Jamait – Le Coquelicot

par Antoine|
Dès le première abord, la pochette du "Coquelicot" donne le ton : accoudé au centre d'un cadre de dorures, le chanteur est souriant, casquette de gavroche visée sur le crâne, Jamait nous accueille dans son univers, dans son album.

jamait_-_coquelicotDeuxième opus pour cet ancien ouvrier qui avait financé l’enregistrement de son premier CD avec le montant de sa prime de licenciement et celle de ses musiciens. Un retour plutôt attendu au vu du joli succès artistique et public de son galop d’essai, De verres en vers sorti en 2003 et réédité en 2005 après son arrivée chez Wagram Music.

C’est un coquelicot qui orne la surface du CD, s’en est un autre qui sert de thème à la première chanson. L’ambiance est colorée et sympathique. L’homme à la casquette chante, le texte s’impose. Une atmosphère inhabituelle s’installe.

Inhabituelle d’abord parce que la voix de Jamait fait partie intégrante du texte et de l’esprit des chansons. Elle s’adapte à ce climat, grave et mélancolique quand il le faut, mais qui reste cependant toujours très joyeux. Une voix un peu cassée, rauque, puissante, prenante, qui transmet une émotion précise et troublante.

Inhabituelle également, car les textes évoquent des émotions que tout le monde connais, a connu ou connaîtra. Des émotions qui reflètent la Vie tout simplement. Dijon, les adieux, le cirque, autant de thèmes sans doute chers à l’auteur. Quant à la musique, c’est un autre festival de tons et de sons. De l’accordéon et son ambiance guinguette, au violon fou, en passant par le jazz entraînant de j’ai marché, les genres se mélangent, se complètent.

Un album comme on a peu l’habitude d’en entendre, un artiste particulier, un univers rare et habilement travaillé… Nous, on adhère !

En savoir +

Site officiel: http://www.jamait.fr

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article