Ital tek – Midnight Colour

par |
Alors que la jeunesse londonienne s’échauffe chaque week-end sur de la techno dubstep, Alan Myson, jeune producteur — possédant son propre label Atom River — vient rivaliser avec cette techno so british afin de créer son propre style, entre basses ronflantes et Intelligent Dance Music.

Image de Ital tek - Midnight Colour Il aura fallu deux ans pour que Midnight Colour succède à Cyclical. Celui-ci étant surement plus densément survolté, davantage composé de beats vifs et sautillants. Après quelques EPs, Ital tek déballe enfin ses nouvelles productions. En effet, la finesse de ce LP est dépendante d’une écoute intégrale, telle celle d’un album de pop. Les recoins de toutes les chansons ont été soigneusement étudiés, chaque bruissement ou relief sonore est à l’origine d’une réflexion quasi scientifique.

Les titres façonnés par le producteur ne se révèlent pas comme de simples imitations. Si Midnight Colour tire son origine du dubstep, c’est pour mieux le contourner. Le rendu final est plus doux, plus apaisé. Cet album ne se repose pas seulement sur cet objectif si simple qui aurait été de faire danser les foules, et c’est dans ce sens qu’il rejoint cette tonalité IDM ou electronica. Les basses, qui se déclinent en différentes couches, sont sourdes, rondes, liquides. Elles maintiennent solidement la substance des compositions. Elles s’adressent à l’auditeur comme des vagues, qui lui giflent mollement le visage. Aussi, elles s’accompagnent de rythmiques chaloupées. L’ambiance qui émane de Midnight Colour est un univers sombre et aérien, elle fait naître des images, de manière presque cinématographique.

Dès Neon Arc, les basses se laissent aspirer par la spirale de beats. On retiendra entre autres Babel, avec une des mélodies les plus abouties du disque, Strangelove VIP, Moment in blue, ou encore Black white sur fond de chants de sirènes. Alain Myson donne finalement à écouter un autre versant du dubstep, avec lequel il partage le même tempo, mais dotée d’une atmosphère plus lounge, plus ambiante.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Militant acharné pour la reconnaissance d'une pop moderne et indépendante ! (Magic style) Pour une musique libre, différente, expérimentale. Et surtout actuelle : le rock ne s'est pas arrêté à la fin des années 60... Interpol, Mogwai, Sigur Ros, The Foals, Au Revoir Simone, Why?, Sonic Youth, Joy Division... La musique n'est pas non plus centré sur des artiste, mais aussi sur des albums : Memory Tapes - Seek Magic, The Notwist - The Devil, you + me, Slint - Spiderland..... Mais comme y'a pas que le rock et la pop indépendante : les sounds systems dubs qui perpétuent la tradition roots : Jah Shaka, Iration Steppas, King Shiloh, Improvisators Dub, Bush Chemists...

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article