Leiden – Dualité

par |
Un bout de temps déjà que le nom de Leiden fleurissait un peu partout sur les affiches de concert, sur le web et dans la presse dite - le plus souvent à tort - spécialisée. Et pourtant jusqu'à très récemment jamais je n'ai eu la curiosité d'y jeter ne serait-ce qu'un bout d'oreille. Grave erreur, comme vous allez pouvoir le lire..

leidenCommençons tout d’abord par les présentations d’usage. Leiden se forme en 2000, date à laquelle le groupe sort sa première démo. Très vite il intègre le fameux collectif toulousain Antistatic ( Psykup, Sidilarsen, Delicatessen, Mary Slut ) et après un premier maxi et quelques changements de line-up, enregistre son premier album Empty qui verra le jour en 2003. Une tournée nationale et une signature chez Jerkov Musique plus tard et voici que sort en octobre 2005, Dualité, second album studio du groupe. Et autant le dire tout de suite, ce dernier opus place la barre haut… très haut.

Grosses guitares et chant féminin. Visiblement le concept a le vent en poupe ces derniers temps et on ne peut pas dire qu’il soit spécialement novateur, tant il a déjà été décliné sous toutes ses formes possibles et imaginables, de la plus extrême à la plus pathétiquement commerciale. Néanmoins Leiden réussi à échapper à toutes les comparaisons et à tous les clichés.

Dualité…..

Le titre n’aurait pu être mieux choisi tant il résume à la perfection la musique de Leiden . Dualité des voix entre le chant guttural de Wilfried (guitare, machines), arrivant toujours à point nommé pour mettre en valeur le timbre magnifique de Bérangère, la chanteuse. Dualité des ambiances entre gros riffs death et superbes arrangements aériens. Dualité entre rage et mélancolie, noirceur et lumière. Le groupe joue de ce contraste, l’utilise comme fil conducteur de l’album pour lui donner toute cette richesse et cette profondeur qui font que de la première à la dernière piste, l’auditeur est comme envoûté par cette musique venue d’ailleurs.

Leiden abat toutes les barrières entre les genres, se joue des étiquettes, ose tout et surtout réussi tout. Un mélange improbable d’influences si différentes et qui néanmoins se conjuguent à merveille. Le résultat est impeccable et marque l’émergence d’un grand nom de la scène hexagonale. Ajoutez à cela une production irréprochable et un artwork magnifique et vous obtenez un CD à posséder absolument pour l’un des groupes les plus excitants qu’il m’ait été donné d’entendre depuis longtemps.

Antistatic est décidément un formidable vivier de talents, il vient de nous le prouver une fois de plus. Et si le renouveau du rock était toulousain ?

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article