Kele @ L’Ubu

par |
Le leader de Bloc Party était en tournée française début novembre à l'occasion de son premier album solo, The Boxer.

Imaginez une petit fête organisée par Kele Okereke. Les invités entrent dans la salle spécialement louée pour l’occasion, on n’est pas à l’étroit, l’auditoire est clairsemé. Kele entre en scène, plutôt enjoué mais souffrant d’un mauvais rhume. Il nous confie ses petits tracas de tournée entre deux morceaux (« d’habitude je suis malade à la fin de la tournée et non au début…je dois vieillir ! »)  et échange des conseils de grand-mère avec le public. Mais la meilleure façon de guérir un rhume n’est pas ce qui nous a conduits à l’Ubu ce soir : on attend avec curiosité les exploits de Kele en solo.

Sur The Boxer, les aspirations d’Intimacy (dernier album de Bloc Party en date) se matérialisent, mais avec un aspect dance marqué. Pourquoi The Boxer au fait ? Alors que Bloc Party débute une phase d’hibernation, Kele partage son temps pendant un an entre sa nouvelle passion pour le kick boxing et le bidouillage de synthés dans les studios de EMI. En ressort une série de titres, purs produits de ses propres directions artistiques selon les dires de son auteur. Le sommet du concert est le mantra de boxeur « You are stronger than you think » du titre Rise, l’un des premiers réalisés pour l’album.

Cet état d’esprit transforme le concert en véritable exutoire : beats concassés, basse lourde, guitare au second plan. On sent que Kele a envie de se faire plaisir et de laisser les contrées froides de Silent Alarm de côté. Enfin, presque…une version dynamisée de Modern Love, comme un clin d’œil aux différents remixes qu’a connu ce morceau, apporte un contre-point intéressant aux titres de The Boxer.

Sur Walk Tall, on croit voir Kele se transformer en un Tricky qui se serait remis à chanter en concert, la carrure mystique en moins. Si les beats du single Tenderoni sont forcément efficaces, on préfère l’ambiguïté de Everyting You Wanted, le titre qui réussit peut être le mieux le mélange de sensibilité et de fun que Kele semble s’être mis en tête de rechercher.

Le concert ne s’éternise pas et en rappel, Kele remet une petite couche de Bloc Party. On n’a pas encore déterminé si cette échappée solo de l’athlète n’était qu’une façon d’aborder la musique de façon plus décomplexée ou un véritable projet amené à se développer. Laissons Kele soigner son rhume avant de nous en informer.

Crédits photo : Gwendal Le Flem

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Depuis 2004, Julia parcourt les festivals et les salles de concerts en quête de sensations musicales fortes et affiche un net penchant pour la scène indépendante montréalaise, le folk, l'électro et le rock. Malgré une enfance biberonnée à la culture populaire des années 90, sa bibliothèque ITunes n'affiche presque rien entre 1985 et 2000. Repêchée trois fois par le vote du public, Julia anime désormais la rubrique Musique avec Pascal et Laura. "Discordance m'a sauvée". Mon blog / Twitter

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article