Jumper

par Trots|
Jumper c’est : Anakin Skywalker reconverti dans une carrière cinématographique pas bien brillante, un scénario fantôme (voire une menace), le retour de la misère visuelle, la revanche des acteurs creux, la guerre de la fin sans queue ni tête, l’empire de la non-contre-attaque. Bref, pas vraiment un nouvel espoir… Mais que fait la censure ?

jumper-2David, un jour d’adolescence pré-pubère comme les autres, découvre qu’il est capable de se téléporter dans tous les endroits du monde. Tant mieux, parce que sa situation familiale et scolaire n’est pas très sympa dans l’ensemble. Il en profite donc pour disparaître, en laissant derrière lui une jolie fille, que de toute façon il retrouvera des années plus tard quand il sera beau et fort. Après un temps passé à faire joujou avec son nouveau pouvoir, il découvre bien entendu qu’il n’est pas le seul à l’avoir et que la vie n’est pas si simple, parce que des méchants veulent tuer les Jumpers . Arrg, ça fait peur.

Avec une histoire pareille, on peut s’attendre à un navet insignifiant. Eh bien pas du tout ! Le navet est bien plus insipide qu’il n’y paraît !! Doug Liman ( La mémoire dans la peau ) réinvente le cinéma : il permet à présent d’économiser l’achat d’un livre de photos des monuments du monde et de ne pas avoir à se déplacer jusqu’à l’agence de voyages la plus proche pour récupérer un catalogue du Club Med. Grâce à ce film, on découvre Rome, le Sphinx, un désert, bien d’autres paysages, et surtout l’intérêt d’aller d’un lieu à un autre sans prendre l’avion (un film écolo ??).

Les acteurs ( Hayden Christensen, Samuel L. Jackson ) n’apportent rien (normal en même temps, avec des rôles aussi nuls), la mise en scène a dû être coupée au montage, les effets spéciaux relèvent des grands classiques (poursuite en voiture, corps à corps douloureux). Le film se termine finalement sur une scène invraisemblable, annonçant un suspense haletant avant que ne défile le générique.

Une trilogie en vue ? Qui sont vraiment les Jumpers ? D’où viennent-ils ? Qui sont les vilains qui veulent tous les buter ? On ne sait pas. Et on ne le saura probablement jamais, parce que si quelqu’un nous faisait l’affront de sortir une suite à cette soupe, on irait en personne lui mettre un coup de pied aux fesses. Non mais.

Partager !

35 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Loïc
    le Mardi 11 mars 2008
    Loïc a écrit :

    Ton article m’a fait sourire. Et en même temps m’a donné envie de le voir, ce film (masochisme?). Ca tombe bien, je l’ai à disposition depuis un moment déjà. Allez hop, je m’y mets! :)

  2. 2
    Fabien
    le Mardi 11 mars 2008
    fab a écrit :

    Entendu quelque part : « Euh Jumper c’est l’histoire d’un mec qui saute non?? »
    Voila

  3. 3
    le Mardi 11 mars 2008
    Pascal a écrit :

    Ouais mais bon à 9 euros la bouse, cela commence à faire cher juste pour avoir mal ;o)

  4. 4
    le Mardi 11 mars 2008
    Hanky Panky a écrit :

    J’irai pas voir cette bouse alors je demande : vous voulez dire que des mecs capables de se téléporter se coursent aussi en voitures ??

    J’vais faire scénariste à Hollywood, moi ! Ca va pas traîner !

  5. 5
    le Mardi 11 mars 2008
    kyra a écrit :

    Oui bon …

    no comment.

    Si c’était vraiment merdique, était-ce vraiment nécessaire de se donner la peine d’écrire un papier ? Un peu gratuit je trouve. Et les commentaires qui s’en suivent n’apportent rien du tout. De la trollisation virtuelle, rien de plus.

    Je pense sincèrement qu’il faudrait créer une rubrique spécialement dédiée aux bouses sonores ou visuelles que l’on est/sera amenés à rencontrer, histoire de planter le décor dès le départ et de ne pas se taper des commentaires inutiles et stériles, puisque redondants, n’apportant strictement rien au débat éventuel, si ce n’est du vent ou de la méchanceté gratuite. Même si c’est drôle. Le problème c’est que ça fait carrément TACHE au milieu des autres articles, et ça surprend, ça fait sourire ou ça fait grincer des dents. Moi j’aime pas. Ca manque de doigté, ou de finesse, j’en sais rien.

    Bref. Une rubrique poubelle, genre les chiottes de Discordance : ce qu’on vous déconseille fortement d’aller voir (film, concert, expo etc) ou d’entendre (cd) avec humour 2d degré à la clef bien entendu. Ca évitera peut-être les débordements du style ‘ouais c’est une bouse’, ‘putain t’avais raison’, ‘haha trop nul le scénar’, ‘ouch, quel son pourri l’autre soir!’, ‘et les grolles du bassiste, t’as vu ses grolles?’ … bref :)

    It’s up to you.
    Cheers.

    k.

  6. 6
    le Mardi 11 mars 2008
    Hanky Panky a écrit :

    Perso, j’me fous bien de savoir où vous voulez ranger ces chroniques. C’est pas mon webzine. Moi, j’lis comme ça vient. J’viens même juste de capter que c’était ensuite classé. lol

    Toujours perso, j’reste intéressé d’savoir quand un film ou un CD est une bouse histoire de pas y lâcher le peu d’fric que j’ai. Et JUMPER, j’me suis taté à un moment alors c’te chronique est la bienvenue.

    Si c’est une bouse et qu’on sait pourquoi, moi, ça m’va ! J’dis ça mais c’est toujours pas mon zine.

    Last but not least, faudrait p’t'être laisser un peu les gens s’lâcher aussi, hein, un peu. Ca fait du bien là où ça fait du bien. Et c’est pas quand vous encensez le truc qu’on peut le faire si j’y réfléchis one minute !

    J’termine : Madame Kyra, c’est quand que tu t’y remets au lieu d’empêcher les internautes de se défouler en rond ? Ca fait un bail que j’ai rien lu de toi. On s’connait pas mais je kiffe ta prose. Elle a le don de m’énerver. J’adore. Alors maintenant que je me mets à commenter, j’aimerais bcp !

  7. 7
    Trots
    le Mardi 11 mars 2008
    trots a écrit :

    Pour ne chroniquer que des bons films super esthétiques et intellectualisants, il y a telerama. On peut aussi écrire sur les mauvaises toiles je pense, je ne croyais pas que discordance était réservé aux grandes oeuvres. Ou j’ai mal compris le concept?
    cheers, de même.

  8. 8
    le Mardi 11 mars 2008
    Pascal a écrit :

    Pas mal l’idée de la rubrique effectivement. Faudra qu’on creuse ensemble le concept. Il y a moyen d’en faire un truc assez percutant !

    Ecrire une critiques cinglante sur un mauvais disque ? Why not… Ça m’est déjà arrivé (Cf [Marie Mai->187]).

    Que cet article fasse tâche parmi les autres, je ne le trouve pas. Je ne l’aurais pas mis en ligne dans le cas contraire.

    Pour ce qui est des commentaires, si le mien ne restera sans doute pas dans les annales, j’ai trouvé la remarque sur l’intérêt d’une course poursuite pour des mecs pouvant se téléporter, assez intéressante…

  9. 9
    le Mardi 11 mars 2008
    Hanky Panky a écrit :

    Merci ! J’crois que c’est la 1ere fois d’la journée qu’on trouve intéressant un truc que j’dis. Alors je vais postuler pour « commentateur sur Discordance » si vous voulez bien.

    Et puis merci de m’avoir fait découvrir « Marie Mai ». Ouais, merci bien ! lol

    D’ailleurs, les commentaires sur c’te p’tite Marie étaient assez gratinés : « pet (inoxydable) d’un lapin » ? Ca, c’est du commentaire, soit dit en passant. Du pet à la bouse, ya qu’un pas.

    J’peux parler ici de « pet (téléportable) de lapin » pour évoquer JUMPER ? Histoire d’me faire accepter ? lol

  10. 10
    le Mardi 11 mars 2008
    Lola Amora a écrit :

    C’est nul! Vous oubliez l’essentiel: le charme fou de Hayden Christensen! Un truc de guedin! ^^

  11. 11
    PaD
    le Mercredi 12 mars 2008
    PaD a écrit :

    Et bien que de commentaires (voir de tensions) pour un film pareil, ca me surprend ! Moi qui pensais qu’il retomberai dans l’abime d’où il était sorti. Enfin … c’est vrai qu’il est pas bon, mais on a vu pire, c’est vrai que Hayden « bellatre » Christensen est dépourvu de charisme, mais bon..

    Toujours est il que les débats autour concernent plus le concept de critique. C’est vrai que c’est plus facile de taper sur un film mauvais que de comprendre ce qui en rend un autre si bon, mais dans le cas de blockbuster de ce genre qui nous bombardent le crane à grand coup de promo, il est important de prevenir les gens que c’est une arnaque, sinon,comment lutter contre l’appauvrissement du cinéma ? Les critiques négatives sont nécessaires, ont ne peux pas écrire que sur ce qui nous plait, ce serait etre élitiste voir sectaire, ce qui je pense va à l’encontre des principes de ce webzine ! Une rubrique navets ? Pourquoi pas mais ca sucitera autant de débats je pense, les navets des uns étant les chef d’oeuvres des autres. Mais bon j’aime bien les débats donc …

  12. 12
    le Mercredi 12 mars 2008
    kyra a écrit :

    Je critiquais le concept effectivement. Et c’est toujours intéressant de voir les langues se tortiller quand on égratigne le vernis d’une chronique ou d’un commentaire lambda. Mes remarques visaient l’article de Trots. Cela aurait pu tomber sur quelqu’un d’autre, ou vice versa. Je ne suis pas là pour amuser la galerie, faire dans le sensationnel, l’attaque ou la lèche gratuite. J’aurais pu parler de tout ça en privé via un staff virtuel avec le reste de la team. Oui sans doute. Sauf que ça peut aussi faire réfléchir les commentateurs potentiels, et rendre une chronique plus attractive parce que déchainant plus de passions. Cracher sur un film ou un CD c’est bien quand le fond accompagne la forme ; ce n’est pas un exercice facile. Mais quand on voit l’impact et la profondeur des réactions qui en découlent, je me pose des questions. Justifiées ou pas, chacun son point de vue. Discordance porte bien son nom, pourtant. Cet article fait tache parce que tout le reste parait bien lisse en regard, excepté la chronique sur l’album de Marie Mai et d’autres peut-être dont je ne me souviens plus. Enfin, il me semble que je n’ai attaqué personne en particulier, il faudrait peut-être apprendre à lire calmement les choses avant de s’énerver ou de se vexer. Hanky Panky, je ne kiffe pas ta prose, et n’ai de comptes à rendre à personne en matière de rendement calligraphique.

    Salut.

    k.

  13. 13
    VIOLHAINE
    le Mercredi 12 mars 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    Ouh la!

    Moi je venais juste ici pour blablater vite fait sur le charme fou de Hayden Christensen, et puis vlam, je me prends le débat dans la face.
    Et j’ai pas tout bien compris.
    On juge quoi, là ? La teneur des articles de Discordance ? Le ton utilisé par Trots ? LE FILM ?
    Je sais plus où est le noeud du problème. Ni même s’il y a un problème, d’ailleurs.

    Anyway.
    M’en fous, Hayden a peut-être un charisme zéro, mais il a un charme fou !

  14. 14
    le Mercredi 12 mars 2008
    Hanky Panky a écrit :

    Aïe ! Ca pique ! :)

  15. 15
    PaD
    le Mercredi 12 mars 2008
    PaD a écrit :

    Tout à fait Kira, dans le positif comme dans le négatif, la forme doit etre en accord avec le fond, sinon c’est de la joute verbale !

  16. 16
    Loïc
    le Mercredi 12 mars 2008
    Loïc a écrit :

    Je suis tout cela avec intérêt depuis hier; je m’étais gardé de participer jusqu’à présent mais là j’avoue ne plus pouvoir. Je pense que le premier commentaire de Kyra a peut-être été mal interprété par certaines personnes (dont moi), notamment au niveau du mot « tâche ». Si j’ai bien tout compris cela signifiait « juste » qu’au milieu d’articles plus ou moins élogieux, « lisses » pour citer son second commentaire, un tel article ne peut que sortir du lot. Je ne suis pas tout à fait d’accord sur le terme lisse mais soit, là c’est une affaire d’opinions.

    En revanche je comprends tout à fait que certains aient pu se sentir visés par les commentaires dits « inutiles et stériles » si je me souviens bien. Je n’aime pas ces jugements. Effectivement ils peuvent ne rien apporter de concret au débat (encore que là il n’y en avait pas, donc je vois mal quoi apporter) mais inutiles ils ne le sont pas. La critique doit être constructive, mais dans les commentaires il est important que chacun ait la liberté de donner son avis, quel qu’il soit, et même si c’est pour parler des chaussures du bassiste. J’adore susciter ou participer à des débats, mais j’aime aussi les commentaires sympathiques et parfois drôles des gens, qu’ils soient ou non « utiles ».

    Je terminerai par dire que pour ma part j’ai trouvé amusante et assez pertinente la remarque de Hanky Panky quant à ton commentaire, Kyra, sous la chronique de l’album de Marie Mai :) Et effectivement comme l’a dit PaD si l’on ne prévient pas les gens qu’un de ces films dont la promo est absolument à chaque coin de rue est en vérité un pur navet, à quoi on sert?

    Amicalement,

    Loïc

  17. 17
    le Mercredi 12 mars 2008
    kyra a écrit :

    Ouais. J’ai peut-être perdu l’occasion de me taire. Encore une fois. Mais bon. A défaut d’écrire des chroniques, je vais peut-être me reconvertir dans le commentaire acerbe pour soulever un vent de discorde de temps en temps. Encore que, faut voir l’arène et les combattants. Et le résultat : des joutes verbales, chacun y allant de sa petite analyse et/ou de sa petite phrase assassine. Difficile de résister, c’est trop tentant. Putain, on fait pas de la politique ici. J’ai rien à vendre, et je me heurte bien souvent à des esprits susceptibles et peu enclins à la critique. Si vous soumettez des chroniques aux yeux de tous, apprenez à débattre, à mouiller votre chemise, à serrer les dents, à chercher à comprendre, je sais pas moi. Ca manque de vie tout ça. Comme s’il fallait qu’on se fighte pour enfin communiquer et donner une impulsion à ce zine, et ses articles. Faites les comptes, regardez les articles ayant récolté plus de 10 commentaires. Rares sont ceux qui sont restés calligraphiquement corrects, abondant dans le sens de l’article en question, mais débordant plutôt sous forme de règlements de compte +/- personnels ou mettant le doigt sur des points relativement sensibles, extrapolables et amenant à réfléchir. Non ? Tant pis.

    Tout ça pour dire, que ça ne donne pas envie d’écrire, sachant les regards et les sourires en coin qui se dessinent derrière les écrans, parfois. Le nombre de rédacteurs a pas mal augmenté, Discordance a acquis un bon rythme de croisière. C’est cool. Ca masque les absences. Même si certains veillent au grain. Je suis déjà mal à l’aise rien qu’en pensant aux futurs papiers que j’avais l’intention d’écrire, incessamment sous peu. C’est con. Ces petites joutes verbales sont assez révélatrices dans l’ensemble. Je pensais que ça pouvait représenter une force quelque part, une certaine cohésion dans nos divergences. Mais non.

    Bonne soirée.

    k.

  18. 18
    Loïc
    le Mercredi 12 mars 2008
    Loïc a écrit :

    J’aimerais commencer par dire que je n’ai pas eu l’impression de t’agresser, et que si c’est l’impression que mon commentaire t’a donné je m’en excuse. Pour ce qui est de ce que tu viens de dire j’ai effectivement l’impression qu’il faille de plus en plus se fighter pour communiquer. Personnellement ça me va tant que ça reste de la communication et que ça ne vire pas aux règlements de comptes personnels comme tu disais. Un débat passionné est à mon sens la marque d’un véritable débat. Et ne te sens pas mal à l’aise vis à vis des articles que tu comptais écrire prochainement. Plus ils susciteront un débat et mieux ce sera je pense.

    La question plus générale que je me pose est : est-ce que les gens peuvent prendre suffisamment de recul pour échanger des idées et des opinions sans pour autant devenir agressifs, insulter et prendre à parti? De ce que j’ai pu voir dans la vraie vie, sur mon blog, sur celui d’autres pesonnes ainsi que sur divers forums, il semblerait globalement que cela devienne difficile. C’est dommage.

    Loïc

  19. 19
    le Mercredi 12 mars 2008
    Anonyme a écrit :

    La calligraphie est, étymologiquement, l’art de bien former les caractères d’écriture.

  20. 20
    VIOLHAINE
    le Mercredi 12 mars 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    J’ai peut-être perdu l’occasion de me taire. Encore une fois.
    Ben non je trouve pas, au contraire ! :)

  21. 21
    Stedim
    le Mercredi 12 mars 2008
    Stedim a écrit :

    Le 21ème commentaire semble être pour moi.

    Répondez-vous ! Battez-vous ! Contredisez-vous ! Vexez-vous ! Insultez-vous ! (quoique je n’ai pas encore lu d’insulte) Groupez-vous ! Dissociez-vous ! Déchirez-vous ! Défoulez-vous ! Dessoudez-vous ! Victimisez-vous ! Moquez-vous !

    Perdez votre temps, même !

    Mais, svp, n’y accordez plus trop d’importance au-delà des 60 premières secondes passées sur cette page. Là, ce serait ridicule.

    C’était la parole du soir, espoir.

  22. 22
    Stedim
    le Vendredi 14 mars 2008
    Stedim a écrit :

    Cette semaine, ce film franchit en France la barre symbolique du million d’entrée : 1 012 793 spectateurs en trois semaines.

  23. 23
    Trots
    le Vendredi 14 mars 2008
    trots a écrit :

    cette semaine, cette chronique franchit la barre des 22 commentaires!

  24. 24
    le Samedi 15 mars 2008
    De passage a écrit :

    Le problème avec cette critique c’est qu’au fond elle pourrait être plus travaillée. Comme le film.

    Je ne crois pas que Jumper pêche par sa réalisation. Il y a des moyens et c’est solidement emballé. J’aime l’idée qu’une action commence dans un plan à Rome, se poursuive dans le suivant à Hong-Kong (ou au Japon, sais plus…) et termine à N.Y. C’est super nerveux et quelques scènes t’en mettent vraiment plein la tête. « Misère visuelle »? C’est un poil exagéré. Après, si on le regarde sur petit écran avec un son pourri, (j’espère que tu vas au ciné, Trots) c’est un autre problème. Je suis pas pour se saigner de 9 euros pour aller voir des daubes, mais je déteste l’idée qu’on pirate des films qui sont au grand écran ce que les montagnes russes sont à la fête foraine.

    Le mec a du métier et sait tenir une caméra, tu peux pas lui enlever ça. Go, La mémoire dans la peau, Mr and Mrs Smith, pas des chef d’oeuvres mais pas des films de manchot non plus. Après comme il est dit dans la chronique, on peut pas faire des merveilles de direction d’acteurs avec un scénar pareil.

    Mais plutôt que de t’en tenir à des généralités, tu aurais pu, par exemple, pointer quelques défauts ou idées un peu plus symptomatiques de ce cinéma là.

    Les Hollywoodiens me tuent par la facilité avec laquelle ils salopent des idées (high concept) pourtant super bandantes à la base. Et si j’avais les pouvoirs de Dieu ? -> Bruce tout puissant. Et si j’avais une télécommande pour agir sur ma vie ? -> Click. Et si on pouvait se téléporter ? etc etc.

    Dans Jumper, le héros alors collégien, prend conscience de ses pouvoirs en tombant dans l’eau d’un lac gelé sous les yeux de la nana qu’il kiffe en amoureux transi.

    Alors qu’il est à deux doigts de se noyer, pouf, il se téléporte dans une bibliothèque.

    Au yeux de sa petite amie, des dizaines de témoins, de sa famille et des flics il est donc porté disparu, noyé dans une eau à – 12 °.

    Premier problème : au lieu de revenir voir sa copine , le mec prend ses clics et ses claques et s’enfuit. Prétexte : « Elle ne me croirait pas ». Mmmm. Moi tu me montres une téléportation en live, au bout d’un moment, après avoir cherché les caméras de Surprise Surprise, je suis prêt à te croire. Passons, c’est ça qui lance le film, et après tout pas de cinéma sans un minimum de suspension of disbelief, hein ?

    Deux problème, plus grave. Quand le mec, après avoir jumpé partout dans le monde (et avec tout plein de jolies filles) choisit de reapparaître au yeux de sa « belle » (bof bof) 6 ans après, elle le reconnaît de suite. Mais fait comme s’il ne s’était rien passé.
    - MAis qu’est-ce que tu fais là????
    - J’ai cru que tu étais mort!
    - On t’a fait du mal ?
    - T’es un remake du 6ème Sens ?
    - T’aurais au moins pu m’envoyer un mail !

    Nada. Elle ne lève même pas un sourcil. Les deux se font la cour tranquillou et en deux heures le mec l’a convaincue de poser des congés et partir avec lui à Rome. Mais après tout il a un « charisme fou » non ? (la grosse blague, ce mec joue comme une huître). Là je me suis dit : on se fout quand même un peu de ma gueule.

    Voilà en gros le tableau. Jumper est un film écrit

    1) par des licenciés ou thésards en Lettres et en commerce qui ont pour tâche de surtout pas faire trop compliqué (faire une copie double sur le nivellement par le bas effectué par les élites au cinéma)
    2) pour des gamins de 12 ans (interroger un môme sur sa vision de Jumper, tiens)
    3) sans aucun respect pour l’intelligence du public.

    Enfin, le nombre de trous d’airs, de facilités d’écriture, de questions laissées sans réponse dans Jumper appelle un dernier sujet. Après la prequel, le spin off, le remake quasi instantané de film étranger (ou le doublage le plus cher du monde, voir Mickael Haneke et Funny Games) : les Hollywoodiens inventent un nouveau genre : l’Episode 1. Soit le film qui n’a d’intérêt que pour poser les bases d’une trilogie. Et ça, c’est le pompon.

  25. 25
    le Dimanche 16 mars 2008
    kyra a écrit :

    Très intéressant point de vue, merci d’avoir pris le temps de formuler tes pensées, De Passage.

  26. 26
    le Vendredi 21 mars 2008
    Anonyme a écrit :

    Cher De Passage. Sache que oui, je vais au cinéma. C’est quand même mieux pour pondre des chroniques que d’être obligé d’attendre la version canadienne filmée de travers entre deux sièges. Même si des fois on regrette, malgré la carte illimitée qui permet toutes les folies.
    Pardon d’avance de ne pas être tout à fait d’accord avec certaines de tes remarques. Certes le Monsieur a tourné la Mémoire dans la peau. Mais il est aussi responsable de M. and Mrs. Smith, et là on tombe quand même bien bas.
    Et je ne trouve pas que Jumper soit « solidement emballé ». Au contraire c’est complètement décousu. Rien n’est cohérent, feu-Anakin Skywalker passe la moitié du film à se balader sur des cartes postales, il ne va pas à Rome ou en Egypte, mais au Colisée et sur le Sphinx, et même la course en bagnole jumpée ne ressemble à rien.
    Alors: non, je n’en attendais pas grand-chose, mais un simple divertissement hollywoodien aurait suffi ce soir-là. Pas de bol.

  27. 27
    Trots
    le Vendredi 21 mars 2008
    trots a écrit :

    Oups, j’ai oublié de signer le dernier commentaire. Peur de me faire rattraper par Samuel-L.-Jackson-je-te-poursuis-dans-tout-l’univers-mais-personne-ne-sait-pourquoi.

  28. 28
    le Jeudi 27 mars 2008
    De passage a écrit :

    Che(r)e critique de mon coeur,

    Tu as absolument le droit de ne pas être d’accord avec moi, en revanche, que tu capitalises sur ma prétendue « lâcheté » dans un post scriptum lapidaire, c’est déjà plus condamnable.

    Le fait que je signe De passage, Jean mich much, Aline, Samuel L Jackson ou de mon vrai prénom, on s’en fout, je resterai toujours pour toi anonyme, et ca n’apportera rien au débat. En même temps c’est l’hôpital qui se fout de la charité : si tes parents t’on baptisé trots, je te plains.

    De passage ça me plaît, point.

    Si cela peut te mettre plus à l’aise et te permettre d’accorder certains tournures de phrases, sache que je suis un homme.

    Passons. Tu as l’impression de t’être fait arnaquer avec Jumper ? Moi aussi. Là n’est pas la question : juste que je trouvais ta critique un peu facile. Apparemment, Kyra aussi. Et tu l’as descendue sous prétexte que « On peut aussi écrire sur les mauvaises toiles je pense, je ne croyais pas que discordance était réservé aux grandes oeuvres ».

    Tu sais ce qu’on dit en journalisme ? Il n’y a pas de mauvais sujets, il n’y a que de mauvais auteurs.

    Un peu d’humilité, jeune plume.

  29. 29
    VIOLHAINE
    le Vendredi 28 mars 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    Ho mais de l’humilité, il me semble qu’on n’en manque pas, à Discordance.

    Ce qui me plaît avec la nouvelle version du site, c’est qu’apparaît cette petite phrase, tout en bas : « Discordance (…) se veut le reflet subjectif de nos coups de coeur et de nos coups de gueule du moment (…). »

    Bref nous ne SOMMES PAS des journalistes, mais des « passionnés », et si on a envie de descendre gratuitement en flèche un film qui nous a déçu, je vois pas pourquoi on s’en priverait.

    D’accord, une critique se doit d’analyser un minimum « quelques défauts ou idées un peu plus symptomatiques », comme tu le dis, De Passage, mais dans le cas d’un film comme celui-là, sans vouloir paraître élitiste, je me demande si c’était bien indispensable.

    Mais je suis peut-être à côté de la plaque.

    PS: En ce qui concerne la remarque « vous voulez dire que des mecs capables de se téléporter se coursent aussi en voitures », de Hanky Panky, j’ajouterai simplement que cette course-poursuite est « justifiée » :
    bah oui, je me rappelle plus exactement de la scène, mais vu qu’ils peuvent se suivre à la trace en jumpant dans la trace de l’impulsion de l’autre, alors, que ça soit en bagnole ou à pied, ça se « comprend »…

    Et là j’en reviens pas d’avoir argumenté sur un truc aussi délirant… *rolleyes*
    Bonne journée tout le monde.

  30. 30
    le Vendredi 28 mars 2008
    Loïc a écrit :

    Hum… Tout un débat pour ça… Je pense qu’on est à peu près tous d’accord pour dire que Jumper est une des plus grosses arnaques cinématographiques de ce début d’année 2008 non?

    En revanche je ne comprends pas en quoi Trots a manqué d’humilité. Je suis d’accord avec ce qu’elle a dit, on ne va pas écrire des papiers que sur les merveilles cinématographiquesn, littéraires ou musicales, sinon on va pas écrire bien souvent. On bosse sur les sorties récentes et on donne notre avis, ça ne va pas plus loin. Elle a critiqué le film, a donné son opinion, et comme l’a si justement signalé Violhaine nous sommes avant tout des passionnés. On n’est pas là pour analyser en profondeur un film qui n’en vaut pas la peine je pense.

    Juste une remarque quant à la réaction de la petite amie qu’il retrouve quelques années après. Elle savait qu’il était vivant puisqu’il lui avait laissé la boule sur la balançoire :)

    Loïc

  31. 31
    le Vendredi 28 mars 2008
    DP a écrit :

    @Violhaine, Loïc, Trots : Oui, oui, oui et reoui, Jumper n’en mérite pas des tonnes, il y’a des sujets on ne peut plus graves que ça dans la vie, rien que la situation au Tibet par exemple.

    Mais attention à ne pas faire rimer « passionnés » avec amateurisme et légereté complaisants. La mention « reflet subjectif » (lapalissade) n’est en aucun cas manière de se dédouaner de sa responsabilité vis à vis de ses écrits ni d’envoyer à ses internautes les plus exigeants une fin de non recevoir.

    Violhaine, si une analyse ne paraît (jamais) « indispensable », si dans ce cas le film n’est rien d’autre que mineur (j’en conviens), alors qu’est-ce que nous faisons là ? Pourquoi Discordance ? Perso, j’écris pour être lu. Ce n’est pas parce qu’on débute ou qu’on a pas vocation à devenir journaliste qu’on ne doit pas chercher à s’améliorer non ?

    Il se trouve que pour ma part j’ai trouvé la critique en question facile – notamment dans sa propension à substituer la figure de style à l’argumentaire – tout comme il en est de très pauvres dans la critique pro et il y aurait tout un looong débat à faire là dessus.

    Les commentaires d’internautes font parfois mal à l’égo mais ne visent – la plupart du temps – pas un auteur en particulier mais une idée mal exprimée. Il faut les prendre comme une manière de s’interroger : en quoi aurai-je pu écrire différent et en quoi pourrai-je m’améliorer la prochaine fois ? Je ne souhaitais pas démonter Trots, mais je n’ai pas aimé la manière puérile dont elle a signé « Courageux anonyme » avant d’en rajouter sur un PS façon répartie qui tue. D’où mon invitation à l’humilité. Et j’en profite pour m’interroger sur sa conception du journalisme/Webzinat. L’expression « pondre des chroniques » à la première personne c’est pas vraiment élégant.

    - Oh hé, DP, tu saoules, arrêtes de prendre tout au sérieux, vieux grincheux.
    - Ok Ok…

    Ceci étant dit, j’ai lu des critiques bien moins intéressantes que celle-là.

  32. 32
    VIOLHAINE
    le Vendredi 28 mars 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    (désolée, encore un commentaire, mais bon, on me pose une question, je suis polie, je réponds ! ^^)

    Alors, pourquoi Discordance ? Je vais me répéter, mais on est là principalement pour faire partager nos déception, nos « coups de coeur » et « de gueule ». Et Jumper est un de ces derniers.

    Il me semble que c’est tout et que, effectivement, il n’y avait pas matière à autant débattre.

    Raaaah mais par contre j’ai pas dit que l’analyse n’était « jamais indispensable », j’ai dit :
    « D’accord, une critique se doit d’analyser un minimum » !! Ne déformons pas mes propos s’il vous plaît. =D

    Et le fait d’être des amateurs ne justifie certainement pas le fait de ne pas se fouler ou de ne pas assumer les conséquences de ses articles, non. En revanche -à mon sens- cela nous garantit une immense liberté de ton. Il me semble que cette chronique l’a utitilisée, et je ne vois pas pourquoi on le lui reprocherait.

    Dernière chose, Trots (pardon de parler en ton nom, chère amie) n’a pas « signé » Courageux Anonyme, puisque cette mention n’est autre que le nom par défaut si un malheureux oublie de signer.

    Dis-moi si je me trompe, Pascal ?

    Et maintenant, j’arrête !
    =)

  33. 33
    Pascal
    le Vendredi 28 mars 2008
    Pascal a écrit :

    cette mention n’est autre que le nom par défaut si un malheureux oublie de signer.

    Exact. C’est vrai que cela peut induire en erreur. J’y avais pas pensé…

    @DP, j’ai lu avec grande attention tous les commentaires que tu as ecris ces derniers jours. Merci d’avoir pris le temps de poser toutes ces reflexions sur l’écran. Et non, tu ne saoules pas ! Bien au contraire. Tes post sont complets et argumentés, n’arrête surtout pas.

  34. 34
    le Vendredi 28 mars 2008
    DP a écrit :

    Ouuuuuuups ! Alors Trots, mes plus plates excuses pour ma méprise, dans ce cas je retire tout ce que j’ai dit aux Posts 28 et 31, et arrête de cappilotracter sur le sujet Jumper pour vous lire ailleurs (attention, je vais relire tes anciennes critiques:-)

    ^^

  35. 35
    Trots
    le Vendredi 28 mars 2008
    trots a écrit :

    euh… bon j’avoue que je n’ai pas bien compris pourquoi je m’étais faite démonter sur le fait de prendre le pseudo « courageux anonyme », puisqu’effectivement ce n’était pas une manière de me moquer de toi, Monsieur De Passage, c’est juste que j’avais oublié de signer le post et que le nom Courageux Anonyme semble apparaître automatiquement dans ce cas… bon apparemment les choses ont été mises au clair, ça serait gonflé de ma part de me foutre de toi d’autant que comme tu le soulignes je ne m’appelle pas trots en vrai. non, sans blague?!!
    et pour finir, merde à ceux qui n’ont pas aimé la chronique, elle était sans doute aussi moche que le film en lui-même, mais de toute façon les grands génies ne sont pas reconnus de leur vivant. alors dans une prochaine vie Jumper et moi on deviendra des héros. ouaaais!

Réagissez à cet article