La Crevette d’Acier à la Maroquinerie

par |
Bouquet Final . C'est le nom choisi par la Crevette d'Acier pour leur dernière date. Et c'est dans la salle intimiste de la Maroquinerie que la joyeuse troupe a décidé de finir en beauté. Après 10 années de nombreuses dates en France et hors de nos frontières, ainsi que 2 albums, La Crevette tourne une page.

090625_maroquinnerie_012-225 juin 2009. 20h00. Une ambiance tamisée, et déjà une certaine nostalgie qui se dégage du public sagement assis. Il n’y a pas de première partie, La Crevette nous invite sans préambule dans son univers de prédilection : le temps qui passe, le temps qui tousse, la mort qui tranche, et une certaine inaptitude au bonheur®.

Les 5 membres du groupe n’ont plus à prouver qu’ils sont des artistes à part entière : avant tout chanteurs et musiciens, mais également acteurs hors-norme aux expressions et aux mimiques captivantes. Fascinés, les yeux rivés sur ces Bidochons des Temps modernes, adultes et enfants se laissent entraîner dans leur monde burlesque.

Ils enfilent leur personnage comme l’on enfile un costume, et deviennent l’espace d’un temps des super héros, cocasses, drôles, et émouvants. Ils jonglent habilement entre chansons à boire, chansons tristes et chansons d’amour souvent sous la ceinture, mais toujours finement traitées. Une chaleur lourde envahit la salle, mais la Crevette a tout prévu ! Après avoir rafraîchi son entre-jambes (la robe, c’est quand même bien pratique), Monique Truchard (Chloé Lacan) va très vite distribuer les brumisateurs au public, ravi. Entourée de ses 4 hommes, Monique se déchaîne derrière son accordéon, au chant et au piano. Elle assure la plupart des transitions entre chaque morceau, amuse la galerie, titille ses amis de scène, bref, une vraie bout en train qui fait sourire le public ravi de pouvoir s’immiscer dans l’intimité du groupe.

090625_maroquinnerie_011-2 Rémi Pujol (Nicolas Cloche) c’est le Schtroumpf timide de la bande, caché derrière sa batterie ou son instrument noire et blanc de percussion, il assure également les voix en toute discrétion. Damien Dutrait (Jean-Claude Clark) n’a pas besoin de nous dire qu’il est avant tout un acteur. cela se voit ! Même s’il joue de la clarinette, du clavier et du triangle, il s’exprime avec talent grâce au chant et une gestuelle cocasse, digne d’un animateur de télé. Jacky Leboeuf (Mathias Castagné), quant à lui, manie le manche avec une dextérité incroyable ! Un homme au sourire angélique en coin, passionné par les rythmes et les sons qui se dégagent de sa guitare et de sa contrebasse. Et enfin, Michel Martin (Michel Tirilly) qui n’hésite pas à être au-devant de la scène, avec comme atout incroyable sa voix et l’amour des mots, un homme inspiré qui concocte paroles et textes en tous genres. Il nous aura également dévoilé ses talents de comédien entre deux chansons, pendant la minute « marionnette vivante », où Monique lui prêtera sa voix se transformant ainsi pour quelques minutes en ventriloque d’opéra.

Le public aura essayé tant bien que mal de retarder le moment du tomber de rideau final. Et c’est à contrecoeur que le groupe quittera la scène après au moins 4 rappels et quelques chansons par-ci par-là, ainsi qu’un pétage de plombs général, style fanfare déglinguée. On sent les acolytes traversés par l’émotion de la fin d’une aventure humaine toute proche.

La vie est une fête, il suffit de s’inviter . La devise de la Crevette d’Acier et certainement le meilleur résumé de ce que fût l’état d’esprit de ce groupe tout au long de ces années.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Après une courte et intense carrière dans le monde du marketing, Anne-Laure s'est lancé dans la grande aventure! En 2009, elle intègre l'Institut des Métiers de la Communication Audiovisuelle en Avignon, et sait à présent manier avec dextérité caméras, appareils photos, microphones et bancs de montage en tous genres. Elle apporte son soutien journalistique à la rédaction de radio Raje en Avignon en réalisant interviews et chroniques. Discordance, elle l'a vu naître et grandir, faire ses premiers pas sur la toile, et participe de manière épisodique à son contenu rédactionnel. Bref, vous l'aurez compris, Anne-Laure touche à tout, l'image, le son, l'écriture, mais elle aime aussi les éclairs au café, qu'on lui raconte des histoires d'amour, le Japon, l'accordéon, les abricots, les sorties en raquettes, les jeux de société, les voyages (pas organisés), les apéros entre amis, le clafoutis aux cerises et le bon vin.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article