Jad Wio au Trabendo

par Stv|
Le 7 février dernier, sous ses lumières rouges blafardes, le Trabendo accueillait en son sein la soirée "sexe, rock et haut de forme". Le programme se voulait éclectique, sur fond d’électro rock. Les thèmes de l’homosexualité, hétérosexualité, bisexualité, sadisme, masochisme, libertinage et zoophilie y ont été abordés mais toujours avec élégance.

Pour cela, pas moins de 3 groupes étaient à l’affiche : Dirty Important Person, The Dead Sexy Inc et, surtout, Jad Wio, dont le sublime dernier album lui offre enfin son retour mérité.

Désigné présentateur de la soirée, Nicolas Ullman, célèbre noctambule parisien, arrive. Après une courte présentation du 1er groupe, celui-ci déclenche les préliminaires par un retentissant coup de revolver. Arrive alors D.I.P., trio composé de Cyril Leclerc & Florian Parra au chant et à la guitare et de Neil Conti à la batterie. Sous une musique punchy et disco oscillante entre Scissors Sisters et les Stooges, le chanteur assène des hymnes entêtant du type  » I’m a dancer but I don’t like to dance  » sur des déhanchés à rendre jaloux Travolta . Le public, sans être totalement conquis, commence à bien remuer.

Retour de Ullman pour présenter cette fois The Dead Sexy Inc en nous gratifiant d’une version a capella de I love America .  » Vous aimez Patrick ? « , demanda-t-il au public. Non, il n’aimait pas Patrick Juvet mais assurément les Dead Sexy Inc ! Déclinant les titres de son dernier album et quelques titres plus anciens dont l’inoxydable reprise Ça plane pour moi, le trio, grâce à leur prestance scénique, mis vite le feu dans la salle. Dans le premier rang, une fan ira même jusqu’à offrir son gode au chanteur en signe de remerciement.

image1Enfin, les maîtres de cérémonie arrivent, Kbye et son comparse Denis Bortek , alias Jad Wio . Si le personnage Bortek a quelques peu vieilli, le regard maquillé de noir est toujours resté aussi vif : haut de forme, gant en cuir et cravache à la main, celui-ci parcourt du regard son public, forcément soumis.

Contre toute attente, le concert ne commencera pas par Das Ist, son nouveau tube fracassant, mais par L’histoire, son alter ego acoustique. S’ensuivent tous les titres de son dernier opus que le public chantera par coeur quand il ne pogotera pas dessus. Curieux public d’ailleurs : couple lesbos, goths, punks, adulescents chantant à tue-tête l’ histoire d’Ophélie la zoophile, ex-starlette du porno reconvertit en chroniqueuse de magazine pour papys rockeurs et anciens fans de la 1ère heure. Tout ce joli monde baignant dans une tolérance et une bonne humeur générale. Mais le combat n’est jamais terminé comme le soulignera Bortek . En guise de rappel, les grands classiques du groupe réapparaissent pour le plus grand bonheur de tous.  » J’adore ce mec  » dira Kbye de son acolyte.

Saluons ce retour en grâce pour ce groupe culte de la scène rock underground française. Espérons pour bientôt un nouvel album et une tournée aussi sexuelle et magique que celle-ci.

Crédits Photos: Stv

Partager !

En savoir +

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 27 février 2008
    Sinik a écrit :

    J’aimerais bien savoir comment parler de zoophilie avec élégance, moi! lol

    Mais Jad Wio, je ne connais que de nom. « Public soumis »… C’est de la musique « fouette-cul »?

  2. 2
    Stv
    le Mercredi 27 février 2008
    Stv a écrit :

    Pour satisfaire ta curiosité, je t’invite à écouter les morceux figurant sur leur myspace :

    http://www.myspace.com/jadwio

Réagissez à cet article