Ladytron – Velocifero

par Arno Mothra|
Ladytron fait partie de ces groupes underground à l’ascension fulgurante : leur premier album « 604 » sorti en 2001 avait réjoui la critique, le second « Light & Magic », un an plus tard, leur a forgé d’une solide réputation, et le dernier, « Witching Hour » en 2005, a carrément bénéficié de hits mémorables tel « Destroy everything you touch ».

ladytron-velocifero-coverC’est l’effervescence chez les fans depuis quelques semaines : nouveaux titres en écoute sur Myspace (dont un proposé en téléchargement gratuit, élan publicitaire très en vogue depuis quelque temps), date de sortie de la galette arrêtée au 3 juin. Ladytron est de retour et fera du bruit, qu’on se le dise. En général, ce genre d’annonce frustrante dissimule surtout un vide incomparable censé remplir le ventre d’un public qui crie famine; la dure loi du capitalisme. À quelques exceptions près, car Ladytron est devenu une référence majeure. C’est donc avec une légère appréhension que débute l’écoute de Velocifero .

Avant de se prendre une nouvelle fois une grosse claque dans la gueule. Sans trop s’éloigner de l’univers originel du groupe, Black Cat ouvre le disque accompagné d’un ton formel : chant bulgare de Mira Aroyo (glacé et tellement chaud), percussions directes et plus « live », lignes électroniques hypnotisantes. On se rassure, c’est du (bon) Ladytron, léché d’un petit quelque chose en plus, comme une friandise dont on aurait honte de ne savourer que le sucre.

Alors vient Ghosts, le second morceau et premier single extrait, et là, c’est le choc : le groupe, de plus en plus éclectique depuis Witching Hour, se paie le luxe de quelques guitares restées branchées depuis les 70′s et les années rock post-psychédélique. Ça sent bon le cinéma, que ça sent bon le David Lynch, l’ Orange Mécanique, les pattes d’eph’, les premières soirées punk-goth et les premiers grands films de science-fiction des 80′s. Une sorte de punk électronique, d’électro brute, de synthé pop, de rock futuriste et en même temps désuet, sans aucun compromis. On se repasse plusieurs fois ce même morceau en boucle avant de laisser place au reste.

lady-2Puis les titres s’enchaînent et nous plongent avec délices dans un univers insoupçonnable ; le son est puissant, les mélodies fouillées et furieusement entraînantes, la musique beaucoup plus brute, les rythmes plus rock, un chant plus clair. Une série de hits dans le meilleur sens du terme, accentuée par The Lovers qui, malgré un maigre et frustrant 2min39, se classe assurément comme le meilleur titre du disque, et l’un des plus forts dans la carrière du groupe. Pas de fioriture à mettre à la benne. Velocifero tourne en boucle sans lasser son auditeur. Pire : il le nargue de plus en plus, comme ces grands crus qui prennent d’autant plus de caractère avec l’âge.

On découvre bien sûr avec surprise quelques nouveautés très sympathiques : Season of illusion, qui pourrait se faire passer pour une face B d’un single de Garbage, Burning up dont le rythme nous renvoie à The beginning of the end de Nine inch nails (que Ladytron a d’ailleurs brillamment remixé sur Y34RZ3ROR3M1X3D ), Deep blue nimbé de quelques cordes froides et de flocons de neige, ou encore Kletva, titre ovni chanté en bulgare qui nous offrirait joyeusement les délires neufs de Mark Renton en pleine overdose.

Contrairement à Witching Hour, le précédent opus, qui souffrait parfois d’un peu de répétition, Velocifero assume tous ses morceaux, et prouve avec élégance que la scène électronique peut briller sans rabâcher les mêmes débris. Un album brillant, qui exhalera encore plus de richesse pendant les concerts, le groupe est aussi réputé pour jouer toutes ses parties en live. Assurément le meilleur disque de pop expérimentale de l’année.

Partager !

En savoir +

LADYTRON, Velocifero, 13 titres, chez Nettwerk . Sortie le 3 juin 2008.

Site officiel: http://ladytron.nettwerk.com/
Myspace: http://www.myspace.com/ladytron

7 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 30 mai 2008
    kyra a écrit :

    Yep, excellent groupe que j’ai récemment découvert…
    et ta chronique me donne carrément envie d’approfondir la question. Thanks a lot, Sir.

  2. 2
    le Dimanche 1 juin 2008
    Arno Mothra a écrit :

    Merci à toi. Je t’invite à visiter le myspace où l’album est en écoute en intégralité je crois. « The lovers »: à ne pas manquer !

  3. 3
    le Lundi 2 juin 2008
    Spoon a écrit :

    Vraiment exellent ce dernier opus , le chant en bulgare ma surpris ( quelques minutes passer à essayer de déchiffrer avant de comprendre ) , non vraiment , ils ont leurs style , leurs voix , sa sonne comme personne , je leurs souhaite toute la réussite possible !

  4. 4
    le Lundi 2 juin 2008
    kyra a écrit :

    Exactement Arno, j’avais déjà flashé sur ce titre, va savoir pourquoi… Salutations à Spoon en passant.

  5. 5
    le Mercredi 4 juin 2008
    Spoon a écrit :

    Salutations reçu et apprécier! ;) N’oublier pas d’allez écouter le remix de Ladytron par Modwheelmood sur le myspace de ces derniers !

  6. 6
    le Mercredi 4 juin 2008
    Arno Mothra a écrit :

    Merci Spoon pour l’info !

    Un petit rajout en passant: « Kletva » est en fait une reprise d’un film pour enfants bulgare, sorti dans les années 70. Et « The Lovers » est interprétée en collaboration avec le groupe Somekong, de Colombie (www.myspace.com/somekong).

    Après déjà deux mois d’écoute, cet album prend encore de l’ampleur dans mes tympans :) Vraiment brillant.

  7. 7
    le Mercredi 4 juin 2008
    spoon a écrit :

    Je me suis emballé pour l’infos , en fait , on peut télécharger le remix sur iTunes moyennant un prix modique .

    Voilà !

Réagissez à cet article