Kansas of Elsass

par , Joaquim|
Pour peu que l'on soit originaire de l'Est de la France ou qu'on n'y ait séjourné quelques temps, difficile d'avoir échappé au phénomène Kansas of Elsass. Principalement connu à travers ses vidéos, grâce à son personnage de beauf attachant absolument irrésistible, Kansas c'est également depuis des mois la meilleure vente de rock français à la FNAC de Strasbourg. N'entrant dans aucun moule, refusant de se laisser cataloguer, le bonhomme intrigue et ne laisse personne indifférent.

Samedi 21 novembre 2005

Nous sommes à quelques heures d’une date mulhousienne annoncée et attendue depuis plusieurs mois déjà. Si le concert que Kansas et son Gang ont fait à la Laiterie de Strasbourg en avril dernier, est encore dans toutes les mémoires, il s’agit maintenant de transformer l’essai et de prouver que sur une scène c’est du très lourd. Malgré un emplois du temps visiblement chargé, entre balances et séances dédicaces, c’est un Kansas plutôt serein qui a accepté de répondre longuement à nos questions sur lui, son personnage, son présent et son devenir.

Pascal: Comment te sens tu à quelques heures de ce concert ?

kansas6 Kansas : Super détendu. Sur scène c’est là où on arrive à exprimer les choses. Beaucoup plus qu’en vidéo. On me connaît à travers mes sujets vidéo mais mon univers de base c’est mes chansons, c’est la musique. Sur scène je ne peux pas me contenter de faire un concert, les gens s’attendent à autre chose, ni ne faire qu’un spectacle où je balance des vidéos avec un groupe de baluches derrière, comme le faisait Coluche par exemple. Ce n’est pas du tout le truc. Ce sera avant tout un concert rock, qui fait du bruit. Sur scène je veux vraiment faire du barouf. En même temps, il y aura mon univers vidéo, avec de vrais sujets qui vont être diffusés, ainsi que des séquences pour illustrer mes chansons en image. Et bien sûr le monde de Kansas, avec les fringues et les trucs débiles, sera également intégré à tout ça. Ce n’est pas du premier degré, ça c’est clair.

Joaquim: L’idée c’est de créer à chaque fois quelque chose de nouveau, de faire des choses en plus ?

K: Il y a une base qui est en place. On a joué 2h40 à la Laiterie, c’est beaucoup. On a fait 1h de plus que ce qui était prévu, parce que les gens participent au spectacle, tout simplement. Je raconte des conneries, c’est débile ce que je fais sur scène, c’est complètement débile. L’idée c’est de mettre à bas tous les clichés d’un concert classique où tout le monde se la joue tellement. Le truc qui me scandalise le plus et qui me fait le plus pouffer de rire c’est tous ces groupes de rock français qui chantent en anglais et qui entre les morceaux parlent en anglais. C’est le summum de la connerie. Toutes ces étiquettes, je vais un peu à l’encontre de tout ça. Tu prends un programme de n’importe quelle salle de concert, les étiquettes des groupes, ça devient franchement ridicule. L’idée c’est donc de monter un truc un peu absurde mais de le faire très sérieusement. Sur scène c’est des vraies chansons, elles sont débiles, les paroles sont un peu connes mais c’est quand même des vraies chansons. À l’origine Kansas existe d’abord à travers la musique avant d’exister à travers les images. Mais les gens me connaissent plus à travers les images, donc il faut les convaincre à travers la musique. Après il y en a toujours qui aiment un coté mais pas l’autre, j’essaye donc de réunir sur scène un peu tout le monde.

P: Tu aimerais faire plus de dates ou alors tu préfères que ça reste une sorte d’évènement, Kansas en live ?

K: De façon super prétentieuse, dans l’Est, on a fait la Laiterie et on va faire le Nouma. Qu’est ce qu’il nous reste ? Le problème c’est pour trimbaler ce qu’on a trimbalé. On ne peut pas le faire n’importe où. C’est quand même un concert qui coûte cher, donc il faut qu’il y ait un peu de monde. Je n’ai pas envie d’avoir cette démarche classique des groupes de rock: jouer dans les cafés, les machins, les petits trucs. Je l’ai fait avant. Je fais de la musique depuis longtemps. Se taper 400 bornes pour jouer à coté d’un flip et d’un baby, je sais comment c’est. Je l’ai fait et je n’ai pas envie de le refaire. J’ai envie de faire un truc avec du costume, faire quelque chose à l’image du personnage et pas le faire au rabais. Soit on y va jusqu’au bout, soit on en le fait pas. Même dans mon boulot de vidéo, j’essaye que le truc soit un minimum fini, et à chaque fois d’essayer de faire un peu mieux. L’idée c’est de mettre un truc avec une structure forte en place et après la travailler pour la renforcer. Maintenant ce qui se passe après, ce n’est pas de mon ressort, après c’est un peu comme jouer à un jeu.

P: Est ce que t’as été pris de court par tout ce buzz autour des doublages en alsacien ?

K: Ça fait 20 ans que je fais ça. L’idée, le concept, existe depuis 85. J’ai arrêté un moment, mais quand je ne savais pas quoi faire, j’écrivais pour Kansas, parce que ça m’est facile de faire des trucs cons. Des fois tu peux te poser des questions (rires) . Après la vidéo est venue par hasard. Le doublage de Rambo qui a fait démarrer le truc, je l’ai fais en 95. Jusqu’en 95 on m’a toujours dit ce truc là, c’est de la merde, ça n’intéresse personne. En fait c’est un phénomène purement Net. C’est un truc qui est sur le net et à la différence des autres trucs, c’est que j’ai du background. Je sais faire d’autres choses, je peux aussi bien faire des sujets politiques, des reportages, des conseils de cuisine. Je peux faire beaucoup de choses avec ce truc là, parce que ce personnage je le maitrise et je ne manque pas d’idées. C’est un peu prétentieux ce que je te dis, une fois de plus, mais pourquoi il y a un écho ? Parce qu’il y a du background. Il y a du renouvellement, ça change, c’est chaque fois un peu mieux, enfin j’essaye de faire un peu mieux à chaque fois. Ce n’est pas de l’alsatique, mis à par les doublages en alsaco. Le reste ce n’est pas alsacien. C’est juste un mec qui a un accent et un particularisme régional fort. Comme des mecs dans le sud, comme des mecs dans le nord, comme des comiques qui ont l’accent pied noir, ou n’importe quoi. Moi je dis qu’on peut avoir l’accent du coin, l’alsaco et pas passer pour des cons ou des beaufs ailleurs. Et ce qui se passe avec le net, les téléchargements, ça me convint dans ce sens là. C’est qu’on peut être d’ici, avoir des particularismes régionaux et pas passer pour des cons ailleurs, et même faire en sorte que ce soit branché.

P: L’accent alsacien n’a quand même pas la même côte que celui du sud par exemple…

K: Parce qu’il n’y a jamais eu quelqu’un auparavant qui l’utilisait avec une volonté délibérée de faire marrer les gens.

J. Mais là je crois que c’est clairement quelque chose qui est en train de changer. Il y a quelques années encore le truc c’était l’accent alsacien c’était ringard, il fallait absolument l’effacer et là justement c’est en train de repartir avec des expressions qui citent tes vidéos comme « T’as quelque chose besoins… »

K: Ouais voilà ! C’est des expressions qui sont marrantes tu sais. Quand on a joué à la Laiterie, il y avait 3 mecs du 93 qui filmaient. Des blacks qui tournaient que des concerts de Hip Hop. Et là je pense que les gars ils se sont vraiment demandés où ils étaient. Et à la fin du concert, ils sont repartis avec une banane comme ça ! Ils m’ont dit « Ouais nous aussi maintenant Leck mi am Arsch au neuf-trois, tu vas voir….. » (rires) . Je suis vraiment confiant dans le potentiel de ce truc là, mais c’est juste qu’au niveau des professionnels ça le fait pas quoi…..

P: Comment tu l’expliquerais Leck mi am Arsch Attitude à ceux qui sont en train de te lire et qui ne maîtrisent pas toutes les subtilités de l’alsacien ?

K: Soyez fidèles à votre ligne de conduite et soyez en fiers. C’est se dire « Je le fais, c’est mon truc et si vous n’êtes pas content et bien Lack mi am Arsch ».

P: C’est flagrant, tu as vraiment remis à la mode le fait d’avoir un accent, de raconter des conneries en alsacien….

kansas1 K: Exactement, sauf que moi je ne défends pas l’alsatique. Je ne suis pas pour l’enseignement de l’alsacien, ce genre de trucs là. Ce n’est pas mon créneau du tout. Culturellement, ici personne ne m’a jamais demandé quoi que ce soit. Je n’ai d’aide de personne. Au niveau officiel personne n’en a rien à foutre de ce truc là, et c’est tant mieux. Je n’ai pas de plan de carrière, parce que ce n’est pas ça qui me fait croûter. D’autre part, c’est un phénomène du net et du coup ça prend de court plein de gens. Je court-circuite tout le monde avec ça. Les médias ne sont venus qu’après que la Laiterie soit pleine. Mais j’ai quand même des gens qui me suivent depuis le début, deux ou trois journalistes, Thierry Martel à l’Alsace et Manu Plantin dans les Dernières Nouvelles d’Alsace, qui ont sentis le truc et suivent le personnage assez régulièrement. Le personnage vit et je trouve qu’à l’heure actuelle, c’est encore pire qu’avant, j’ai l’impression qu’il y a une deuxième vague au buzz.

J: Justement est ce que tu te considères comme un Roger Siffer (NDLR poète alsacien) des temps modernes ?

K: Non pas du tout. Siffer c’est un autre truc. Il écrit des spectacles, fait du théâtre, c’est un vrai saltimbanque lui. Il a cette défense de l’alsatique qui est enracinée en lui. Déjà moi je fais du rock et pas du folk. Sur scène il faut que ça fasse du bruit. Et moi je ne suis pas politiquement correcte. Je suis un mono-personnage, je n’interprète pas d’autres trucs. Moi c’est Kansas, je ne sais pas faire autre chose. Le fond du truc, ce que j’ai voulu depuis le début c’est que le personnage reste crédible. Que quelqu’un qui n’est pas intime au truc puisse avoir des doutes et se dire Putain est-ce qu’il est vraiment comme ça ou… . Je ne veux pas que cela devienne une bouffonnerie ou une farce. Il ne faut pas en faire de trop, juste assez pour entretenir un doute. Quand on a commencé c’était pour que les gens se disent J’ai vu un de ces groupes de beauf, t’as pas idée…. . C’est pour ça que sur scène Mister T qui est québécois n’a pas l’accent alsacien. Il est pas capable de le faire, il n’est pas crédible en le faisant. Quand ça devient une clownerie, c’est là ou ça devient du mauvais goût. J’essaye de faire des trucs cons mais pas bêtes…

J : Pour revenir à ce que tu disais, « c’est pas ça qui me fait croûter », l’idée ce n’est donc pas de pouvoir vivre de ta musique ou de tes vidéos ?

K: Non, je le fais d’une façon pro, je passe beaucoup de temps dessus, mais si c’est pour signer sur une major, je ne vois pas l’intérêt. J’aurais dû sortir un DVD bientôt. Mais il y avait tellement de gens qui voulaient croûter dessus, quel intérêt ? Pour vendre 2500 skeuds, t’as besoin de personne. T’as pas besoin de maison de disque, t’as besoin de rien. Le jour où quelqu’un s’intéresse à ça il faut qu’il y ait une vraie valeur ajoutée, un vrai truc concret. Si c’est juste pour signer un truc, ça sert à rien, t’en as pas besoin. Ici dans la région pour faire un truc t’as besoin de personne, on peut le faire seul.

P : T’es autoproduit ?

K: Ouais.

P : Ton CD tu l’as fais chez toi ?

K: Chez moi à la maison, tout seul. Comme mes vidéos, je les fais seul. Je tourne tout seul, je monte tout seul, je suis seul. Je suis ma propre équipe technique, je suis mon propre producteur, je suis mon propre réalisateur, je suis mon propre acteur.

P : T’en est à combien au niveau des téléchargements et des ventes de CDs?

K: On est à 900 000 téléchargements et 2500 CDs vendus. T’as l’impression que ce n’est pas grand-chose mais j’ai ouvert les yeux le jour ou j’ai commencé à rencontrer des gens dans les Fnacs et que j’ai commencé à me renseigner sur les ventes de CDs autoproduits. Un groupe local qui tourne et qui fait des concerts sort son CD, c’est pas des bites, mais c’est pas non plus des stars. Ils le mettent en dépôt vente à Strasbourg, combien ils en vendent 25 si ça se vend bien. Une fois que tu l’as vendu à ta famille, tes potes, comment tu vas les vendre ?

P : En concert à la rigueur ?

kansas05 K: À Strasbourg on a fait sold out à la Laiterie et on a vendu 27 CDs ! Il faut sortir de ce cliché de dire « le rock ça marche », c’est pas vrai. Ou tout le monde est au même niveau, ou c’est le boum. Et puis ce milieu, la musique, c’est de l’esbroufe, il y a de l’esbroufe partout. Je suis intermittent, je bosse pour plusieurs chaînes de télé et c’est vraiment un cas habituel de rencontrer des mecs qui te balancent de ces trucs…. Tu as envie de leur dire les mecs dites les choses simplement, ça serait beaucoup plus simple. Il faut être un peu plus sincère, il y a un manque de sincérité flagrant là dedans. Je ne suis pas le chevalier blanc, mais je le vois avec pas mal de recul et je pense que si Kansas a un écho maintenant c’est parce que ma démarche est assez claire. Mes vidéos sont libres en téléchargement, il n’y a pas de pub sur le site, le CD je l’ai vendu moins de 10?, le concert à la Laiterie je ne voulais pas que ce soit plus de 15?, on a réussi. Bon là [le concert du jour, NDLR] c’est pas de mon ressort, je regrette que le concert soit à ce prix là ce soir. Je pense que c’est pour ça qu’il y a aussi un écho, parce que je prends les choses un peu différemment de ce que les gens ont l’habitude de voir ou de ne pas avoir vu. Parce que mon truc est assez original. Dans mon créneau il n’y a personne.

P : Le buzz avec internet et cette espèce de personnage que tu t’es fait, de beauf attachant, ça fait un peu penser à Brice de Nice non ?

K: Ouais. Brice son truc a été produit parce qu’au jour d’aujourd’hui, il est crédible dans la profession. Il a une aura d’acteur…. Moi je ne crois pas du tout en l’explosion de Kansas, qu’un mec va arriver… parce que les mecs ne comprennent pas ce truc là encore, personne ne comprend ce truc là.

J : Est-ce que tu en souffres de ce manque de crédibilité auprès de certains ?

K: Ça fait 20 ans qu’on me dit que c’est de la merde, et moi depuis toujours je sais qu’il y a quelque chose. Depuis toujours je me dis que c’est marrant. La connerie et la bêtise ça fait toujours rire. Je trouve ça vachement intéressant cette histoire, au contraire. Mais je n’en souffre pas….. Pas du tout.

J : Dans l’interview parue dans l’Alsace il y a quelques jours, tu disais que tu aimerais bien faire des festivals cet été, mais que justement tu étais confronté à un problème de crédibilité aux yeux des professionnels ?

K: Parce que les gens n’ont pas vu le spectacle, et qu’ils ne s’intéressent pas à moi autrement que…Bon les Eurocks ils me connaissent à travers l’image. Ils pensent que ça va être pareil sur scène. Dans le programme du Nouma, ils ont annoncé Kansas of Elsass, Chanson marante . Depuis un an je suis meilleur vente rock français à la FNAC de Strasbourg, devant Sinsemilia jusqu’au mois de juillet. Ou je fais du rock français ou j’ai la rock n’ roll attitude, mais je ne fais pas de chansons marantes. Je ne suis pas dans le rayon humour. Tu sais j’ai pris comme démarche avec ce personnage de ne plus aller vers les gens. Je ne veux plus aller vers les gens et essayer de défendre ce truc là, parce que c’est indéfendable. C’est super difficile à vendre. Soit les gens sont convaincus et ils vont m’aider et faire quelque chose à leur manière soit pas du tout. Et le Net c’est exactement ça, c’est une personne qui a récupéré une fois un truc et a appelé son pote en lui disant si je t’assure c’est bien, regarde ……

J : Tu serais hostile à l’idée de mettre ton CD sur le net ?

K: Le CD c’est le respect de l’oeuvre. Une fois de plus c’est un peu naïf de ma part mais l’idée c’est « téléchargez les vidéos, marrez vous, mais en contre partie, achetez moi le CD ». Je le vends 9,30?, pas 20? ou 30?. C’est 9?30. Là dessus je ne gagne pas grand-chose. J’ai peut être un problème avec ça mais c’est une question de reconnaissance. J’ai beaucoup de notoriété, mais la reconnaissance ça se manifeste à travers quoi ? Les gens qui vont venir ce soir au concert et les gens qui achètent le CD. Autant je mets de l’audio et de la vidéo en ligne, autant le CD je ne veux pas. Il y a un minimum de respect à avoir par rapport à ça. Je ne demande pas grand-chose. Et le truc se vérifie, parce que le CD tu ne le trouve pratiquement pas en téléchargement. L’idée de Kansas, c’est je bosse dessus encore jusqu’au mois de juin de l’année prochaine [2006, NDLR] et si il n’y a rien qui se passe, je lève le pied. Je n’ai pas dit que j’arrêtais mais je lève le pied, parce que là ça me prend beaucoup, beaucoup de temps. Ça me prend 80% de mon temps libre cette histoire. Entre réaliser les trucs, les penser et puis bosser parce qu’il faut quand même que je croûte, ça me fait beaucoup de temps passé là-dessus. C’est génial parce qu’il se passe quelque chose, tu parles à des gens, tu ne parles pas dans le vide, c’est vraiment la récompense mais ceci dit à terme c’est plus gérable non plus.

P : En regardant tes vidéos, les Touristas, notamment celle sur la statue de la liberté de Colmar et celle sur le pont de Strasbourg, on sentirait presque comme une sorte de conscience politique dans tes propos….

kansas2 K: Absolument. Moi je dis que c’est du civisme tout simplement. Pouvoir dire des choses sans censure, c’est juste du bon sens. Je tape pas sur des trucs gratuits. C’est quand même des problèmes qui nous concernent tous et qui sont quand même quelque part choquant. Quand tu vois la statue de la liberté à Colmar, je pense qu’il y avait autre chose à faire que ça pour rendre un hommage à Bartholdi. Franchement c’est un truc qui fait marrer tout le monde. Les trois quarts des gens ne savent même pas que c’est un mec de Colmar qui a fait la statue de la liberté, ça te fait penser à un truc de centre commercial genre centre commercial de la liberté . C’est une caricature ce truc là. À Strasbourg, l’histoire du pont c’est une grossièreté aussi. J’ai également tourné un truc à Mulhouse sur les arches de Buren, ça passera ce soir ( sourire qui en dit long ).

P: Les références ironiques aux voitures sont relativement omniprésentes dans ton univers…

K: En prenant l’accent Ouais bon la 305 c’était quand même une belle bagnole et c’était bien de leur faire un petit hommage quand même… (rires) . Je trouve que ça va bien avec l’univers de Kansas . C’est un accessoire indispensable à ce genre de personnage. Ça véhicule une symbolique quand même assez particulière. Toute une image de musique techno et de trucs à la con…. Ce n’est pas vraiment pour me foutre de la gueule du truc, c’est juste assez cocasse et c’est quelque chose qui fait marrer tout le monde. Je crois que Kansas il aurait un appartement avec un frigo en carbone avec un compresseur trafiqué (rires) . Une espèce de tuning domestique à la con…

P: Justement t’as déjà pensé à donner au personnage de Kansas, un background supplémentaire, avec une maison, une famille, des amis…

K: Je pense que s’il devait y avoir une finalité à cette histoire, ce serait de faire un film. Un long métrage avec de la musique, une sorte de road-movies totalement débile comme j’ai fait pour Ze alsacian world tour, le documentaire que j’avais tourné pour la promo du CD. Tout est vrai là dedans tu sais…. Les mecs ils sont hallucinants… T’es à Mulhouse chez Dreyeckland (NDLR radio locale), je tourne et il y a un mec qui nettoyait les vitres qui se retourne et qui me dit Hé, moi j’ai fait du porno . Il était énorme le gars et là tu te dis Mais c’est pas vrai …. Et si c’est vrai… Donc ouais l’idée ce serait de terminer avec un long métrage mais bon l’accent alsacien rebute un maximum de professionnels…

J: Ce serait quoi la journée type de Kansas ?

K: (En prenant l’accent) Bon alors il se lève, il demande à sa femme de lui repasser son slip. Après il va prendre son tuning magazine avec un bon café. Un café au lait comme ça il peut aller aux chiottes après. Le transit c’est important tu sais (rires) . Bon après il prend sa caisse pour aller voir ses potes à l’usine parce que lui il bosse plus. Il vit un peu du chômage et il laisse sa femme bosser. Après il rentre chez lui et il sort le chien… il a forcément un clébard…. Après il va dans le salon, il regarde un film…. un Stallone ou un truc comme ça. Il brique un peu la bagnole, fait un peu de musique. Sa femme rentre du boulot, elle fait le ménage, il regarde la télé… (rires) . Je n’ai jamais pensé à ça tiens…. Faudra que j’y réfléchisse un peu plus….. Bon c’est un beau beauf quand même… Et le soir il repasse sa veste à franges (rires) …..

J: T’es passionné de foot ?

kansas4 K: Ouais. Ce qui est bien c’est qu’on va bientôt voir le FC Mulhouse et le Racing ensemble en coupe CFA (rires) . Je suis assez le foot, mais je ne suis pas un supporter. Je sais ce qui se passe on va dire. Le tourista que j’avais fait sur le racing l’année dernière, c’était un vrai coup de gueule, parce que Strasbourg c’est tout le temps le même truc et cette année ce n’est pas mieux…

J: Il y a Afflelou maintenant (au moment de l’interview, entre temps il s’est barré NDLR)….

K: Ouais, il doit sûrement avoir des lunettes de visionnaires (rires) . Tiens je vais penser à parler de ça ce soir (sourire) . Bon j’avais fait ça en concert la semaine dernière, il y avait des supporters du Racing, je te dis pas l’accueil…. Les mecs ils m’ont fait ( en prenant l’accent ) « Ouais c’est pas vrai, on va s’en sortir tu verras !! »

P: Qu’est ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

K: ( En prenant l’accent ) J’aimerais bien une nouvelle culasse pour la 305. Parce que là j’ai vraiment péter la culasse de la 305….. Donc trouver une bonne culasse d’occase, c’est quand même assez dur (rires) . Non souhaitez moi un bon concert ce soir, ce n’est pas évident pour moi. Faut que j’y arrive, que je sois dedans. Sinon il y a les mecs des Eurocks qui seront là….

J: Ils auront donc un aperçu de la crédibilité dont on parlait….

K: Au fond de moi, objectivement, j’aimerais vraiment faire les Eurockéennes…. Peut être que j’ai pas du tout ma place là bas mais quand j’ai tourné aux Eurocks cette année, je me suis dis qu’il manquait quand même un truc qui déconne, qui file un peu la pêche et faire quelque chose là bas ça pourrait vraiment être marrant. Peut être c’était le fait d’être off, d’avoir accès partout, mais il y avait tellement de sérieux partout….. Tu verras ce soir, on fait pas mal de choses différentes sur scène. C’est quand même assez rock’n roll comme show.

Et rock’n roll cela l’a été pendant plus de 2h00. Des premiers rangs reprenant en coeur toutes les paroles des chansons, un groupe au taquet et un Kansas en grande forme. Un concert de furieux dont on ressort heureux et conquis. En espérant que le prochain soit pour très bientôt.

Un grand merci à Kansas pour sa disponibilité et son accueil. Zanx !

En savoir +

Le site de Kansas avec les fameuses videos: http://www.cigogne.net/-Kansas-est-la-.html

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 26 juin 2006
    Anonyme a écrit :

    ON est tous avec toi Kansas, baisse pas les bras !

    les Fans du 6-7.

  2. 2
    le Jeudi 26 avril 2007
    Anonyme a écrit :

    J’ai récup une nouvelle vidéo de Mr Kansas, c’est là http://www.dailymotion.com/milou67760/video/3056170

  3. 3
    le Vendredi 6 janvier 2006
    Kansas a écrit :

    pour faire suite au concert du nouma, il y avait bien les mecs des eurocks et la crédibilité dont je parlais dans l’interview c’est bien révelée avec l’appréciation des sommités en la matière (eurock) : ‘c’est bancal kansas’ (sic), bon c’est vrai le gang c’est pas une bande de musicos classique et moi je ne prétends pas faire la star ac avec mon organe, et quand j’écoute la bande du live il y a bien des ‘pains’ par çi par là (c’est vrai il y a encore du boulot…) mais le public a répondu présent (comme à la laiterie) et a passé une bonne soirée (comme nous) Kansas en live ne ressemble à rien d’autre c’est aussi débile que n’importe quel concert rock mais au moins on le dit…, l’album de Kansas est à nouveau meilleure vente rock français à la fnac de Strasbourg (boudé par toute les radios, il paraît que c’est ringard…) et cigogne a généré plus d’un million de téléchargements de vidéos !!! tout çà pour me dire que l’aventure a démarré sur le net sans l’aide de personne mais grâce à tous les fans et que ma route et mes efforts seront désormais consacré au developpement sur le web… (bon on fera encore quelques live, je prépare également un nouvel album mais définitivement il ne faut attendre rien de personne et çà remet bien les pendules à l’heure…)

    hopla à tous et mon attitude : LMAA !

    Kansas.

Réagissez à cet article