John & Jehn

par |
Couple à la vie comme à la scène, John & Jehn ont trouvé en Angleterre la terre d'accueil dont ils avaient besoin pour mener à bien leur projet artistique. Avec leur premier album éponyme, nos petits frenchies voguent entre les instincts primitifs du rock, le traditionalisme de la variété et la modernité de l'électro. Un coup d'essai qui apparaît comme un coup de génie : novateur, intense, sombre et foutrement sexy !

5143mxe6mnl-_ss500_Déjà l’objet en lui-même, d’une esthétique sobre toute faite de noir et blanc, attire l’attention. Car, originalité oblige, l’album nous offre en fait deux galettes distinctes de cinq titres : une pour John et une pour Jehn . Ce qui n’empêche en aucun cas les dix morceaux de conserver une homogénéité parfaite. Le fil conducteur de l’album étant sans conteste les influences dont il ruisselle. C’est simple, la presse anglaise définit le duo comme « un savant mélange de Joy Division, du Velvet Underground et de The Fall . » On ne peut qu’approuver! D’ailleurs, pour l’anecdote, le premier EP du groupe s’intitulait L’amour ne nous déchirera pas en référence au morceau Love will tear us appart de Joy Division .

Comme dans tout couple moderne qui se respecte, les tâches sont bien réparties. Jehn est à la guitare tandis que John se charge de la basse et des claviers. Le tout rehaussé de l’indispensable boîte à rythmes. On évitera alors d’évoquer toute ressemblance avec The Kills . Oops! Trop tard…

Les voix des tourtereaux, quant à elles, n’obéissent à aucune règle et viennent se poser sur les mélodies à leur guise, ce qui confère aux morceaux un dynamisme certain. Mais dès l’instant où elles se rejoignent, notamment sur le titre phare du disque 20 L O 7 ou DOM qui sert d’ouverture, on retrouve toute la ferveur et la subjectivité d’un Je t’aime moi non plus de Gainsbourg en duo avec Jane Birkin .

John & Jehn se portent ainsi comme les nouveaux garants d’un rock sulfureux, abrasif, tendu et obscur tout en restant étonnamment classieux. Tout se passe comme si le disque était atteint d’une schizophrénie majeure : procurer d’un côté une envie irrésistible de se lever et de battre la mesure ( Fear, fear, fear ou Lady Spider ), de l’autre celle de se tirer une balle sans regret ( I can see you ou You, far away ). Une ambivalence toujours aussi plaisante!

Mi-anges, mi-démons, John & Jehn fait partie de ces groupes dont le pouvoir de séduction nous colle à la peau en un instant. Une parure qui nous tiendra chaud tout l’hiver et dont on aura sans doute du mal à se séparer…

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fraîchement débarquée dans la vie active après des études de communication, j'assouvis ma passion pour la musique en jouant les apprenties journalistes et en écumant les salles de concerts parisiennes à la recherche de nouvelles sensations ! Et même si ma guitare commence à prendre la poussière, un jour j'arriverais peut-être moi aussi à faire quelques chose de mes dix doigts.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article