Khundalini – Deus in Machina

par |
Khundalini : nom féminin. "Boucle", "anneau" en sanskrit. Sorte d'énergie corporelle mystique que l'on peut libérer grâce à la pratique du yoga.

khundalini Khundalini, c’est aussi un quintet du sud de la France, fort d’une originalité sombre et aveuglante à la fois, distillant un électro-rock de très haute qualité et riche en endorphines.

Mais quelle meilleure définition que les titres des morceaux de ce nouvel album ? Ils résument à eux seuls parfaitement l’atmosphère obscure et lancinante de la musique de Khundalini : Mirror, Worry, Shining, Why, Shaman, Darkness

En quelques mots, nous voilà irrémédiablement plongé dans l’ ambiance . Ce sera d’ailleurs le maître mot de cet album, tant l’atmosphère en est captivante.

A peine quelques notes et nous voilà plongés dans une sombre comptine. Une forêt enchantée où des fées danseraient avec des fantômes. Le mystère d’une boîte à musique maudite, offerte à une princesse par un chevalier noir. La légèreté d’une bulle, qui rebondirait sans éclater.
Sans oublier une certaine influence orientale pour ajouter du piment à ce cocktail hallucinogène servi par des musiciens talentueux. L’album se déroule, lentement, en toute logique, diffusant son inquiétante étrangeté, qui vous piège & vous capture, entre film fantastique et roman d’épouvante.

La romancière de ces écrits serait alors Manoo, sorte de marquise éplorée, délivrant ses malheurs avec une plume et un encre de sang, racontant la souffrance avec une langueur toute teintée de noblesse. Les ecchymoses & les fêlures de l’âme semblent décrites avec un souci chirurgical de recherche d’identité. Nous voilà ainsi propulsés dans la réalité complexe de la vie, dans une sorte de séance de psychanalyse dont nous serions les voyeurs. Quelque part entre douleurs enfantines et peurs adultes, chacun des mots semblent décrire précisément la fragilité de la psyché humaine, perdue entre folie et sainteté.

Après les contes de fées et le Dr. Freud, oserais-je vous parler de saints ? Attention, le titre, Deus in Machina, est beaucoup moins théologique qu’on pourrait le croire. N’exprime-t-il pas la dimension sacrée des machines si chères à ce groupe qui n’a pas son pareil pour créer une puissance de son impressionnante et cela sans la moindre débauche de guitare…

Si on peut être tenté de ranger cet album dans la case trip-hop, il s’avère cependant beaucoup plus complexe. Khundalini, c’est comme si Leiden avait fauté avec Sigur Rós, provoquant un chaud/froid hybride et unique.

Ceux qui on aimé L’instant sourd (sur Sôma, de eths, en 2003) apprécieront le ton de Rythme & Abstinence, seule chanson en français de l’album.

Ceux qui aiment Portishead sauront prêter une oreille plus qu’attentive à The True Me .

Les amoureux de Múm se prendront d’affection pour Worry .

Mais d’une manière générale, Deus in Machina est fait pour plaire, tant il est parfaitement exécuté, et tout simplement magnifique. Certainement le meilleur point de départ pour une méditation introspective. Au-delà des simples mots, une expérience à tenter !

En savoir +

Myspace

Site officiel.

Album disponible à partir du 23 octobre 2006

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Miss Cinéma de Discordance et chroniqueuse hétéroclite since 2005. [Blog] [Twitter]

6 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 6 octobre 2006
    weeliz a écrit :

    waouw!!!
    alors ca c’est bo!!
    quelle belle description!
    des chroniques comme ca ca fait plaisir!!!!
    1er commentaire de la part du cheri et cameraman!
    superbe!!!
    PS:l’interview arrive d’ici tres tres peu!

  2. 2
    le Vendredi 6 octobre 2006
    ovnirose a écrit :

    Merci Violhaine, du baume au coeur. . .

    C’ est toujours à marquer d’ une pierre blanche, surtout en ces temps de doute. . .

    En espérant te rencontrer « physiquement » un de ces 4. . .

  3. 3
    le Vendredi 6 octobre 2006
    Pascal a écrit :

    C’est clair que cela donne envie de se précipiter sur l’album.
    Ce que je ferais d’ailleurs…

  4. 4
    VIOLHAINE
    le Vendredi 6 octobre 2006
    VIOLHAINE a écrit :

    Haa, merci à tous, vraiment…
    Tout le plaisir était pour moi, cet album est magique !!
    Que les gens se l’arrachent !!!

  5. 5
    le Vendredi 6 octobre 2006
    marco a écrit :

    Ce qui fait le plus plaisir, en réalité, c’est de voir qu’il y existe des gens qui écoutent vraiment l’album… et le comprennent réellement. Merci beaucoup!

  6. 6
    VIOLHAINE
    le Samedi 7 octobre 2006
    VIOLHAINE a écrit :

    De rien, Marco, merci à vous tous !
    Pour la musique, et pour votre gentilesse.
    Je suis contente de ne pas avoir mal interprété l’album !
    MERDE pour sa sortie prochaine.

Réagissez à cet article