Joshua Hoffine

par |
On lui donnerait le bon dieu sans confession. Physique de Brad Pitt, sourire tranquille, grands yeux clairs... Pourtant Joshua Hoffine cache une âme diabolique qu'il met au service d'images façonnées en forme de petits théâtres de l'horreur.

Une sorte de Crypt Keeper sans le rire asthmatique et la momification. Entretien avec un photographe qui n’a rien oublié des monstres de l’enfance et plutôt que de les combattre a choisi de les mettre en scène.

Comment t’est venu ce désir de faire comme tu les appelles « des films en miniatures » au lieu de simples photos ?

portraitjoshuaJe me considère toujours comme photographe. Mais comme un réalisateur, j’aime mettre en scène mes images. Chaque détail est calculé. Comme Gregory Crewdson ou David LaChappelle, je veux que mes photographies soient conduites par une narration. Je veux qu’elles s’inscrivent dans une histoire qui les dépasse. Mais, à la différence d’un réalisateur, je veux que cela tienne dans une seule image.

Ton imaginaire emprunte autant aux films d’horreur qu’aux pochettes que les groupes Roxy Music, Scorpions et autres groupes de Heavy Metal et Hard Rock ont adoré mettre en scène dans les années 80 !

Les films d’horreur me préoccupent. La littérature des films d’horreur est définitivement un aspect référentiel de mon travail. Deux jaquettes d’albums en particulier ont influencé mon oeuvre.
La première, c’est l’album de BLACK SABBATH album, avec la sorcière verte qui se tient devant une maison hantée, dans le soleil couchant. Quand j’étais petit, mon père avait cet album et je l’adorais. Il n’arrêtait pas de le mettre et je regardais la couverture, hypnotisé.
La deuxième, quand j’étais au lycée, c’était Nothing Shocking de Jane’s addiction, avec cette photographie de Perry Farrell de soeurs siamoises avec leurs têtes en flammes. Encore une devant laquelle je pouvais rester hypnotisé.

On ne peut s’empêcher de penser aux monstres de notre enfance, et cette angoisse que généraient les contes ou les premières lectures des romans de Stephen King à l’adolescence.

Vraiment ? Ce n’est pas du tout mon intention…

Travailler avec ta famille et les amis proches, c’est parce que l’entente est meilleure ou parce que tu es à peu près sûr qu’aucun parent ne permettrait que son gamin soit mis en scène de façon aussi gore ?

J’aime travailler avec ma famille et mes amis. Tout le monde se connaît, on fait des économies de communication. Tout le monde s’entend bien et on passe un bon moment.
Mes enfants s’amusent et se sentent en sécurité quand ils travaillent avec moi. Je suis leur père et je sais qu’ils comprennent l’artifice de la démarche. Je ne sais pas si je serais aussi à l’aise avec des enfants étrangers.
Et je suis d’ailleurs toujours surpris quand des personnes que je ne connais pas m’offrent leurs enfants pour en faire leurs modèles. Mes amis savent que je ne suis pas dérangé, mais eux, ils ne le savent pas .

Jusqu’à présent, tu n’as rencontré aucun problème avec la censure ? Je pense notamment aux photos où tes personnages de fillettes blondes sont en culotte et manquent de se faire dévorer par des loups et autres créatures monstrueuses !

wolf-2Je n’ai jamais eu de problèmes de censure.
WOLF est ma version du petit chaperon rouge. Le loup est une figure métaphorique, il représente le mâle sexuellement prédateur. Un tricheur. Un violent. Un violeur. J’ai tenté de mettre au jour les sous-entendus en montrant la petite fille dans cet état de vulnérabilité, à moitié dévêtue et avec ce loup à la main d’homme qui essaye de l’attraper.

J’ai développé aussi cette idée dans CLOSET . Le monstre envahit la chambre de la petite fille au moment où elle s’apprête à se mettre au lit. Le fait qu’elle soit aussi partiellement dénudée montre que le croque-mitaine est une autre image du mâle comme prédateur sexuel.
Presque tout le monde comprend que la nudité de ces deux images n’est pas là pour exciter ou pour titiller le spectateur, mais pour augmenter l’horreur de la photographie et clarifier les sous-entendus.

Ton univers est très marqué d’un point de vue cinématographique, aimerais-tu un jour passer à l’image en mouvement par la réalisation de clips de films ou t’amuses-tu déjà assez à monter des décors et scènes incroyables pour tes photos ?

Je suis, au fond de moi-même, un photographe. Je travaille actuellement à un court-métrage, je pourrai réaliser de plus en plus films, mais je n’arrêterai jamais de prendre des photos.

Pour finir, y a-t’il des personnalités que tu aimerais photographier pour le plaisir de les mettre en scène à ta façon ?

Lance Henriksen, Robin Wright Penn, Ryan Gosling .

Traduit de l’anglais avec l’aide de Peggy Sastre .

Partager !

En savoir +

Site officiel: http://www.joshuahoffine.com

Le blog de Joshua Hoffine, où l’on peut régulièrement découvrir le making of des photos: http://joshuahoffine.wordpress.com

A propos de l'auteur

Image de : Née en 1981, Chloé Saffy vit à Toulouse. Sur le net, elle est l'auteur du blog My Way Or The HighWay et a collaboré au e-magazine d'opinion Ring. Adore, son premier roman a été publié en 2009 aux Editions Léo Scheer. On peut également la retrouver sur son site : http://www.ohmydahlia.com [Crédit photo: Kelly B.]

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    VIOLHAINE
    le Jeudi 28 mai 2009
    VIOLHAINE a écrit :

    J’adore j’adore j’adore.
    Quel univers parfait !!!!

  2. 2
    le Jeudi 28 mai 2009
    M/O/C a écrit :

    Ah yes. Je connaissais, mais oui ça fait tjs du bien de s’y replonger!

    Parfois bien kitch quand même, limite maladroit, mais toujours bien dérangeant, parce que c’est rare que l’on ait une vision aussi fidèle et littérale de nos peurs d’enfance sous les yeux!

  3. 3
    le Jeudi 28 mai 2009
    julien vachon a écrit :

    fabuleux, je ne connaissais pas cet artiste, merci à toi Dahlia

  4. 4
    Pascal
    le Vendredi 29 mai 2009
    Pascal a écrit :

    On ne peut s’empêcher de penser aux monstres de notre enfance, et cette angoisse que généraient les contes ou les premières lectures des romans de Stephen King à l’adolescence

    Même si ce n’était pas son intention, c’est également la première chose qui m’est venue à l’esprit.

    Flagrant sur celle là:
    http://www.joshuahoffine.com/#a=0&at=0&mi=2&pt=1&pi=10000&s=4&p=0

    Cette photo, m’a sacrément fait tripper…

Réagissez à cet article