Juno

par Polly|
Une ado qui tombe enceinte. Avec une telle amorce de scénario, il était légitime de s’attendre au pire. Et bien non. Le mélodrame larmoyant et tant de fois exploité n’est pas au programme dans Juno.

Il en est tout autrement.

juno-poster2-big-2Exit les questionnements banals et les crises de larmes. Le film ne dissèque pas la difficulté de porter la vie à 16 ans, mais dresse bien une belle palette de caractères. Car oui, Juno ( Ellen Page ) c’est d’abord un caractère. Et bien trempé de surcroît.

Juno ne tourne pas autour du pot.

Juno ne se lamente pas pendant une heure et demie.

Juno assume.

Juno est aux antipodes du stéréotype de l’américaine moyenne.

Elle s’habille comme une bûcheronne, ne connaît pas le maquillage, ne sait pas réellement se coiffer et parle sans la moindre pudeur. À certains moments, on la prendrait presque pour un homme. Si elle est tombée enceinte c’est d’ailleurs entièrement de sa faute. Elle ne s’est pas fait abuser par un affreux quaterback de l’équipe du foot du lycée. Si elle a décidé de coucher avec sa sauterelle de meilleur copain c’est uniquement par ennui. Elle en assumera donc les conséquences. Elle n’avortera pas, mais elle ne l’élèvera pas non plus. Elle n’est pas assez mûre et elle le sait. Elle va partir chercher la famille idéale qui assumera ce lourd fardeau à sa place.

La force du personnage de Juno tient certainement de la remarquable interprétation d’ Ellen Page, et de l’atmosphère unique qui se dégage du film. Une ambiance simple, juvénile et sans prétention qui nous plonge dans une Amérique peu connue où les parents bien que résignés continuent à faire preuve d’un optimisme à toutes épreuves.

Un film plein de cet humour fin qui manque trop souvent aux comédies US. S’il ravira la grande majorité du public féminin, il devrait également toucher une certaines gente masculine malgré le rôle purement mécanique qui leur est attribué pendant une bonne partie du scénario.

Universel et piétinant tous les clichés du genre avec joie et délectation, Juno est une très jolie histoire sur la découverte de l’Amour par une adolescente butée et bornée qui était très loin d’imaginer ce que ce mot signifiait vraiment.

Partager !

En savoir +

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mardi 1 avril 2008
    Julia a écrit :

    J’ai aussi été agréablement surprise par ce film, je m’attendais pas à grand chose mais j’ai bien aimé l’atmosphère juvénile comme tu dis :)
    Et la BO est très sympathique, avec Cat Power, Belle & Sebastian et The Moldy Peaches.

  2. 2
    Pascal
    le Mardi 1 avril 2008
    Pascal a écrit :

    Et les Hoosiers ;o)

Réagissez à cet article