Ladylike Dragons à la Boule Noire

par |
Convaincant et prometteur : le concert des Ladylike Dragons a créé en ce jeudi soir à la Boule Noire, une atmosphère rock bien agréable. On vous raconte.

img_3293-3Les Misty Socks s’occupent de l’introduction pour cette soirée : bonne énergie d’ensemble, très adolescents toujours, sans grande originalité ni caractère très fort. Sans charisme d’être et de scène immense, ni d’esthétique unique. Voix bien trop fébrile. Leur prestation reste agréable, sans plus, mais laissons-les grandir, ils sont touchants.

La fumée emplit un peu trop la scène et la salle, le projecteur est insupportable, le son est assez mal réglé : les Ladylike Dragons arrivent, dans une Boule Noire qui n’est décidément pas convaincante. Eux le seront en dépit des gênes outrancières de l’endroit.

La première attention est portée au guitariste ( Seb ), un bien bel homme dont le corps solide émerge du brouillard. Une façon de se mouvoir qui se rapproche peut-être davantage du héros de bande dessinée que de la star de rock séductrice : un peu lourde, presque métalleuse et exagérée par moments. Un tantinet arrogant ? Prétentieux ? Le visage ahuri par l’émotion, il propose en tout cas un jeu plus que convenable pour accompagner la chanteuse à la si jolie voix ( Cindy ), que cela soit sur disque ou en live.

Un petit peu fragile et tremblante au départ, un tant soit peu hésitante, la voilà bien égale à elle-même et très vite. Tantôt aigüe et très bien lancée, tantôt souffrante et grave, tantôt colérique, tantôt agacée ou tendre, toujours entraînante, juste et charmante, tout comme les petites déclarations que la dame nous fait : « C’est la fête », dit-elle chaleureusement et doucement, avant de demander les applaudissements et de les obtenir avec générosité.  » I give my heart and my soul in melodies. I try to find the reason why I’m here « , confesse l’artiste un brin douloureusement.

img_3544-2Ils aiment tous les trois leur public, ils prennent du plaisir à proposer quelque chose de qualité et vivent intensément cet instant de partage humain. Variations de rythmes, de vibrations, d’intonations, cette belle voix féminine du rock’n'roll n’hésite pas à embrasser son micro seule parfois, sans batterie ni guitare. On passe du mélancolique ( Wisdom ) à l’énervé, du romantique au rythmé ( Like a reptile ), du colérique ( Lose control ) au plus calme, avec toujours de la sensualité et de la confiance.

Les chansons courtes et punky des Ladylike Dragons embrasent aisément la Boule et les sourires ne se retiennent pas. On regrettera que les compositions soient aussi proches, laissant l’impression aberrante par moments d’avoir entendu deux ou trois fois les mêmes morceaux. Et plus encore que sur l’album, la batterie est décidément trop présente par rapport aux autres instruments, pour ne pas dire un peu assommante, sans remettre en cause le talent du batteur ( Yann ).

Des rappels bien menés, une Slavery électrisante en live, tout comme Shoegazer et 13 Minutes, un joli cocktail général de son résolument rock, beaucoup de plaisir partagé pour une setlist bien remplie : un petit concert bien réussi, après la sortie de leur album Heartburst (le 12 octobre).

Crédits photo : Mathias Lamamy

Partager !

En savoir +

Heart Burst ( Nice & Rough Records ), sortie le 12 octobre 2009

Myspace : http://www.myspace.com/ladylikedragons

A lire sur sur Discordance : [Chronique de Heart Burst->1286]

A propos de l'auteur

Image de : Les mots ! Pigiste en culture pour plusieurs organes de presse écrite et web, cuvée 1986 (Bordeaux), vit à Paris. Retient de sa prépa lettres, une philosophie très nietzschéenne : l'art est mensonge et c'est tant mieux. Aime les mots. Aime toutes les formes d'art et surtout la musique (pop, rock, électro, blues, folk, classique), la littérature et la photo (contemporaines et déstructurées), le cinéma (japonais, films d'auteur). Ecrit un peu de tout, interviews, critiques, chroniques, portraits, dossiers, live reports, et poèmes, nouvelles, romans (inconnus à ce jour) : tout ce qui dit le monde au travers de prismes, sans jamais avoir la prétention de le traduire précisément. Jamais satisfaite, toujours amoureuse. Blog culture : http://spoomette.over-blog.com

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article