L’affaire Moriarty

par Elea Brown|
Cette affaire là ne date pas d’hier. Elle a commencé cet été, au Brussels Summer Festival, le jour où j’ai découvert les Moriarty sur scène. Surprise, ravie, confuse, j’ai eu envie d’en savoir plus sur ce Cabaret Folk déjanté, sur cette diva et ses quatre frères, sur ces brouilleurs de piste professionnels.

Interview atypique pour rencontre atypique, une bande magnétique existait, trace de cet instant, mais elle a semble-t-il mystérieusement disparu. Ceci est une retranscription écrite de ce qui reste de l’entrevue…

La première question que je vais vous poser concerne le nom du groupe.
Moi, ça me rappelle Kerouac, sans compter que sur scène, j’ai cru apercevoir des valises qui ne sont pas sans me rappeler  » Sur la route « . J’ai bon?

moriarty1 Zim: Tu as bon à 2,5 pour cent. Les 97,5 pour cent de la réponse qui restent sont à déchiffrer.

Les Moriarty, vous êtes 5: une diva et ses quatre frères. Présentez-vous !

Zim: Je m’appelais initialement Stephan Moriarty mais ils m’ont affublé d’un pseudonyme qui est Zimmy . Je l’aime et je joue de la contrebasse et je vole aussi la guitare d’ Arthur pendant quelques chansons.

Arthur: Arthur Moriarty, c’est moi. Je fais de la guitare que j’ai héritée de mon parrain qu’il avait dans les années 60 à Harvard. Et puis ensuite, j’ai trouvé une valise et j’ai commencé à taper dessus. Donc, je fais aussi de la valise.

Charles: Alors moi c’est Charles Moriarty . Je joue des guitares. Des guitares Dubrow et des guitares électriques. Elles ont toutes plus d’un demi-siècle et la Reine de MoriartyLand m’a donné le surnom de The Lord Moriarty .

Rosemary: Alors je suis Rosemary Moriarty et je suis hystérique. Je suis la chanteuse, conteuse. Je fais un peu de xylophone et de . ( NDLR: elle hésite et les autres miment les réponses. ). kazoo, et de batteur à oeufs, et de guitare aussi parfois, d’auto-harpe et de bêtises.

Thomas: Mon prénom est Thomas Moriarty mais ils m’ont affublé d’un surnom que j’aime beaucoup et qui est The Kid .
Et je joue de .( NDLR: et là, il joue de la guimbarde puis tous improvisent un morceau pour mon plus grand plaisir ).

Qui écrit et qui compose, Comment ça se passe la création d’un morceau à Moriartyland?

Zim: Je vais te dire une partie de la vérité. C’est une création collective. Tout le monde participe. C’est ça qui est intéressant et inattendu puisque aucune des chansons n’a une structure fixe et signée. Et, on passe la majeure partie de notre temps à nous chamailler puisque personne n’est jamais d’accord. C’est très important aussi.

Le Kid: Soit, ça se fait au fur et à mesure, soit quelque un arrive avec quelque chose et puis les autres se greffent dessus et voilà, ça rebondit tout le temps.

Votre premier album s’appelle Gee Whiz but this is a lonesome town . Sur une carte, où situez vous Gee Whiz ?

moriarty3 Arthur: Sur une carte, ça se situe là! ( NDLR:il montre une carte postale ).

Rosemary: Gee Whiz , c’est une interjection. Ca veut dire: Woaoow !

Charles: Ou Sacrebleu !

Le Kid siffle pour illustrer.

Rosemary: Jesus Christ mais ça a été détourné. Ce n’est pas une ville mais une expression idiomatique.

Zim: Ceci dit, il y a une ville à la base qui s’appelle Gee Whiz puisque il existe une carte postale qu’Arthur a dénichée et elle a été envoyée d’une ville complètement déserte puisqu’il n’y a que des rails de chemin de fer et des poteaux télégraphiques. Elle a été envoyée par un certain Gus.

Arthur: D’ailleurs, je viens de voir qu’elle est adressée à Mrs Costello.

Pour en revenir aux textes et aux histoires qu’ils racontent, parlez de la jeune Lily et de Jimmy qui ont piqué ma curiosité je dois le dire…

Rosemary: Jimmy a tout simplement disparu. Cette chanson est un appel au retour de Jimmy et c’est une métaphore chez les bisons. La philosophie des bisons: Où qu’il soit, faut pas qu’il oublie d’où il vient ni qui il est. Quant à Lily c’est la cousine d’Arthur. C’est une histoire vraie. Quand elle avait 19 ans, il y a deux ans et demi donc, elle s’est faite recrutée par l’armée américaine. Voilà ce que la chanson raconte. Ils l’ont appâtée en lui disant qu’ils lui paieraient ses études comme beaucoup de jeunes américains qui se font enrôler de la sorte.

Les objets et les instruments ont énormément d’importance sur scène mais aussi sur l’album. Où les avez -vous dénichés? Je pense là à la machine à écrire et à cette guitare mystérieuse…

Zim: Ils sont de provenances diverses. Pour certains ce sont simplement des legs familiaux et ils transportent avec l’histoire des personnes qu’on a connues. D’autres ont été tout simplement fouinés ou volés ou empruntés, soit dans la rue, dans des brocantes ou dans des réserves de théâtre qui sont de très bons endroits pour piocher des instruments qui font du bruit. Un peu comme chez nos hôtes actuels dans la compagnie Deschamps/Makeieff .
Et certains sont des cadeaux qu’on se fait les uns aux autres, comme la ceinture d’harmonica du Kid .

Rosemary: elle énumère la liste des objets . des crayons de couleur, une machine à écrire, une contrebasse, des tampons encreurs, des cymbales.

Arthur: On a aussi une lampe et la guitare. Elle m’a été prêtée par mon parrain qui habitait Harvard dans les années 60. Joan Baez a passé quelques nuits chez lui et elle aurait joué dessus. Mais bon. ( NDLR: ils se chamaillent ).

Et sur scène, ils viennent tous ?

moriarty4 Rosemary: On aurait bien aimé. En fait, pour avoir la panoplie complète, il faut tendre l’oreille et ne pas hésiter à monter le son en écoutant l’album.

Sur scène, Moriarty c’est un vrai spectacle à part entière, c’est un spectacle vivant. je voudrais en savoir plus sur les dessous de la scène. Comment tout ce que j’ai au Brussels Summer Festival est né ?

Zim: Dans quelle mesure tu trouves, toi, qu’il y a une mise en scène ou que ce n’est pas qu’un simple concert?

Euh… dans la mesure où ce n’est pas un concert banal que j’ai vu, rapport aux accessoires par exemple. Je n’ai pas trouvé que c’était joué ou pensé mais, tout ça n’est pas venu par hasard ?

Arthur: En fait, on veut que nos concerts restent des concerts de musique mais à certains moments, ils sont à la frontière de ce qui se passe au théâtre. Ça vient des chansons qui racontent des histoires avec des personnages. Parfois, on se laisse prendre par l’histoire et on devient le personnage.

Dernière question, Minute Carte Blanche, vous dites exactement ce que vous avez envie de dire.

Arthur: Big up à tous les titis. Non, j’plaisante. J’ai une petite requête. Pour les gens qui écouteront l’album, si ils pouvaient écouter les chansons dans des endroits différents et à des moments différents.

Charles: Moi, j’ai une autre requête pour les gens qui regarderont le clip, si ils pouvaient prêter attention aux publicités.

Rosemary: Moi, je cherche un appartement, de trois pièces et pour 300 euros par mois.

Le Kid: Pour en revenir un p’tit peu aux influences, j’ai découvert un guitariste qui s’appelle Dock Boggs et c’est un blanc. J’dis ça parce que j’croyais n’aimer que la musique jouée par des blacks mais en fait, les blancs aussi font de la bonne musique. Faut écouter, c’est très très beau. Il a gravé un 12 titres en 1929…

Zim: OUBLIEZ-MOI!

Crédits photos: Léa Créspi

Bonus Track: Je n’ai pas pu trouver l’album des Moriarty le jour de sa sortie.

Mardi 9 octobre, 13 heures et des poussières…

moriarty2Je n’ai pas poussé le vice de faire l’ouverture de mon disquaire pour aller acheter le premier album des Moriarty . J’avais déjà attendu un petit mois, je pouvais encore attendre une bonne matinée.

Quand vint ma pause déjeuner, j’engloutissais à toute vitesse mon sandwich pour être sûre d’avoir le temps de faire un détour.Je me précipitais donc, impatiente que j’étais. Une fois entrée chez mon disquaire, je regardais partout, partout. L’excitation me jouerait-elle des tours ?

J’ai beau regarder dans les sens, je ne vois rien. Bon je refais un tour, plus calmement et plus concentrée. Ne trouvant toujours rien, je décide donc d’aller voir le vendeur. Et là, stupeur ! Il a effectivement commandé une série d’albums mais n’a encore rien reçu.

Il me montre d’ailleurs un joli carton promotionnel destiné à signaler l’album et à le mettre en valeur. Il m’explique aussi pourquoi rien n’est arrivé. Mais moi, je m’en moque, tout ce que je constate, c’est que l’album n’est pas là.
J’vais tout même pas faire comme le commun des mortels et attendre demain, bien sagement, le jour où on peut télécharger légalement le dernier album de Radiohead !!!

J’peux pas faire ça, légalement ou illégalement, j’aime pas télécharger des albums. Moi ce que j’aime, c’est acheter des disques, traverser la ville en courant pour rentrer chez moi, jeter mon manteau et mes clefs et enfin savourer l’objet du désir.

Pour sûr, il a bien changé le disquaire qui voulait faire baisser la TVA sur les disques. De toutes façons, j’ai bien remarqué que l’espace alloué aux disques se réduisait petit à petit.

Si en plus, toujours pour les mêmes raisons, on ne trouve plus un album le jour de sa sortie, mais où va-t-on ?

Suis-je seule à croire qu’on peut sauver le disque ?

Non parce que là, ça s’annonce mal.

Je vais attendre qu’il sorte cet album, mais pensez-y, face à la multitude de disques qui sortent, qui prend encore le temps d’attendre ?

En savoir +

Gee Whiz but this is a lonesome town, le premier album des Moriarty est sorti le 09 octobre. Ils seront le 15 octobre à la Maroquinerie et pour plus d’infos sur les dates et sur le groupe et les photos: http://www.myspace.com/moriartylands

Partager !

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 28 octobre 2007
    Anonyme a écrit :

    J’ai suivi leur conseil qui est celui d’écouter leur musique dans des endroits differents et à des moments differents.
    Alors voilà, ce matin j’ai enfilé mon jogging et j’ai traversé la ville, lentement pour aller acheter des cigarettes tout en écoutant Moriarty .
    Sur le moment, je me suis sentie très subversive.
    A vous d’jouer!
    p-s: « Il y a bien des filles qui écoutent les Hushpuppies en legging, alors pourquoi ne pas écouter Moriarty en jogging? »

  2. 2
    le Dimanche 28 octobre 2007
    Pascal a écrit :

    « Il y a bien des filles qui écoutent les Hushpuppies en legging, alors pourquoi ne pas écouter Moriarty en jogging ? »

    La citation du WE ça :o ))

  3. 3
    Stedim
    le Lundi 18 février 2008
    Stedim a écrit :

    23h20 sur Direct 8, je découvre Moriarty. Une reprise de Depeche Mode. Puis un autre titre, « Jimmy ». Tout ça en acoustique. Effectivement, les pistes sont brouillées. C’est vraiment… bien.

Réagissez à cet article