JCVD

par Ousk?|
Annoncé comme le retour fracassant du Belge le plus connu de la planète, et présenté hors sélection au dernier festival de Cannes, JCVD s'annonçait comme une déclaration d'amour d'un fan à son idole, doublé d'un pied de nez tout en auto dérision à toutes les langues de vipères devenues expertes dans l'art de tourner en ridicule les envolées lyriques parfois un peu bancales du roi de la savate.

jcvd-2Ce dernier prend cette fois avec JCVD un malin plaisir à nous rappeler que quand il s’agit de se moquer, le plus con des deux est rarement celui que l’on montre du doigt….

Une chronique qui est donc certifiée 100% dénuée de vannes à base de « film aware », » qui contient de la pectine « , etc,etc… Arthur ou Ardisson s’en sortent tellement mieux dans ce domaine, les pauvres n’ont déjà pas grand-chose pour eux, alors si en plus on leur enlève cela…

Au bout du rouleau, en pleine instance de divorce ,une carrière sur la pente descendante, Jean-Claude Van Damme décide donc d’aller se ressourcer en Belgique où il pourra, pense t’il, trouver le calme qui lui fait tant défaut à Hollywood. Mais arrivé sur place, après avoir fait la rencontre de quelques fans un peu pénibles, le pauvre se retrouve pris au beau milieu d’une tentative de braquage raté, et doit en plus en endosser toute la responsabilité face à la presse et la foule amassée dehors, venue malgré tout le soutenir, forcement au courant des récents déboires financiers et sentimentaux de leur star nationale….

Une star caricaturée à outrance qui joue son propre rôle pour s’amuser de son image et remettre les pendules à l’heure. Le concept de JCVD avait tout pour plaire. Mais au final, malgré tout le potentiel de l’idée de départ, et si l’aspect humain du projet peut difficilement laisser indifférent tant le personnage se révèle touchant, le film en lui-même est malheureusement une vraie déception.

Là où la bande annonce laissait présager d’une pure comédie absurde tout en auto-derision, JCVD tiens plus du polar somme toute assez basique. Lorsque Mabrouk El Mechri met en scène un Jean-Claude Van Varenberg (si si,c’est son vrai nom) caricaturant le personnage de Jean-Claude Van Damme, c’est juste franchement jouissif. Mais lorsqu’il se lance dans le polar belge à petit budget, il aurait plutôt tendance à franchement se vautrer, le résultat étant plutôt ennuyeux et sans grande originalité. Le seul intérêt réside précisément dans l’interprétation bluffante de Van Damme, malheureusement sous exploitée dans un film qui porte pourtant son nom.

À l’arrivée, quasiment toute l’histoire tourne autour de trois loosers qui se lancent dans le braquage de la poste d’un bled paumé au fin fond de la Belgique. On aura vu plus palpitant, d’autant plus que contrairement à ce que l’on pouvait attendre, le second degré n’est que très peu utilisé et les références malicieuses à l’acteur, bien trop peu nombreuses.

jcvd2En revanche, lorsque Van Damme surprend les autres otages en train de se moquer de lui en regardant les images d’une de ses interviews, ou lorsque sa fille explique au juge qu’elle ne supporte plus les moqueries dont elle fait l’objet à cause de l’image de son père, le film prend une ampleur insoupçonnée, sans commune mesure avec les scénettes médiocres du braquage. Van Damme avait prévenu qu’il ne souhaitait pas que le film soit entièrement tourné vers sa petite personne, mais pour un film qui s’appelle JCVD et qui se présente comme un hommage à l’acteur, on pouvait raisonnablement s’attendre à ce que le personnage soit plus largement mis a contribution. D’autant plus que Mabrouk El Mechri n’a pas su, en dehors de ça, insufflé suffisamment d’intérêt à ce qui reste effectivement son film.

Reste malgré tout un Van Damme excellent qui crève l’écran, notamment dans une scène face camera, désarmante de sincérité, où sortant du cadre du récit, l’homme se met à nu et se révèle dans toute sa vulnérabilité. Ces trop rares instants de grâce constituent finalement tout ce que l’on retiendra du film, qui, sans être un échec, déçoit malgré tout, tant ces quelques scènes laissent présager de ce qu’aurait pu être JCVD s’il était allé au bout de son parti prit. Certainement la meilleure prestation de Van Damme

Meilleure même que son apparition pourtant mémorable dans la géniale pub pour le jeu vidéo World of Warcraft (désolé il était impossible ne pas la mentionner…), qui laissait déjà deviner toute la finesse et l’auto-dérision dont il est capable. Parce qu’on est tous un peu mouton, tu sais…

Partager !

En savoir +

Et puis indispensable, je te mets aussi le lien vers la fameuse pub, parce que quand même….
http://fr.youtube.com/watch?v=2MYPvQysqaQ

Site officiel: http://www.jcvd-lefilm.com/

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article