Izia, l’enfant terrible du rock, de passage à l’Usine | Istres | 20.01.12

par |
Pour sa première date du So Much Trouble Tour, Izia a attiré 1 500 personnes à l'Usine d'Istres. Si l'intensité a bien sûr été au rendez-vous, l'enfant terrible d'Higelin en aura fait voir de toutes les couleurs à son public, malgré un indéniable parfum de reprise.

Après le carton de son premier album éponyme en 2010 et ses Victoires de la Musique engrangées, dire qu’Izia était attendue au tournant est un doux euphémisme. Dans les bacs depuis novembre dernier, son second opus, So Much Trouble, a démontré qu’Izia, sous ses airs de peste trash du rock’n'roll français actuel, détient certaines des réponses à nos maux musicaux. Même si sur ce second album il y a plus de retenue et de maturité — un joli oxymore connaissant le jeune âge de la chanteuse — Izia a su garder cette incroyable faculté à enflammer la scène.

Face à un public de tout âge, visiblement très connaisseur, la fougue de la demoiselle n’a pas tardé à s’exprimer dès les premiers titres  : Lola déborde d’une agressivité punk rock alors que So Much Trouble s’avère décapant avec son intro au piano. Derrière, les musiciens assurent, et conjuguée à la voix puissante d’Izia, l’ensemble gagne bougrement en cohérence. Ainsi des compos telles que The Light ou Top Of The World symbolisent à elles seules l’harmonie guitare/batterie qui s’en dégage.

Mais n’allez pas croire qu’en l’espace de deux ans, la petite Izia a changé ! Elle sort toujours autant de « putain ! » par soirée, et comme à l’accoutumée son jeu de séduction fait mouche. Sur Baby allongé pour le coup, à la fois sauvage et sensuelle, la Féline a failli faire disjoncter l’Usine : très sex, cette dernière aura rugi durant dix bonnes minutes. Un morceau chargé d’électricité, où la guitare, ravageuse, a brutalement fait basculer la salle. Avec un immense smile tout le long du concert Izia fait partie de ces artistes qui prennent un pied d’enfer sur scène et qui n’hésitent pas à le montrer. Et comme pour justifier son image d’enfant terrible, elle a à de multiples reprises modifié les compos à sa sauce, en prenant de court ses musiciens, leurs regards amusés en disent long sur la facette imprévisible de la chanteuse.

Grâce au travail réalisé sur cette deuxième galette, les séquences hurlantes prennent moins de place dans la setlist qu’auparavant. Izia tombe les barrières et part explorer d’autres domaines : l’apparition du synthé sur You’re Love Is A Gift confère un côté pop au morceau alors qu’I Can Dance est très funky. Le plus frappant sera finalement de se laisser surprendre par les mélodies envoutantes produites par le synthé de Twenty Times A Day ou par la justesse de son chant. Le constat se répète sur l’excellent That Night et sa sensualité maitrisée.

Pourtant, la jeunesse d’Izia finit par la rattraper. Si elle le reconnait avec humour, on sentait bien qu’il régnait un parfum de reprise à l’Usine : lessivée par l’intensité de cette première partie de concert, elle fut à deux doigts de tomber dans les vapes. S’excusant plusieurs fois, elle admet volontiers que cette setlist n’était pas des plus adaptés. La période de rodage se foot encore sentir, et le groupe s’était d’ailleurs installé en résidence toute la semaine à Istres pour bien se préparer.

Après trois rappels en guise de récupération, elle fut obligée d’interpréter « ses » brûlots : Back In Town, le morceau qui la révéla, assiégea l’assistance. Let Me Alone eu son heure de gloire alors qu’un petit délire de la chanteuse l’entraina à se lancer dans la coiffure. Et après avoir coupé les cheveux de son guitariste, Fred, le très attendu The Train pouvait combler ses adeptes. Désolée de ne pas pouvoir interpréter le très agité Hey Bitch, Izia marqua le point final de la soirée d’une bien belle manière avec un Bastard Song solo au synthé qui s’évanouit comme un souffle, dans le pénombre de la salle.

Une chose est sûre, la petite Izia a bien grandi.

Crédits photos : Olivier Audouy (galerie à venir sous 24h)

Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.2012Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 02.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12Izia à l'Usine | Istres | 20.01.12

Partager !

En savoir +

Izia en concert à l’Usine à Istres (13), le vendredi 20 janvier 2012.

- Site officiel : http://www.iziamusic.com/
- Myspace : http://www.myspace.com/iziamusic

A propos de l'auteur

Image de : Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

4 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Nicolas Brunet
    le Mardi 24 janvier 2012
    nico a écrit :

    je voulais regarder les photos mais mon œil est étrangement attiré vers le watermark…

  2. 2
    le Mercredi 25 janvier 2012
    Rae a écrit :

    Le titre de la chanson n’est pas ‘Back In Tome’ mais plutôt ‘Back In Town’.

  3. 3
    Dimitri L
    le Mercredi 25 janvier 2012
    Dimitri a écrit :

    @ Nico : Oui Nico, je sais, j’y ai fait part du watermark un peu trop attirant par rapport aux photos. On va corriger ça très vite et j’insère d’ici demain la galerie complète du concert.

    @ Rae : Oui, faute de frappe. Je viens de corriger. Après je préférerai un retour sur l’article en lui même que chercher la petite bête…

    D’ailleurs à ce propos, cela fait plusieurs fois que j’ai envie de le mettre, un peu d’humour :

    L’ORDRE DES LETTRES…
    Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soeint à la bnnoe pclae.
    Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlbème. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.
    La peruve…
    Arlos ne veenz puls m’ememdrer aevc les corerticons otrahhgropqiues.

    Sans rancune… :)

  4. 4
    le Mercredi 25 janvier 2012
    kifkif279 a écrit :

    J’ai trouvé cet article très pertinent et bien écrit.
    Pas de parti pris mais un compte rendu complet et intéressant.
    J’y ai retrouvé l’ambiance de l’Usine vendredi dernier, c’était chaud bouillant! Perso c’était la 1ère fois que je voyais Izia en concert, j’ai pas été déçu!

Réagissez à cet article