Noémie Alazard

par |
C’est dans un café du 11ème arrondissement de Paris que Noémie Alazard et moi nous sommes rencontrés. Malgré un groupe d’habitués plus que bruyant, c’est avec un sens du devoir quasi héroïque que la jolie jeune femme a répondu à mes questions.

pic_3_-_neo_pin-up_by_sandrine_sauveur
Il y en a eu une il n’y a pas longtemps, à Montreuil. Je suis venue à Paris il y a 5 ans et demi, pour la peinture et la musique, et j’ai beaucoup de mal à vendre ma peinture car c’est un des seuls trucs où je ne peux pas jouer un rôle ; j’ai donc beaucoup de mal à démarcher et à être mon agent commercial en tant que peintre car ce que je peins est très personnel, très profond. C’est une amie qui m’a faite participer à son expo « de force ». Elle m’a inscrite et ce sont des amis qui m’ont dit « ah ouais t’exposes enfin, c’est bien ! » mais je n’étais même pas au courant !
Mais oui, à terme j’aimerais qu’il y ait plus d’expo, j’ai eu de bons retours, mais c’est trop difficile pour moi de démarcher. On verra lorsque je serai trop vieille pour faire de la télé ; à ce moment-là peut-être que je me bougerai un peu plus.

Ne serais-tu pas un peu hyperactive ? Marmotte et hyperactive c’est un peu incompatible non ?

Oui totalement. Ça fait à peu près six ans que je suis à Paris et c’est une ville tellement dangereuse et en même temps qui offre des possibilités quasi infinies si tu t’en donnes les moyens… Mais je ne sais pas si je suis prête à repasser encore six ans ici. C’est pour ça que j’ai envie d’avancer au maximum mes projets et ensuite peut-être de partir ailleurs pour faire d’autres choses. Je marche beaucoup à l’instinct donc quand j’ai envie de faire quelque chose je le fais, quitte à me casser la gueule. J’aime tout essayer ; des fois ça marche, des fois ça ne marche pas !

D’ailleurs j’ai vu qu’il existe un pilote pour une émission appelée Plugged (co-présentée avec Mr Poulpe).

Il y a eu de bons échos. Je l’ai présenté à ma chaîne. Ça a été difficile de faire ça parce qu’on l’a complètement auto-financé. Je crois que c’est une des seules choses que ma maman a aimé.

C’est important l’avis des proches pour toi ?

Ah oui ! L’avis de ma famille, de mes amis. Après, tu rencontres plein de gens qui t’aiment beaucoup par intérêt, mais c’est très important. Même s’ils sont loin ils ont toujours été avec moi, c’est essentiel. Pour revenir à Plugged, je pense qu’il y a vraiment un concept à développer. Évidemment il y a eu quelques petites erreurs, c’est normal c’est un pilote, mais je ne désespère pas de faire quelque chose avec Mr Poulpe . Nous sommes en grande discussion à ce sujet. Nous verrons par la suite, mais j’espère que nous arriverons à faire quelque chose par la suite, ce serait vraiment bien pour la communauté.

Ils ratent quelque chose.

Je sais pas, mais en tout cas on s’amuse bien ensemble.

Du coup, malgré cette diversité est-ce que tu pourrais choisir une seule activité ?

Ouais mais je serais malheureuse. Pour choisir, je dirais la musique parce que c’est ce que je fais depuis longtemps et c’est ce qui m’a toujours donné une sensation que je n’ai pas retrouvée dans les autres milieux. Sans le reste je serais malheureuse mais sans musique je ne pourrais pas vivre. Le reste tu pourrais me l’enlever mais ce serait comme m’arracher une jambe : je pourrais marcher mais je galèrerais.

La musique a toujours joué une place importante dans ta vie ?

Oui. J’ai toujours écrit, j’ai toujours chanté. J’ai fait mes premières maquettes avec deux magnétophones, je faisais la batterie avec des cuillères. C’est super important. Après, je suis réaliste et j’ai conscience de ne pas avoir un talent particulier. Je n’ai pas été touchée par la grâce mais j’ai beaucoup travaillé. J’essaie de mettre tout ce que j’ai appris dans la musique mais je ne suis pas particulièrement « contente » de ce que je fais : je ne me trouve pas excellente mais je ne peux pas m’en passer donc de toute façon je continue.

On te verra peut-être dans la 9ème saison de la Star Academy ?

Ah mais ils me contactent tous les ans ! Mais. Non. Il y a toujours un freaks dans la Star Ac’, ou une lesbienne. Ça fait 3-4 ans qu’ils me contactent et une année je me suis tout de même posé la question parce qu’ils sont super forts : au début ils te disent « bon alors il faudra chanter ça, ça. » et quand tu dis que ça te correspond pas ils te répondent « nan mais en fait vous pourrez chanter ce que vous voulez ». Et puis j’ai eu la mauvaise idée de répondre peut-être ; alors là ils m’ont plus lâchée.
Le problème n’est pas le concept de télé-crocher, je trouve ça bien que ça puisse faire découvrir des gens talentueux. ou pas, mais c’est le fait d’être filmée tout le temps dans ma vie privée. Vis-à-vis de ma famille. Là il y a un côté malsain que je n’assumerais pas et que je n’ai pas envie de lui faire subir.

Pudique ?

Oui oui. Et puis aujourd’hui il est tellement simple d’étaler sa vie privée, ses angoisses etc. que c’est vraiment important de parvenir à se préserver un peu. J’ai encore la chance d’avoir des idées que personne ne connaît, des choses que je fais que personne ne connaît, que je garde vraiment pour moi et que je prends plaisir à faire seule dans mon 16m².
Je fais encore partie de cette génération qui a eu internet très tard. Ceux de la génération internet ont ce réflexe qui fait que dès que tu veux chercher un groupe ou autre chose ils vont sur internet ; mais il n’y a plus de démarche vraiment perso. Moi par exemple j’avais des correspondants. Il y a des jours où j’arrive à me dire « aujourd’hui je n’allume pas mon PC » mais c’est super difficile, je suis méga dépendante. Bon là je m’étale un peu mais c’est important.

pic_4
Ça fait un peu plus de deux ans que le projet est en route. A la base j’ai commencé avec un arrangeur de Dijon, qui travaille toujours avec nous. En lançant le projet j’avais dit « ok mais je veux vraiment monter un groupe » parce que faire un projet studio je l’avais déjà fait avec Happy House et je voulais faire de la scène. J’ai donc dit que j’allais m’occuper de trouver des gens sur Paris et j’ai vraiment pris le temps de chercher des personnes avec qui humainement j’étais bien. Il est vraiment essentiel de bien s’entendre car ce sont des gens avec qui tu évolues, avec qui tu grandis. Donc j’ai mis en avant plutôt l’aspect humain que l’aspect musical.

Comment se passent la composition, l’écriture. Chacun a-t-il un rôle ?

C’est moi qui écris les textes. Il n’y a rien d’imposé, c’est très libre, mais j’écris beaucoup et j’ai toujours une quarantaine de textes à leur proposer. Musicalement en général je compose un petit truc à la guitare puis on le travaille ensemble mais là de plus en plus j’écris avec mon guitariste que je vois très souvent et on bosse après en répèt’. J’ai pas besoin de tout amener, je n’ai pas un tel égo. Et puis c’est toujours intéressant de bosser avec plein de gens. Si on me propose un texte qui me plaît et que tout le monde kiffe, pourquoi pas ?

C’est un réel travail de groupe.

Ouais voilà. Sinon je ferais un projet solo, je serais chez Universal et je vendrais des millions d’albums (rires).

On retrouve ce travail de groupe jusque dans les T-shirts faits au nom de Virgin Princesse puisqu’il n’y a aucune sous-traitance.

En fait j’ai un diplôme de sérigraphe (Noémie a effectivement un diplôme de sérigraphie industrielle et artistique, ainsi qu’un diplôme de sculpteur sur bois ornemaniste) donc je me suis dit que peut-être mes études allaient me servir ! Au passage, j’ai beaucoup de mal à déléguer, à faire confiance, donc en le faisant moi-même je sais que si quelqu’un doit se faire taper sur les doigts je ne pourrais en vouloir qu’à moi. J’essaie toujours de me mettre à la place des gens qui écoutent, achètent ou regardent et je me dis que ça me ferait kiffer d’acheter un T-shirt qu’un des membres a fait. Enfin, s’il est bien fait bien sûr. Il y a un petit côté « débrouille » que j’aime bien. Tant qu’on peut rester en famille.

Et ça se vend bien ?

Oui. On les vend en concerts, on a commencé à les mettre sur le site aussi. On verra après, car comme le CD devrait sortir prochainement.

Il y a une date de prévue ?

(rires) Ça fait trois mois qu’il y a une date ! L’éditeur vient de le recevoir mais avant les Fêtes ça ne sert à rien donc je dirais aux alentours de la deuxième semaine de janvier, le temps de laisser passer le Nouvel An et d’organiser un petit truc. Je suis en train d’y réfléchir. Je vois toujours un petit comité, avec tous les gens qui ont participé au projet parce qu’on a la chance d’être super entourés et d’avoir des gens qui croient en nous, donc pour les remercier on pourrait faire un truc sympa dans un bar, un petit concert acoustique.
Après, vu qu’on a une grande manageuse, Virginie Borgeaud, pourquoi pas faire par la suite quelque chose de plus gros…

A suivre donc. On sait également que tu as une réelle passion pour les jeux vidéo. Je crois que ta première console était une Megadrive ?

Exact. Je l’ai eue le jour de mes huit ans. Je l’ai toujours d’ailleurs. Je suis très nostalgique de toutes ces vieilles consoles, que je préfère aux consoles actuelles.

C’est bien, tu anticipes mêmes mes questions : maintenant la tendance veut que les joueurs aient l’air très intelligents à jouer au tennis sans raquette dans leur salon, qu’est-ce que tu en penses ? Tu joues plutôt dans ton canapé ou tu aimes bouger ?

Alors là oui, je trouve ça génial. Ça fait des années par exemple que je suis persuadée que l’évolution du jeu c’est les jeux musicaux. C’était évident que si c’était bien étudié ça pourrait plaire à la masse. Mais je ne suis pas partisane, que ce soit dans les jeux, la musique ou autre, de cette idée qui veut que ce soit réservé à une élite. Plus les gens écoutent de musique, plus je suis contente, plus de gens jouent aux jeux vidéo et plus je trouve ça chouette. Graphiquement c’est pourri, la durée de vie des jeux est nulle, mais tu t’en fous, tu sais pourquoi tu l’achètes : pour jouer avec tes potes.
Quand je suis toute seule, je n’ai pas de Wii et je n’en achèterai pas tu vois, mais entre potes je m’éclate à y jouer. Mais c’est vrai que je suis fan de Guitar Hero donc même toute seule je peux y jouer mais j’adore les jeux débiles genre jeux de cuisine ; plus c’est bête et plus ça me plaît en fait. J’aime bien aussi les Survival Horror . Je ne décroche pas de Silent Hill, surtout le deuxième. Il est incontournable, je l’ai dit et redit, et pour avoir testé d’autres jeux – qui sont bien pourtant – je trouve que celui-ci a une réelle atmosphère. Enfin bon, c’est mon avis.

Hier était diffusée sur Virgin 17 une émission que tu présentais et qui a annoncé le classement des meilleurs jeux vidéo de l’année 2008 selon les internautes. Dans la catégorie « Meilleur jeu de l’année » se sont retrouvés, du troisième au premier, Gears of War II, Mario Kart et GTA IV . Vu ce que tu penses de Gears of War II, tu approuves ce classement ? Quel aurait été ton classement ?

Ça représente bien les goûts de la masse, sans être péjorative du tout, donc ça ne me choque pas. Je n’ai pas été surprise. Déçue, oui et non, parce que je sais que mes goûts ne sont pas ceux de tout le monde. En tout cas je trouve ça dommage.
Dans mon classement on aurait trouvé GTA IV . J’aime aussi Mario Kart . Donc ça se rejoint. Rien ne m’a réellement « déçue ».

pic_1_-_vp_by_ludovic_dubois
Ouais, plutôt mauvaise joueuse. Quand j’étais gamine je tapais la porte, j’éclatais les manettes. Je suis mauvaise perdante. J’aime pas perdre.

Comme dans la vie ?

Oui. Je supporte très mal l’échec.

A présent nous allons en venir à une autre partie de ta vie, qui a fait débat au sein de la rédaction de Discordance. En effet tu fais partie d’une communauté appelée les Suicide Girls. Déjà : comment as-tu été amenée à intégrer cette communauté ?

Je fais de la photo depuis assez longtemps, et il y a 5 ans – quand j’ai eu internet – j’ai commencé à regarder un peu les sites du genre; j’ai fait des recherches pour savoir ce qui se passait sur le Web et je suis tombé sur le site des Suicide Girls, créé par deux petites nanas. Je trouvais ça rigolo comme concept donc j’ai posé ma candidature à l’aide d’un photographe qui est plus tard devenu mon meilleur ami. Mais à l’époque c’était très compliqué, il fallait envoyer et renvoyer des trucs par fax etc. donc j’ai lâché l’affaire.
Plus tard j’ai été contactée par une photographe qui m’a reparlé de Suicide Girls, alors je lui ai dit que je n’en gardais pas un bon souvenir. Elle m’a dit qu’elle s’occuperait de toutes les démarches et voilà. Mais moi je n’avais pas de passion débordante pour SG, je trouvais juste ça rigolo. Ça m’a permis de rencontrer Mr Poulpe et plein d’autres gens avec qui je travaille aujourd’hui. Mais je ne suis pas passionnée par tout l’aspect ragot qu’il peut y avoir : je ne suis pas sur les forums en permanence, je me contente d’entretenir mon blog régulièrement parce que c’est un super moyen de com’, de promo. Je trouve ça marrant, ça m’éclate.
Après, c’est rigolo parce que généralement tu as une sorte de statut alors que ça reste de la photo pseudo-érotique. J’ai fait plein d’autres photos dans le même genre sans que ce soit SG . Mais en étant dans cette communauté ça permet d’organiser des soirées, d’avoir un support pour faire des choses. Et comme on n’est pas beaucoup en France à se bouger le cul pour faire des choses c’est pas mal. Mais chaque fille a sa démarche, chacune est là pour une raison. Mais il est sûr qu’un amalgame très important est fait entre érotisme et pornographie. Jamais je ne tournerais de films porno pour la même raison que je n’irai jamais à la Star Ac’ : c’est quelque chose que je ne pourrais pas assumer. Je n’ai pas envie de voir des images de moi qui me dérangent. J’avais très peur en entrant à la télé qu’on me dise d’arrêter de faire des photos, ce qui aurait été légitime.

Au passage, tu as une clause d’exclusivité en signant avec les Suicide Girls ?

Non. Par contre tu ne dois pas faire le même genre de photos pour des sites concurrents. Pas mal de sites ont repris le concept de SG donc on ne doit pas aller vers eux, ce qui est normal.
Donc en entrant à la télé mon patron m’a dit « ah tiens, tu fais partie des Suicide Girls ? » alors je lui ai expliqué ma démarche et il m’a répondu qu’il trouvait ça vachement bien. S’il m’avait demandé d’arrêter, pour mon boulot je l’aurais fait parce que je n’ai pas de convictions particulières me poussant à être une Suicide Girl . Je trouve ça marrant et c’est un support intéressant pour proposer des choses mais c’est tout. Et c’est vrai qu’on a une communauté de Suicide Girls françaises plutôt marrante.

Comme je te disais, les Suicide Girls ont provoqué quelques réactions parmi les rédacteurs de Discordance, notamment à cause de ce que la communauté est devenue au fil des ans. Si à la base son but affiché était d’exposer des modèles « hors-normes », peu à peu on s’est aperçu – et à présent c’est très clair – qu’il fallait être jolie et bien faite pour en faire partie. C’est même devenu un véritable business, avec des sorties DVD etc. Qu’en penses-tu ?

Ah mais c’est évident, je suis tout à fait d’accord. C’est même coté en Bourse. Après comme je te disais chacun a son engagement et ses raisons pour en faire partie. Moi j’y suis parce que c’est, sans parler de promotion, une bonne démo pour ce que je fais. Dans l’absolu ça ne me dessert pas, au contraire. Après, oui c’est évident que t’avais à une époque quelques nanas qui par exemple étaient vraiment rondes, mais il faut être réaliste aussi : le but c’est de montrer un groupe de nanas « hors-normes » mais qui plaît. En tant que client, t’as pas envie de voir une nana qui est moche, avec des boutons, même si elle est tatouée et percée. Le client veut voir des nanas tatouées et percées mais qui lui plaisent. Ça reste un site de photos érotiques. Moi ça ne me choque pas plus que ça parce que c’est la suite logique. Quand tu crées quelque chose comme ça c’est pour faire de l’argent. Alors oui, je suis tout à fait d’accord mais ça ne me choque pas.

D’accord ! Pour ce qui est de tes projets, qu’as-tu de prévu ?

Alors là je vais tout arrêter pour aller élever des moutons en Auvergne. (rires) Non, pour l’instant je vais juste prendre des vacances, avec ma gratte et mon ordi. Je vais écrire des chansons, plein de chansons tristes parce que de toute façon je n’écris que ça.

Effectivement, à l’époque de Happy House tes textes n’étaient pas follement gais.

Si je fais autant de choses c’est parce que j’ai conscience d’avoir un besoin d’amour et de reconnaissance qui n’est pas « normal » ou en tout cas qui n’est pas commun. J’ai toujours fait de la musique par nécessité : c’était « je me sens pas bien donc je vais écrire ». Avec Virgin Princesse j’ai vraiment pris le contrepied de ça en me disant « tiens et si j’écrivais des textes assez « glauques » mais en les tournant de façon à ce que ça soit drôle ? ». Parce que finalement quand tu vas à un concert, si c’est pour t’en prendre plein la tronche et entendre que la vie ça sert à rien, que c’est de la merde et que les gens sont tous des cons à un moment donné tu vas en avoir marre. Ça n’amène rien.
J’ai pas envie d’enterrer les gens, de leur dire « vous êtes de la merde ». J’ai encore un peu d’humanité et j’ai envie de conserver ça. Évidemment ça n’empêche pas que je sois triste, que j’aie envie d’écrire des choses tristes.

D’ailleurs, tes textes sont-ils autobiographiques ?

Mes textes ne sont pas toujours autobiographiques mais inspirés d’histoires personnelles et de rencontres. J’observe beaucoup!

Où te vois-tu dans dix ans ?

Je ne sais même pas où je serai dans un an ! (rires) Dans mon monde idéal je ferai toujours de la musique – de toute façon j’en ferai jusqu’à ce que je ne puisse plus. J’espère que je ne serai plus à Paris mais à la campagne. Avec une ville proche quand même, pas pour l’ambiance mais au niveau culturel. C’est pour ça que je suis très contente d’être à Paris : je suis cinéphile, et même du point de vue historique, Paris est une ville très riche.
Dans dix ans j’aurai 36 ans donc peut-être aurai-je un enfant, acheté sur eBay. J’aurai un chat, un gros qui laissera des poils partout (c’est aussi ce qui me manque beaucoup à Paris). Pour l’instant j’ai un rat, c’est pas pareil.
Je sais ce dont j’ai envie, mais pas où j’en serai. La musique et la comédie, c’est vraiment viscéral donc à moins que je pète un câble je continuerai là-dedans. Alors après peut-être que j’écrirai, que je serai compositeur pour d’autres gens.

Ecrivain ?

Oui, certainement. J’en ai envie en tout cas. Je ne sais pas si j’en ai la compétence mais j’ai écrit deux-trois romans depuis que je suis gamine, que je garde dans un tiroir. Je suis en train d’y réfléchir sérieusement. Le problème c’est que j’ai envie de plein de choses mais je ne pense pas être « talentueuse » donc j’essaierai. En tout cas j’essaierai.

Un peu pessimiste.

Je suis hyper réaliste. J’ai plein de choses à proposer mais est-ce que j’aurai les compétences pour les proposer je ne sais pas. En tout cas c’est sûr que j’essaierai. Je ferai de mon mieux. Si ça plaît ce sera génial, mais si ça ne plaît pas j’aurai quand même tenté.

pic_2_by_fabien_penso
J’ai une passion pour les arts corporels. Le tatouage aussi donc. J’y ai travaillé deux-trois ans mais le milieu du tatouage ne me plaît pas. Rester qu’entre gens tatoués à parler de tatouages toute la journée, de qui les leur a faits etc. ça ne m’intéresse pas. T’as vite fait le tour.
J’ai toujours été fascinée par les dessins sur la peau. Quand j’étais gamine je mettais des transferts. J’avais 17 ans quand j’ai fait mon premier vrai tatouage. C’était à l’insu de ma mère alors je le cachais avec des T-shirts mais elle l’a découvert. Ensuite à Paris j’avais les cheveux très très longs; je me les suis faits couper et je me suis faite tatouer. Tout a été très réfléchi et je ne peux pas regretter.

Petite parenthèse mais c’est une question que beaucoup doivent se poser : es-tu célibataire ?

J’ai un copain. On s’est rencontrés sur un plateau, il ne savait pas que je faisais de la télé. Déjà que je suis une flippée des gens, alors dès que tu fais de la télé tout le monde est ton pote, des personnes que tu n’as pas vues depuis dix ans te rappellent. Donc du coup je me suis retrouvée célibataire quelques temps.
Pour en revenir aux tatouages je n’ai pas de « passion » particulière, mais une passion pour les personnes qui s’assument. Je n’ai pas d’admiration pour les gens tatoués. Le fait de s’assumer est passé chez moi par le tatouage. Ça m’a vraiment aidée à m’approprier mon corps ; je ne parle qu’en mon nom, c’est une démarche très personnelle. Il faut que ce soit très réfléchi. Les gens doivent avoir confiance en eux parce que ce n’est pas facile, il y a un réel matraquage. Aujourd’hui pour être une nana bien il faut être mince, gourmande, féminine, masculine, faire du sport. Il faut faire tout et son contraire. Les gens qui s’assument représentent une infime partie de la population.
Là par exemple je vais partir en vacances, je vais prendre deux jeans et deux pulls, je vais m’habiller n’importe comment et ce sera génial. A Paris tu ne peux pas faire ça. Pour moi c’est impossible.

Tu penses que les mentalités ont évolué en France vis-à-vis du tatouage ?

Non. Quand tu regardes l’Allemagne, l’Angleterre et certains états des États-Unis, on s’aperçoit qu’on est vraiment en retard. Je suis la seule présentatrice à être tatouée à ce point. Si je me suis faite faire tous ces tatouages c’est parce que je pense que je pouvais me le permettre physiquement : je n’ai pas un physique de camionneuse, j’ai un visage assez fin. Et quand les gens me rencontrent pour la première fois ils ne s’attendent pas du tout à ça. C’est assez drôle. Le problème avec le tatouage c’est que les gens pensent que du coup tu es super open. Ils viennent te parler, ils te touchent. Et moi j’ai pas forcément envie de parler, de me faire toucher comme ça. Je ne trouve pas ça poli.
Dernièrement je me suis faite agresser dans un sauna : deux nanas d’une cinquantaine d’années étaient en train de parler. Moi j’essaie toujours d’être super discrète. Mais tout de suite l’une d’entre elles m’a demandé « pourquoi vous faites ça à votre corps ? ». Je ne voulais pas me lancer dans un grand débat alors j’ai juste répondu que ça me plaisait. Elle m’a répondu « non mais c’est pas possible, ce sont les nazis qui font ça ». Ça m’a tellement choqué que je n’ai pas su quoi répondre. On est en 2008 et il y a encore des gens qui pensent comme ça !
Dès que t’es tatouée t’es forcément marginale, t’as une vie totalement décousue, déséquilibrée, débauchée. Il y a encore plein d’a priori. En faisant tout ce que je fais j’essaie de montrer qu’ils sont faux. Mais en France on conserve encore pas mal de préjugés, ne serait-ce que vis-à-vis des gens de couleur. On ne vit pas avec notre temps, on est réellement en retard. Quelle que soit la différence physique, c’est toujours très mal pris. Et encore, moi je l’ai choisi. Quand tu marches avec des personnes de petite taille, tu te rends compte que c’est chaud. Malheureusement je pense que ça n’est pas près de changer.

- -
Crédits photos

Dans l’ordre d’apparition des photos : Neo Pin-up by Sandrine Sauveur, Art Eos (concert au Pop Art Café, Reims), Ludovic Dubois et Fabien Penso .

Partager !

En savoir +

Site officiel de Virgin Princesse : http://www.virginprincesse.com‘>www.virginprincesse.com

Page Myspace du groupe : http://www.myspace.com/virginprincesse‘>www.myspace.com/virginprincesse

Si vous voulez creuser un peu… : http://www.noemiea.book.fr‘>www.noemiea.book.fr

A propos de l'auteur

Image de : Né en Allemagne à la fin des années 80, alors que l'ordre mondial était en plein bouleversement (et sa naissance n'y est sans doute pas pour rien), Loïc a eu très tôt le goût de faire tomber les murs. Aujourd’hui, c’est au sein de Discordance qu’il poursuit sa mission. Trop souvent adepte du « c’était mieux avant », passionné de cinéma, de littérature et de musique (tout un programme), c’est tout naturellement qu’il a choisi de prendre la tête de la rubrique Société : quelle meilleure tribune pour faire trembler les murs ? Vous pouvez à présent suivre ses élucubrations à la fois sur Twitter (http://twitter.com/JLMaverick) et sur son blog : http://johnleemaverick.wordpress.com.

6 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 2 janvier 2009
    L'A a écrit :

    Carton rouge pour les 2 quinquas du sauna.

    Sinon, ça me renvoie à une interview de Vera Peppermint (avant que cela soit renommé en Virgin Princess) qui date de juin 2007 : http://www.e-zic.com/interview/vera_1.php

    On y trouve d’ailleurs 2 commentaires « poils à gratter ».

  2. 2
    le Samedi 3 janvier 2009
    Dahlia a écrit :

    Je la remercie d’avoir répondu avec franchise sur les Suicide Girls en tout cas ^^

    Sinon parlant des Suicides Girls, saluant ces deux sites clones/plagiat qui font très fort dans la repompe:
    http://www.godsgirls.com/
    http://pinuprincess.com/

    Le manque d’imagination à un tel niveau, ça devrait être interdit bowdel :D

  3. 3
    le Dimanche 4 janvier 2009
    Dahlia a écrit :

    @L’A: hey c’est abusé, dans l’itw que tu lui as fait, tu as piqué une partie du questionnaire de Sophie Calle :p

    http://www.google.com/search?q=le+questionnaire+de+sophie+calle&rls=com.microsoft:*:IE-SearchBox&ie=UTF-8&oe=UTF-8&sourceid=ie7&rlz=1I7ACAW

    (j’avais répondu à ce questionnaire y a très longtemps, je me suis fait peur en relisant certaines réponses haha)

    Tiens c’est marrant ça, pourquoi Vera Peppermint est devenue Virgin Princesse du coup?

  4. 4
    le Dimanche 4 janvier 2009
    L'A a écrit :

    @Dahlia : Ah mais je ne prétends pas avoir fait cette itw mais l’avoir lu et m’en être souvenu (j’ai même mis du temps car je pensais que c’était dans les colonnes de Discordance).

    On croise parfois certaines de ces questions ailleurs (dans la presse écrite aussi). D’ailleurs, à la fin de l’itw de Sophie Calle, on peut lire : « Je respecte peu les traditions y compris les miennes. Ce questionnaire ne m’a donc été transmis par personne en particulier. Et s’il figure ici ce soir, c’est parce que je pense très fort à celle qui l’a conçu. S’il vous inspire, n’hésitez pas. »

    Pourquoi Virgin Princess et non plus Vera Peppermint ? Visiblement, les origines de ce projet sont obscures et Noémie l’aurait intégré en remplacement d’une autre personne. Mais, à ce stade, est-ce finalement bien important ?

  5. 5
    Pascal
    le Dimanche 4 janvier 2009
    Pascal a écrit :

    Très chouette intw et très chouette personnalité. Elle a l’air d’avoir les pieds sur terre et c’est assez agréable de lire ses réponses.

    Concernant les deux commentaires de l’intw d’E-zic, je les trouve plus abscons et proches du règlement de compte perso que vraiment « poils à gratter ».

  6. 6
    le Dimanche 4 janvier 2009
    Dahlia a écrit :

    @L’A: autant pour moi, j’avais mal lu :)

Réagissez à cet article