Le Choc des Titans – Visuellement bluffant

par |
Remake du péplum de 1981 du même nom, Le Choc des Titans veut être visuellement impressionnant à défaut d’avoir un scénario réellement convaincant.

Image de Le Choc des Titans

Né d’un dieu, mais élevé comme un homme, Persée ne peut sauver sa famille des griffes de Hadès, dieu vengeur du monde des Enfers. N’ayant plus rien à perdre, Persée se porte volontaire pour conduire une mission dangereuse et porter un coup fatal à Hadès avant que celui-ci ne s’empare du pouvoir de Zeus et fasse régner l’enfer sur terre.

Le Choc des Titans tient réellement bien son nom : le titan moderne Hollywood contre un titan antique, la mythologie grecque. Ce dernier laisse l’imagination débordante de certains pour satisfaire la demande d’un public qui ne demande qu’à être impressionné. Avec ce remake version 2010 (et donc 3D) du Choc des Titans, ce serait se mentir que d’affirmer le contraire. Des scènes visuelles ahurissantes qui amènent le spectateur vers le choc final avec le Kraken, qui pour le combat mérité le détour. Même si la Warner a voulu passer le film de la 2D à la 3D pour des raisons économiques que l’on connaît tous (le succès d’Avatar), on ne peut pas nier que rien que pour son physique, ce péplum vaut le coup d’œil.

Mythologiquement, Le Choc des Titans est un peu plus erroné. Déjà lors de sa version originale en 1981, la version cinématographique transformait l’histoire mythologique de Persée, au point d’opposer les Dieux entre eux et Persée à Hadès (ce qui dans la mythologie est faux, bien au contraire). Il y a une multitude d’inventions et de déviations dont l’énumération serait fastidieuse. Tout ça pour dire que Hollywood sait mettre la mythologie à sa propre sauce, quitte même à faire hérisser les poils de nos spécialistes de l’Antiquité. Il mixe un gros bol de mythologie grecque à de la mythologie mésopotamienne (les Jinns, ces espèces d’humains robotisés) ou scandinaviennes (le Kraken est à la base une invention scandinave). Le résultat se laisse apprécier à la guise du spectateur.

Dans cette touche made in Hollywood il y a tout de même beaucoup de ridicule. À l’image d’un Zeus boule à facettes, de sorcières du Styx un peu spéciales, Hollywood transforme à sa guise et y ajoute sa touche. On ressent aussi cela au casting : si Ralph Fiennes s’en tire plutôt bien (habitué au rôle de méchant), Liam Neeson n’apparaît qu’avec parcimonie, et ce n’est pas plus mal.

Image de Le Choc des Titans

Le comble reste pour Sam Worthington, le héros schtroumpf d’Avatar, qui n’arrive pas à donner une hauteur à son personnage, et qui joue très mal. On se retrouve même avec l’animateur du Grand Journal de Canal+, Mouloud Achour (qui avait déjà tenté quelques apparitions au cinéma). On peut au moins se satisfaire des prestations de Mads Mikkelsen (Le Roi Arthur, Le Guerrier Silencieux) ou de Hans Matheson (Sherlock Holmes, The Tudors). À la réalisation, Louis Leterrier, un français à Hollywood, signe au moins là son film le plus abouti après Danny The Dog ou L’Incroyable Hulk.

Un péplum épique on ne peut plus hollywoodien qui saura ravir les amateurs de sensations fortes, mais pas forcément ceux de mythologie. On aurait préféré quelque chose de plus réaliste, moins naïf et surtout mieux interprété. Mais on ne boudera pas son plaisir devant un spectacle visuel aussi titanesque.

Partager !

En savoir +

Le Choc des Titans (Clash of the Titans), de Louis Leterrier
Dans les salles depuis le 7 avril 2010
Avec Sam Worthington, Liam Neeson, Ralph Fiennes,…
Long-métrage américain, 2009. Fantastique, aventure, historique, action
01h58min
Distribué par Warner Bros. France

Site officiel
Allociné
| Imdb

Bande-annonce :

A propos de l'auteur

Image de : Christopher (ou Cine-emotions dans le sévère monde de la critique), encore étudiant en Histoire Culturelle et Sociale, prépare actuellement son mémoire sur le rock britannique. D'ailleurs il est un amateur de musique rock, le genre qui envoie et qui en même touche au plus profond, de Muse à Marilyn Manson en passant par Radiohead et bien d'autres. Son dada : le rock britannique dans toute sa splendeur. Sinon, Chris est aussi (et surtout) un amoureux du cinéma (du drame au film d'horreur en passant par le film historique), qui tente d'exposer son avis à travers ses critiques qu'il espère pertinentes. Son rêve : devenir journaliste, et si possible dans les deux domaines qu'il vient de citer. Sinon, Chris est aussi un amoureux de la vie, et il aime quand la curiosité vient frapper à sa porte. Il se fait actuellement les dents (ou les doigts) sur Discordance et sur son blog.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article