La Ruda – Grand Soir

par |
L’art de la joie chevillé au corps et un instinct du meilleur à toute épreuve, le grand orchestre est de retour, quelque part entre renouvellement et continuité. Quinze ans après leurs débuts du côté de Saumur, voici que sonne enfin l’heure du grand soir avec un septième album à déguster de la première à la dernière note.

41rl4jkmknl-_ss500_Moins de 6 mois après avoir fait résonner la dernière note de leur tournée acoustique, voici que le groupe nous revient avec un disque qui se place d’emblée dans le prolongement du virage musical amorcé avec les bonnes manières. Là où le précédent album se contentait de revisiter quelques-uns des meilleurs titres du groupe à la sauce swing-folk-jazz, Grand soir n’est quant à lui composé que de nouvelles chansons. Enregistré chez eux du côté d’Angers, pied au plancher, pour que l’album puisse sortir au printemps, avant le début de la saison creuse des festivals d’été, on aurait pu craindre un résultat bâclé n’ayant pour seul objectif que de permettre au groupe de repartir en tournée. Heureusement il n’en est rien, et bien qu’explorant de nouvelles directions musicales, cet album pourrait bien être là le meilleur effort studio du groupe. Du moins le plus homogène et le plus cohérent.

À bien y penser, ce n’est pas qu’un hasard si les meilleures ventes du groupe ont été jusqu’à présent leurs deux albums live. Depuis l’époque Yelen, la réputation scénique de la Ruda aura toujours été assimilée à des prestations live déchainées, à des salles qui ne désemplissent pas et à une énergie à faire pâlir même les plus blasés. Forcément, il est toujours assez délicat de retranscrire ce genre d’atmosphère en studio, et certains pouvaient être déçus de ne pas toujours retrouver cette odeur de poudre dans les albums du groupe.

Oui, mais voilà, on sentait bien que cette situation ne satisfaisait pas entièrement le groupe. Refusant catégoriquement l’étiquette de rock festif, la Ruda a pu souffrir de ce rôle de chauffeur de salle que certains ont absolument voulu leur faire jouer. Car depuis les origines, la Ruda revendique ouvertement sa filiation avec des groupes de rock alternatifs tels les Sheriffs ou OTH .

Après avoir rayé salska de leur nom et s’être réorienté vers des sonorités plus électriques, c’est paradoxalement en débranchant ses amplis, que la Ruda semble avoir trouvé ce renouveau tant désiré. Au début simple récréation destinée à faire la tournée des forums et des disquaires, le groupe s’est vite piqué au jeu de cette configuration plus light, qui lui permet d’explorer de nouveaux horizons tout en ne reniant pas ses fondamentaux.

Car Grand Soir c’est avant tout 12 perles, alliant compositions impeccables et recherche constante du mot juste. Sur ce plan-là, rien n’a changé. La Ruda aime toujours autant les histoires. Quand elles sont improbables ( Lucille ). Quand elles se finissent bien ( Go’ to the Party ) ou mal ( Dans la même rue ). Quand elles se veulent plus politiques ( Fantomas, Quand le réveil sonne ). Ou quand elles nous parlent avec tendresse des rêves et des désillusions d’un gamin qui a grandi trop vite ( La Parade de Gordon Banks ). La Ruda a l’audace depuis 15 ans de faire de la chanson à texte et à l’outrecuidance d’y arriver là où bon nombre d’autres groupes échouent en se fracassant sur les écueils de la démagogie, de la naïveté, de l’excès de bons sentiments et de l’analyse simpliste.

Quelques touches d’électro et d’effets de voix, juste assez discrets pour ne pas tout gâcher, une section rythmique irréprochable et une triplette magique aux cuivres, l’évolution musicale du groupe est quant à elle tout à fait cohérente. Plus riche et plus variée, si l’énergie de ce CD est différente, elle n’en reste pas moins omniprésente. Sur le papier, Grand Soir était un pari assez risqué, mais au final notre conviction était faite bien avant la première écoute : le bon l’emporte toujours. Les faits sont bien là.

Partager !

En savoir +

Site officiel : http://laruda.fr/
Le Bruit du Bang (Blog) : http://www.lebruitdubang.com
Myspace : http://www.myspace.com/larudaofficiel

A lire sur Discordance : [Interview (2006)->260] et [Interview (2007)->410]

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article