Keishah

par |
Un poisson hors de son bocal, en train d'agoniser sur le sol. Subtile métaphore sur ce qu'est devenu le néo métal aujourd'hui. À force de tourner en rond, le style est en train d'étouffer faute de n'avoir pas su trouver le moyen de se renouveler.

keishah-3Sortir un premier album en revendiquant haut et fort son attachement à ce style que beaucoup jugent en voie d’extinction, il fallait oser. Keishah ose et en plus se permet le luxe de faire voler en éclat certains de nos préjugés. Car Keishah fait de la musique avec ses tripes et cela se ressent tout au long de ce CD.

Pour ceux que le néo metal n’inspire pas plus que cela, passez votre chemin, ce n’est pas cet album qui vous le fera aimer. Pour les autres, Keishah ravira vos petites oreilles. Sans être un énième clone de Limp Bizkit, Keishah arrive à surprendre là où on ne l’attendait pas. Ce n’est certes pas une révolution, mais les riffs affûtés des guitares se marient parfaitement avec le flow racé et stylé des deux chanteurs. La recette est connue mais n’en reste pas moins diablement efficace.

L’un des seuls reproches que l’on pourra faire se situe au niveau de la production, beaucoup trop lisse et trop propre, qui peine à restituer toute l’énergie et la hargne du groupe. Chose d’autant plus dommage que sans être d’une originalité renversante, la musique de Keishah s’écoute avec plaisir.

D’une structure relativement basique, les titres oscillent en permanence entre chant rapé et grosses guitares tout en s’aventurant par moment sur des versants plus pop, pas toujours du meilleur effet d’ailleurs. Les textes sont incisifs et plutôt bien tournés. Malgré quelques longueurs, les compos sont percutantes et je défie quiconque de résister à des titres comme Dans mon repaire ou Parasites .

Un premier album très prometteur qui devrait prendre toute sa dimension en live. À découvrir.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article