ian Fraser Kilmister plus connu sous le nom de 'Lemmy' Kilmister, célèbre leader de Motörhead. En combinant la vidéo HD et le film 16 mm, ils ont passé plus de 2 ans à ses côtés. En plein backstage, concerts, au casino en passant par le bar préféré de Lemmy, le documentaire inclut des témoignages comme ceux d'Ozzy Osbourne, Peter Hook, Billy Bob Thornpton...

C’est avec une certaine décontraction et sur fond de rock’n'roll que Greg et Wes nous livrent quelques anecdotes sur le film à l’occasion de sa sortie en DVD et en Bluray.

Qui a eu l’idée du film ?

Image de Lemmy Wes Orshowki : Greg et moi avions commencé à travailler sur un autre film ensemble (Burning Spear). Il dirigeait et je coproduisais avec lui. On voulait trouver une idée de film que nous pourrions produire et diriger ensemble. On pensait à un sujet cool, un truc qui déchire… du rock’n'roll ! J’avais écouté les enregistrements de Lemmy avec The Head Cat, les mois précédents. Et j’ai dit : « Hey, tu sais ce qui ferait un film génial…? Lemmy ! » Il y a une dimension autour de lui, vous voyez ? Je veux dire c’est Lemmy, mais il y a tant à dire sur lui, entre Hendrix et The Head Cat.

Lemmy a une collection imposante sur le IIIe Reich dans son musée/appartement… Vous avez été impressionnés ?

Greg Olliver : À propos de sa collection de guerres ? ll a une collection très impressionnante chez lui : des couteaux, des tenues, des objets divers et variés. Je pense qu’il aime simplement l’aspect de ces choses. Il est un grand fan des guerres. Il lit tout à propos des guerres, il regarde les chaînes télévisées exclusivement consacrées à la guerre : Lemmy est une encyclopédie marchante. Il connait la Première Guerre mondiale. Il aime les tanks, les avions. C’est une personne vraiment unique.

Wes Orshowki : C’est incroyable tout ce qu’il sait, à propos de la Deuxième Guerre mondiale en particulier. Par exemple les livres d’histoire disent une chose, mais Lemmy connait mieux que les livres, parce qu’il a lu tous les livres et qu’il connait les erreurs dans tous les livres. Moi j’aime les posters de rock, je les collectionne. Lui aime la Seconde Guerre mondiale. Comme l’a dit Greg, il a tout, des insignes aux couteaux espagnols, toutes ces choses… C’est juste ça, vous savez, tout le monde collectionne quelque chose comme il dit.

Au début du documentaire, nous avons une séquence au casino… Le jackpot que Lemmy a remporté… c’est vrai ? A-t-il vraiment gagné ce numéro 7-7-7 ?

Greg Olliver : Oui c’est vrai. Il y a plein de choses dans le film qui nous ont surpris quand elles sont arrivées. Comme Lemmy qui parie et qui obtient un 7-7-7. Pendant que je filmais ses mains, c’est complètement vrai. Comme à l’école où Lemmy a été viré, on n’avait pas vraiment prévu, on tournait juste le matin, ils nous ont laissé entrer, les enfants étaient là et il y en avait un qui connaissait Ace Of Spades et l’a joué au piano. On ne l’avait pas prévu, ce n’est pas de la mise en scène. Ou encore chez le disquaire, quand il cherche le coffret remastérisé des Beatles, mais n’est plus disponible. Il s’énerve, la propriétaire du disquaire apprend qu’il est là et lui donne sa copie. Toutes ces choses « cool » arrivaient quand nous filmions. On n’aurait jamais pensé qu’elles arriveraient, mais c’est là. Même si ça a l’air faux et que beaucoup de gens pensent que c’est faux, c’est bel et bien vrai.

Wes Orshowki : C’est amusant parce que pendant longtemps, Greg disait : « Je ne veux pas qu’on garde cette prise, je ne veux pas garder ce plan de ce mec qui lui offre sa copie, ça donne trop l’impression qu’on l’a mis en scène, on dirait une émission de télé-réalité », mais ça s’est vraiment produit.

Quelle est votre chanson préférée de Motörhead ?

Wes Orshowki : The Chase is better than the catch. J’aime celle-là. C’est groovy, sexy… osé !

Greg Olliver : Chaque fois que nous sommes allés à des concerts, chaque fois c’est une autre musique qui devenait ma préférée, mais la plupart du temps quand ils jouent en live, je préfère Over the Top. C’est une chanson vraiment fun, rapide. On dirait que Lemmy s’amuse beaucoup quand il la joue, il bouge beaucoup. J’aime Over The Top.

Wes Orshowki : Mais il y a des fois, je veux dire pendant longtemps nous avons été en tournée et nos chansons favorites changeaient chaque soir. Comme Killed By Death : juste parce qu’il y a de la puissance sonore. Overkill aussi… On adore tous les deux Overkill !

Au final, c’est un film vraiment intime…

Greg Olliver : Oui, ça l’est, sinon ce ne serait pas un bon film. Nous avons voulu être aussi proches de Lemmy qu’on le pouvait. C’est pour ça aussi que nous avons mis 3 ans et demi à faire ce film : ça prenait du temps d’avoir le droit d’aller dans des endroits où normalement nous n’aurions jamais eu le droit d’aller avec nos caméras… Comme dans son appartement, les coulisses, quand il se change après un concert… J’espère que ça valait le coup parce que nous voulions que le spectateur ait l’impression de faire vraiment la connaissance de Lemmy. Bien plus que le simple homme sur scène.

Vous êtes prévenus. Lemmy sur scène… Lemmy dans son appartement… Lemmy avec son fils… Lemmy aux jeux vidéos : tout ceci résume très bien l’ensemble du documentaire. C’était l’objectif de Greg et Wes… Intime et Rock’n'Roll ! Fans de Motörhead, pensez à Noël...

Crédit photos : Léna T.

Partager !

En savoir +

Lemmy
Greg Olliver Wes Orshowki – 2010 – Etats-Unis – Version anglaise sous-titrés

Site officiel : http://www.lemmymovie.com/
Greg Olliver :
http://www.gregolliver.com/home.html
Wes Orshowki : http://www.wesorshoski.com

A propos de l'auteur

Image de : Issue des industries graphiques, je collabore occasionnellement pour Discordance, l'œil au viseur avec carnet & stylo dans ma poche.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 29 décembre 2010
    Blusher a écrit :

    Il faut que je vois ça! Ma rencontre avec le bonhomme il y a une quinzaine d’années m’avait fait forte impression. Excellente interview.

Réagissez à cet article