Katie Melua au Zénith de Lille

par |
La soirée s’annonçait pleine de saveurs. Et nous n’avons pas été déçus...

En première partie de soirée, Yoav, un artiste israélien, entre en scène avec sa guitare et ses multiples pédales à effet. Des effets un peu trop nombreux peut-être, son jeu est intéressant, mais après quelques morceaux les samples lassent un peu. Armé de ses mains qui créent le rythme sur la caisse de sa folk et de sa voix, ses compositions restent pour autant assez sympathiques.

Après un bref changement de plateau, la salle reste plongée dans le noir tandis que la voix de Katie Melua s’élève du fond de scène sur les notes à la guitare de The Closest Thing to Crazy. Après quelques instants les lumières s’allument et le rideau s’ouvre sur elle, seule au milieu de cette grande scène. De sa voix délicate, dans une instrumentation la plus simple, le concert débute comme une claque ; le public est pendu à ses lèvres dès les premières notes.

La jeune Katie Melua s’approprie la salle avec une facilité et un charme indéniable. Petit à petit, les musiciens prennent place en scène, au piano, à la batterie, à la guitare, à la basse et à la contrebasse. Après cette introduction réussie avec brio, la Géorgienne enchaîne sur Just Like Heaven, une reprise de The Cure, puis If you were a sailboat.

Une setlist qui semble dors et déjà fort bien équilibrée entre ses différents albums, même si bien entendu son album de 2010, “The House”, est largement avantagé, puisqu’elle y jouera 11 morceaux sur les 12 présents dans l’album, parsemé au sein de ses autres titres.Elle enchaîne d’ailleurs avec quelques nouveaux titres, dont Tiny Alien pour lequel un fond visuel de Space Invader est projeté, un moment réellement magnifique et très bien joué, tout autant que le titre A Moment of Madness rythmé et plein d’énergie, où l’ambiance cabaret a un rôle incontestable.

Puis elle reprend quelques “anciens” titres, où la guitare et le piano se démarquent avec classe sur Perfect Circle, ou encore la reprise de Jeff Buckley, Lilac Wine, puis celle de Canned Heat, Going up the country, débordante d’énergie !

Le concert se poursuit entre rock, balades enivrantes, morceaux plus intimistes, et d’autres plus dansants. Elle étale ici devant son public multigénérationnel toute l’étendue de son talent. Le set se termine sur My Aphrodisiac is You, mais après un rappel du public, les musiciens reviennent pour le titre « obligatoire » à succès Nine Million Bicycles, forcément bien accueilli.

C’est alors qu’un groupe de fans près de la scène sort une banderole “Spider’s Web” sous les yeux de Katie Melua. Le défi, c’est de lui faire chanter cette magnifique chanson du second album, bien que cela ne soit pas prévu. Et est-ce que ce n’est pas là aussi la force des vrais artistes ? Sortir un peu de leurs rails pour faire plaisir au public ? En tout cas, la chanteuse rit et semble trouver l’idée plaisante, mais les musiciens nettement moins. Ils enchaînent alors sur une repris de Janis Joplin, Kozmic Blues, magnifiquement bien interprétée, il faut dire que le blues va si bien à Katie

Même si les musiciens se sauvent, la chanteuse décide de faire plaisir à son public. Seule sur scène avec sa guitare, elle entame le tant attendu Spider’s Web. Le concert se termine ainsi, en toute simplicité, en toute sublimité, un moment d’intense et intime à la fois, un magnifique cadeau.

Crédits photo : Marion Agé

Yoav Zénith, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frYoav Zénith, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frYoav Zénith, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frYoav Zénith, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frYoav Zénith, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.frKatie Melua, Lille | 10.04.2011 -- www.discordance.fr

Partager !

En savoir +

Site officiel de Katie Meluahttp://www.katiemelua.com/

Site officiel de Yoavhttp://www.yoavmusic.com/

A propos de l'auteur

Image de : Photographe lilloise de 25 ans tombée soudainement dans la fosse des photographes de concerts, passe dorénavant la majorité de ses soirées à allier la passion de la photographie à la (re)découverte des groupes en concert dans son grand nord. Des sonorités post-rock, post-métal ou plus rock dans les oreilles, elle s'adonne avec plaisir au roller et à la basse.

6 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 13 avril 2011
    Mdkart a écrit :

    Merci pour le compte rendu!
    je fais partie des 4 personnes aux affiches qui ont demandé activement Spider’s Web. :D
    Vous pouvez voir un résumé de cette journée magnifique sur mon site! ;)

  2. 2
    le Mercredi 13 avril 2011
    Perlipopette a écrit :

    Merci pour cet article, et merci aux fauteurs de trouble… j’attendais cette chanson avec beaucoup beaucoup d’impatience.

  3. 3
    le Mercredi 13 avril 2011
    patateman a écrit :

    Je suis l’un des « fauteurs de trouble »; nous avions ppréparé notre coup depuis quelques temps déjà… ;-)

  4. 4
    le Mercredi 13 avril 2011
    patateman a écrit :

    La saga de l’opération sur http://katiemelua-forum.fr.nf rubrique Live

  5. 5
    le Vendredi 22 avril 2011
    qwerty a écrit :

    J’ai assisté à son concert à Strasbourg.. Que du bonheur.
    A la fin elle a effectivement interprété Nine Million Bicycles ( je remerçis le ciel de l’avoir decouvert sur taratata !!)
    Elle a ensuite interprété Spider’Web aussi, et depuis ce jour je recherchais activement le titre qu’elle avait également interprété également à la fin. Et je viens de le découvrir Kosmic Blue !!!
    Elle m’as « achevé » à la fin. Magnifique.

  6. 6
    le Vendredi 22 avril 2011
    qwerty a écrit :

    J’oubliais, un grand Merçi pour le titre ;-)

Réagissez à cet article