Iron Maiden – Flight 666

par |
Un attroupement inhabituel de T-Shirts à l’effigie de la célèbre mascotte, des cris gutturaux d’impatience devant les caisses et le regard mi-amusé, mi-interloqué des badauds, on se croirait plus devant l’entrée d’une salle de concert que de cinéma.

cliche-2009-04-15-13-52-40Et pourtant en cette soirée d’avant-première mondiale de Flight 666, le documentaire retraçant l’une des plus folles tournées jamais organisées à ce jour, la fébrilité et l’impatience des fans de la vierge d’acier venus en nombre s’en prendre pleins les yeux et les oreilles était palpable. Bien plus qu’un simple prétexte pour se payer deux heures d’extraits de concerts en HD, ce documentaire va bien au-delà de l’aspect purement musical pour embarquer le spectateur dans un road-trip hallucinant à travers le monde.

23 concerts sur 5 continents en 45 jours pour une distance totale de 70.000 km. Des chiffres qui donnent le tournis et un tour de force qui n’a été rendu possible que grâce au boeing 757 complètement aménagé et redécoré pour l’occasion afin de pouvoir transporter plus de 12 tonnes de matériel, le groupe et toute son équipe entre chacune des dates.

Chronique d’un succès annoncé ? Suite identique et répétitive des mêmes scènes de liesse populaire et de fans en folie ? Pas uniquement. Flight 666, c’est un peu la fenêtre ouverte sur le rêve de chacun de connaitre le quotidien d’une rock star en tournée. Loin des clichés et des poncifs servis à la louche sur la plupart des DVDs musicaux, les caméras de Sam Dunn et de Scot McFadyen ( Metal : Voyage au coeur de la bête sorti en 2006) se sont employées à capturer ces instants rares qui dévoilent la subtile alchimie entre chacun des membres de la famille Maiden .

Car il s’agit bien là d’une grande famille, chacun des concerts résonnant comme des retrouvailles attendues de longue date. Entre l’inépuisable énergie de Bruce Dickinson, l’intelligence musicale et créatrice de Steve Harris, l’exubérance et la gentillesse de Nicko McBrain, la précision et la méticulosité d’ Adrian Smith, la fougue de Janick Gers et la discrète, mais solide présence de Dave Murray, les portraits de chacun des membres sont savoureux, mais ils ne seraient rien sans les deux autres composantes essentielles de ce triangle amoureux qui dure depuis des décennies : toute l’équipe qui les entoure ainsi que ce public, masse à la fois inquiétante et fascinante dont la ferveur quasi religieuse ne s’est jamais démentie.

C’est ce lien invisible, mais primordial que les deux réalisateurs sont arrivés à transposer à l’écran, en alternant des scènes de live à vous couper le souffle avec une joyeuse succession de témoignages en tout genre qui sont la véritable essence du film. Du prêtre brésilien qui exhibe fièrement sa centaine de tatouages à la gloire du groupe, à la caméra qui s’attarde de longs moments sur ce fan colombien en larme après la fin du show, en passant par les caméos de quelques grands noms du rock ( Tom Morello, Lars Ulrich ) qui ont l’air de gamins surexcités devant leurs idoles, Flight 666 se déguste le sourire aux lèvres et le pied battant au rythme de la musique.

Ce documentaire est un témoignage vibrant sur l’une des plus belles histoires du rock. Une histoire faite d’humanisme, de passion, d’intégrité et de sincérité. Épique et profondément enthousiasmant.

Partager !

En savoir +

Après avoir été projeté simultanément dans 41 pays, le documentaire sera disponible dès le 25 mai prochain en DVD, Blue Ray et CD.

Site officiel : http://www.ironmaiden.com

A lire sur Discordance : [Somewhere back in time (Paris - 2008)->658]

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article