Julien Doré & Les Waterllillies à l’Olympia.

par |
Bon, Julien Doré, à priori, je ne voulais pas.

Trop dans la posture, trop dans la télé, trop dans la presse, trop dans l’iconographie « Pierre & Gilles que plus gay tu meurs », trop dans « Canal + j’en peux plus de la météo », pas assez dans la musique, pas assez sur la scène, bref pas assez tout. En fait 5 minutes ont suffi. 5 minutes ça n’est pas grand-chose hein, et pourtant ça peut vous ouvrir les yeux et les oreilles un soir de concert à l’ Olympia. 300 secondes pour se rendre compte que le bougre va vraiment performer, faire le show, suer, partager. Il va produire un vrai son avec une vraie voix, de la vraie musique, une vraie poésie et que tout ça ça s’appelle du talent. Donc, battre sa coulpe une fois, pour ne garder que le plaisir des minutes suivantes avec Bichon & Co, le strass, les paillettes, la voix assez troublante, l’humanité du personnage, les errances musicales seventies, trashy ou glamour. Bref à la fin , j’en voulais encore.

Depuis juin dernier tout s’accélère pour les Waterllillies, le groupe nîmois débarqué à paris en septembre 2010. Après avoir écumé le Grand Sud depuis la formation du groupe en 2007, les ‘nénuphars’ amis de Julien Doré voient désormais beaucoup plus grand. Sur le fond, un rock puissant aux sonorités sixties contaminées par des accents sombres et so indies.. De Stella à Young gay, les 15 titres de leur album Smoke on the Waterllillies oscillent entre bar à pintes, ruptures pas drôles, clins d’œil gay friendly et manifestes enflammés.

Victoire du concours m6 mobile live, tournée dans tout l’hexagone, première partie de la tournée de Julien Doré, la progression est impressionnante avec comme date fétiche ce 24 octobre où ils se produisent à l’Olympia. Là où d’autres se seraient vautrés, les nénuphars eux assurent, et ont le culot de convaincre une salle de fans hardcore de Julien D.

Un peu de candeur adolescente en moins, beaucoup de profondeur en plus, le groupe propose ce soir-là un un set plus sombre qu’à l’accoutumée,déroutant, nostalgique par instants, énergique et puissant, toujours. Les premiers rangs surlikent comme le dit une fan survoltée de la première heure, les autres derrières ? On s’en fiche un peu, on écoute Les Waterllillies et on apprécie. Beaucoup.

Crédits photo : Mauro Melis

Julien Dore. Olympia. 24/10/2011Julien Dore. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Julien Doré. Olympia. 24/10/2011Les Waterlillies à l'Olympia.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Live Music & Social Photographer. http://www.mauromelis.fr.

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 29 octobre 2011
    manu a écrit :

    juste Merci ! fuck aux a prioris

  2. 2
    Isatagada
    le Jeudi 3 novembre 2011
    isatagada a écrit :

    On dirait bien que Julien doré a de quoi convaincre encore quelques uns, que ce soit musicalement ou même humainement (j’ai été surprise un jour par une interview vidéo de lui by WAF assez intéressante). A suivre !
    Très belle photo « A la Une », btw

Réagissez à cet article