La Caravane Passe au Portail Coucou | Salon de Provence (08.05.2013)

par |
La route des vacances réserve parfois des surprises : une affiche au détour d'un carrefour, une soirée pas encore décidée et un nouveau concert à l'horizon. Que demander de mieux ! Même si nous savions à quelle sauce nous allions être mangés, La Caravane Passe est devenue, au fil des concerts, une valeur sûre pour passer un moment de fête, de balkan music et d'humour en tous genres. Faisant une halte dans les Bouches du Rhône du côté de Salon de Provence, ce fut aussi l'occasion de découvrir un lieu qui attisait depuis quelques temps notre curiosité : le Portail Coucou. Laissez-nous vous présenter cette structure... et ce concert.

LCP

Le nom est atypique : « Portail Coucou ». En feuilletant les agendas du secteur géographique au fil des mois, nous étions déjà tombés sur cette structure où nous n’avions encore jamais mis les pieds. Salon de Provence reste une petite ville du nord des Bouches du Rhône (43 000 habitants) et l’occasion de s’y rendre ne s’était encore jamais manifestée. Après quelques recherches et échanges, il s’avère que le Portail Coucou est une structure associative gérée par l’O.J.L. (Oeuvre de la Jeunesse Laïque) de la commune, créée en 1996. Sa programmation est variée, allant du simple concert à des représentations théâtrales et événementielles, d’expositions à des lieux de rencontres, ou tout simplement d’encadrement professionnel avec leurs studios de répétition. Mieux, le Portail Coucou est titulaire du label S.M.A.C. (Scène de Musiques ACtuelles).

En ce mercredi 8 mai, en passant les portes du Portail Coucou, on croyait sur le coup rentrer dans une ancienne école reconfigurée. Pourtant, le café-musique du Portail Coucou renferme tout ce qu’il y a de plus accueillant et dépaysant lorsque nous allons dans ce type de tanière. Le cadre est franchement réussi sous ces allures rock’n'roll ; les tables et banquettes sont disposées autour d’une première scène qui permet au petit groupe de lancer la soirée. Ce soir, c’est DJ Grounchoo qui s’est chargé de proposer un set festif et explosif, mixant musiques balkanes, rock, electro, hip hop et jazz pour rester dans le thème.

Le bar est à proximité, les prix sont vraiment corrects et les spectateurs commencent à se trémousser doucement. Nous pouvons aussi profiter d’une partie de concert de l’étage qui surplombe cette salle annexe qui devient, autour d’un verre, le lieu de vie, d’échange et de discussion principal. Entre temps, les couloirs permettent de découvrir une exposition temporaire de Laberry qui, à travers une série d’œuvres assez torturées et dénonciatrices, fleurit les allées. Une fois ce beau monde prêt pour aller danser, La Caravane Passe retentit dans la grande salle du Portail Coucou et rameute les foules.

Il y a les connaisseurs, aux premiers rangs, puis ceux qui sont venus pour découvrir ces drôles de gypsys qui arrivent, comme d’habitude, sous des accoutrements délirants. S’il est clair que, pour avoir vu La Caravane Passe à plusieurs reprises, on est très de loin de la folie générale des Passagers du Zinc d’Avignon le soir de la fin du monde, la mayonnaise a bien pris du côté de Salon. Pas de pogos au programme ni même d’euphorie incommensurable, mais les sourires ont été sur toutes les têtes, vraiment !

LCP2

L’intro est authentique, toujours aussi révélatrice du monde frappé des habitants de Plechti, et elle débute sur Cybermarkovic. Synthé, cuivres, mise en place du contexte, le puzzle prend rapidement forme. Entre les sonorités gitanes et un appel à la rumba, les choses ne tardent pas à se décanter : « tout un passé remplit de personnalité, il ne faut pas raser la virilité ! », les hommes aux moustaches prennent les commandes du Coucou ! Gypsy un jour, gypsy toujours ! En acoustique, Gypsy For One Day garde toute sa fraîcheur à coup d’un triangle entraînant (banjo, guitare, trombone) et rallie le public à sa cause. D’autant plus qu’un énorme combo déboule : dans le même registre, l’improbable et déjanté Salade, Tomate, Oignon (« qu’est ce que tu mets dans ton kebab ? ») voit s’enchaîner un autre hit incontournable, le western incontrôlé de Zinzin Moretto.

Si l’humour est en première ligne des paroles de la Caravane, le message est toujours porteur, avec malice : « tu cherchais une terre d’accueil ? Et partout on t’appelle l’étranger ? Je comprends ton fardeau, je portais le même, mais j’ai changé de peau. J’ai pris la Caravane, je suis devenu un Zinzin Moretto ! ». Le clan poursuit sa course,  »si toutes les routes mènent à Rome », la Caravane Passe ne veut pas finir comme un Rom à Babylon et réussit à faire jumper le Portail Coucou… La température à point, les échanges avec le public se multiplient : rien de vaut un petit cours d’air guitare pour se répèter que T’as la Touche Manouche ou se lancer dans de grandes farondoles sur Balkanski Bal !

Avec un show par moment porté sous la ceinture, on ne peut que se délecter d’un Strip Tease Burlesque bien en cher qui est subitement rappé, « hip hop aux dames », la Caravane Passe prend pourtant conscience que très bientôt, les femmes seront au pouvoir, de quoi enchaîner admirablement bien avec Like a Sextoy en mode electro/balkanique ! En poussant le vice un peu plus loin, séquence découverte avec un nouveau morceau, I’m a Witch, noir, aux synthés, où les deux chanteurs commencent à se gesticuler langoureusement… Des coïncidences étranges qui ne sont pas sans rappeler un certan I’m a Bitch de Discobitch qui s’enchaîne étonnement avec l’excellent I Wanna Be Your Slave (clin d’oeil à Britney avec I’m a Slave for You ?).

Un final de feu synonyme de rappel, les balkans des temps modernes ne tarderont pas à revenir : il était attendu, il a bien sûr été interprété ! Shouf la Chapka, entre ruskoff/hip hop attitude et une parodie de Voilà l’été des Négresses Vertes n’a fait qu’une bouchée du public avant qu’un immense Bulibasha n’embrase une dernière fois le Portail Coucou ! Après avoir gueulé une énième fois le refrain et gardé cette mélodie en tête, une petite parade en mode fanfare dans les travées pour se quitter dans les meilleures conditions possibles, la Caravane Passe a encore décroché le coeur de la cible. Comme à chaque fois nous direz-vous.

Crédits photos : Cédric Oberlin (concert de La Caravane Passe à Avignon, 21/12/2012)

Concert de La Caravane Passe + DJ Grounchoo au café musique Portail Coucou à Salon de Provence le mercredi 8 mai 2013.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article