Interview de Yann Dezign

par Stedim|
Yann Dezign fait, semble-t-il, partie d'une nouvelle génération d'artistes. Yann collabore avec des modèles jamais neutres, Yann choisit des endroits très typés, Yann prend des photos.

Yann retouche allègrement ces photos en post prod’, Yann crée des séries thématiques, Yann les expose sur internet. Yann expose aussi dans le monde réel. Yann possède un truc en plus. Et au fil du temps, mois après mois, on perçoit une évolution, une progression, un cheminement, une quête ?

photo1-4 Yann, tu prends des modèles en photo, tu retravailles ensuite ces photos parfois jusqu’à l’irréel. Comment qualifierais-tu ta démarche ?

Ma démarche est celle d’un créateur qui unie la photographie et le graphisme dans l’optique de créer un univers onirique, provoquant, décalé, sublimé ; tout droit sorti d’un esprit sans cesse nourrit par mon imagination. Je me décris comme un artiste contemporain qui use des techniques actuelles pour mettre en exergue ses délires visuels, ses sensations, ses passions, n’hésitant pas à aller jusqu’à l’irréel. Cette ambiance me permet de m’évader dans un autre monde sans loi, sans règle ni tabou, sans interdit.

Je te suis avec plaisir depuis plusieurs mois. Tu exposes régulièrement tes photos sur internet. Tu as récemment fait une exposition dans le monde réel. As-tu un objectif bien défini ?

Mon but premier est de me faire le plus de publicité possible, de rencontrer de nouvelles personnes, de discuter de mes travaux, d’échanger des idées et pourquoi pas, par la suite, collaborer avec elles. En toute franchise, mon idéal serait de laisser une trace dans l’esprit des gens, de vendre quelques oeuvres et surtout d’être publié.

Comment fonctionnes-tu ? As-tu un cahier des charges bien arrêté quand tu commences une séance ?

J’essaie de construire un univers propre avec chacun de mes modèles, une atmosphère qui lui correspond parfaitement. Je réfléchis, dessine, me nourris de ce que je vois ; sans pour autant rester figé dans mes idées et ne pas laisser place à l’improvisation. Ensuite, il s’agit d’une collaboration, toute séance devient un échange où le modèle participe et s’investit au maximum. Il est essentiel qu’il y ait une communication, qu’il s’implique afin de tirer le meilleur parti de son rôle. Ainsi, les thèmes sont développés en binôme.

Tes modèles sont exclusivement des femmes. Pourquoi ?

(Rires ) Au grand désespoir de ma chérie, oui, mes modèles ne sont que des femmes. Elle croise les doigts et prie le bon Dieu pour que l’envie de photographier des hommes émerge dans mon esprit. ( rires ). Peut-être quand 2008… ! J’ai eu plusieurs contacts de modèles masculins, reste à attendre que cela mûrisse dans mon esprit. Effectivement, la femme me plait pour son coté sensuel et charnel. Je me sens plus proche d’elle. Quand je conçois mentalement une photo, il s’agit toujours d’une femme. J’aime la voir évoluer et s’approprier le personnage. Mon inspiration n’a pas de limite avec elle.

Es-tu parfois courtisé par certains modèles afin de travailler avec eux ?

Euhhh. Pourquoi tu veux des noms ? des numéros de téléphone ?

Quelles qualités doit posséder ton futur modèle ?

Sans vraiment parler de qualité, j’aime avant tout travailler avec des gens passionnés qui n’hésitent pas à s’investir et à rentrer dans mon univers. J’apprécie que les futures modèles sachent évoluer librement et naturellement, qu’elles bougent sans être guidées. Ici, il ne s’agit pas spécialement de canon de beauté . Je marche au coup de coeur. Certaines filles très belles peuvent moins m’inspirer que d’autres. L’important est qu’elles dégagent quelque chose, je n’aime pas les filles lisses, transparentes. Celles qui ont de la personnalité, du charisme, de la prestance ou de l’originalité m’attirent plus.

Ecoutes-tu de la musique pendant tes shooting ?

Comme mes séances ne sont pas en studio mais en extérieur, pour la plupart, je n’ai malheureusement pas de musique pendant mes shootings.

Et pendant tes séances de retouche photos ?

Effectivement, quand je suis dans la partie graphique, je ne peux travailler sans fond musical : beaucoup de B.O. de films (La plupart de David Lynch, Tim Burton et des films tels que Avalon, Requiem for a dream .). En règle générale, de l’électro-métal, sans oublier mes coups de coeurs musicaux : Sixteen Sinners, Malakwa, Sith dont je m’occupe photographiquement parlant.

Tes photos ont toute une ambiance bien définie et souvent de multiples interprétations possibles. Est-ce ton souhait dès le départ ou bien improvises-tu et t’arrive-t-il parfois d’être toi-même surpris par le résultat final ?

Comme tu le dis, mes photos ont souvent de multiples interprétations et c’est cette idée qui me plait. En fonction du vécu et de la personnalité de celui qui regarde, la critique est différente. Quel plaisir de lire les commentaires faits par chacun, cela signifie que les gens sont sensibilisés et non indifférents face à ce qu’ils voient.

Ils se racontent une histoire et se laissent porter par mon univers alors je me dis que j’ai réussi. Comme mentionner plus tôt, je ne fige pas mes idées. Elles évoluent au gré de mes envies à l’instant voulu. Je pense qu’il faut laisser l’inspiration aller ou elle le souhaite, laisser une part de spontanéité et de liberté dans son travail. Je fais confiance à ma créativité pour ne pas tout planifier.

photo2-2 Es-tu à la recherche de la photo idéale ?

La photo idéale ? On est tous à la recherche de l’idéal, non ? Disons que ma priorité est d’avoir une image qui me plait et dont je suis fier.
Bien sûr, il y a des photos qui me plaisent plus que d’autres parce qu’elles révèlent une émotion précise que j’ai su capter au bon moment.

Tes shootings sont souvent dans des endroits très particuliers. Comment les choisis-tu ?

Beaucoup de temps est consacré à la découverte de nouveaux lieux car ils doivent me parler et m’inspirer. Tous différents les uns des autres, je les aime pour leur luminosité, leur architecture, leur graphisme et leur volume.
Il m’arrive d’aller me balader dans l’optique de trouver le lieu parfait et optimal ; alors qu’à d’autre moment c’est plutôt le lieu qui vient à moi.

Quel est ton pire souvenir de shooting ?

D’avoir été obligé de diriger le modèle de A à Z : placement du corps, attitude et expression à avoir, ce qui implique aucune initiative et aucun partage du modèle.

Et ton meilleur souvenir de shooting ?

Le modèle de cette séance correspondait parfaitement à mes attentes : elle était très motivée et s’était beaucoup investie dans des écrits, des références, une réflexion. Nous avions étroitement collaboré. De plus, voulant briser l’instant d’une séance son coté glamour d’une beauté naturelle qu’elle avait l’habitude d’avancer avec les autres photographes, elle a su trouver et me donner diverses émotions sans que je n’ai eu besoin d’intervenir. Elle était concentrée sur son personnage tout en étant ouverte à mes suggestions. Bref, surtout les plans, cette séance a été parfaite.

Combien de temps en moyenne passes-tu sur une photo avant de la dévoiler au public ?

Si on parle du temps d’une séance, cela peut aller de 3 heures à une journée. Maintenant si on parle de l’après-séance, tout dépend de ce que je compte faire. S’il s’agit d’une petite retouche infographique ou d’un montage numérique avec mise en scène, cela peut aller de 5mn à un après-midi.

Si j’osais te demander une photo sur le thème de la Discordance, qu’imaginerais-tu tout de suite comme piste de départ ?

Un combat face à soi même… la folie… être en désaccord avec soi-même…

Quelles sont les influences que tu souhaiterais voir avancées par un critique ?

Des influences cinématographiques telles que Lynch, Kubrick ou Burton . Le cinéma tient une importante place dans ma vie (je viens de ce milieu-là, je bossais dans le cinéma avant d’être graphiste).

Que te manque-t-il pour réussir ?

Ma réponse est plus matérielle qu’autre chose : l’investissement de personnes qui ne demandent pas sans arrêt d’être payées pour une séance. Je parle surtout des maquilleuses, coiffeuses et autres qui réclament souvent argent et photos pour leur book ! Des autorisations plus faciles des mairies pour photographier dans tel ou tel lieu. Etre sur Paris ? J’ai l’impression qu’on est de la merde en dehors de la capitale… Ça m’attriste.

Sauf erreur, tes modèles sont d’illustres (mais talentueuses) inconnues. Aimerais-tu shooter une star ? Si oui, laquelle ?

Une seule… waouh le choix est dur… Monsieur Jack de Tim Burton, pour son allure… son originalité… et sa belle squelleture .

Dis, j’y pense là, tu n’es pas tenté parfois de te mettre toi-même en scène ?

Euhhh. pour le moment non… ça peut être une idée intéressante.

Quelle musique écoutes-tu en ce moment ?

L’album 9 de Damien Rice .

Qu’est-ce qu’il y a de plus important dans la vie que la photo pour toi ?

L’amour et l’amitié des gens qui m’entourent.

Yann, un message à passer ?

Il ne suffit pas d’avoir une idée . il faut surtout la pondre.

photo3 Quel type de réaction cherches-tu à provoquer chez le spectateur ?

J’aime quand le spectateur bloque sur l’image. Quand il y a un long silence avant d’entendre ses premiers mots, c’est que je l’ai transporté un court moment dans les méandres de son cerveau.

Es-tu sensible aux critiques à ton encontre ?

Très sensible, malheureusement. Une critique négative comme positive me touche.

Tu as quoi dans tes poches, là ?

Un paquet de clopes (oups pas bien… pas bien du tout, ça), un portable et une carte de visite.

Où seras-tu dans 2 ans ?

Dieu seul le sait dans deux ans. Je ne vis absolument pas dans le futur, ni dans le passé… Je sais tout juste ce que je fais demain.

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ?

Etre ou ne pas être… Enfin ca serait plutôt Etre. Etre connu, Etre reconnu dans ce domaine-là. De bonnes rencontres et collaborations.

A quoi te sert l’art ?

M’évader. M’exprimer. Mais aussi donner un peu d’imagination, de plaisir à autrui.

Rédige ton épitaphe !

L’épitaphe de Victor HugoLes Contemplations -

Il vivait, il jouait, riante créature.

Que te sert d’avoir pris cet enfant, ô nature ?

N’as-tu pas les oiseaux peints de mille couleurs,

Les astres, les grands bois, le ciel bleu, l’onde amère ?

Que te sert d’avoir pris cet enfant à sa mère,

Et de l’avoir caché sous des touffes de fleurs ?

Pour cet enfant de plus tu n’es pas plus peuplée,

Tu n’es pas plus joyeuse, ô nature étoilée!

Et le coeur de la mère en proie à tant de soins,

Ce coeur où toute joie engendre une torture,

Cet abîme aussi grand que toi-même, ô nature,

Est vide et désolé pour cet enfant de moins !

C’est quoi l’intérêt de ta prochaine photo ?

Ma prochaine photo est pour un magazine anglais de tatouages avec un joli modèle féminin du sud de la France.

Dis, c’est possible que tu nous cyber-dédicaces l’une de tes photos pour Discordance.fr ?

Oui, bien sûr, et avec plaisir !

Image de ded-yd

Partager !

En savoir +

Site officiel : http://www.yanndezign.com‘>www.yanndezign.com
Myspace : http://www.myspace.com/yanndezign‘>www.myspace.com/yanndezign

11 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Dimanche 30 mars 2008
    kyra a écrit :

    L’occasion de témoigner un immense respect à cet artiste que j’ai eu l’occasion de croiser sur myspace. Ses créations sont toujours plus surprenantes les unes que les autres. Et la cyber-dédicace est super sympa.
    Bonne route, Yann !

  2. 2
    le Dimanche 30 mars 2008
    Selenys a écrit :

    Une interview très intéressante que Yann a tres bien sur défendre et en ce qui concerne le thème de la discordance, « quand tu veux Yann tu t’y mets car je suis certaine coupain que tu sauras en faire des merveilles ;-)  »

  3. 3
    le Lundi 31 mars 2008
    Charmedjazz a écrit :

    Un vrai artiste avec de magnifiques photos à son actif..
    Beaucoup d’émotions dans chacune d’elles.. le choix des lieux, les accessoires et sa retouche graphique sont exceptionnels.. Pas la peine d’être sur Paris pour avoir un tel talent, la preuve !!! tu gagnes à être connu, ça c’est certain.. je te le souhaite de tout coeur..

  4. 4
    le Lundi 31 mars 2008
    Mam'zelle So' a écrit :

    c’est tout toi cette interview Yann!
    talent et humilité..point de vue de modèle mais d’amie egalement..

  5. 5
    VIOLHAINE
    le Lundi 31 mars 2008
    VIOLHAINE a écrit :

    Belle découverte.
    Merci à l’interviewer et à l’interviewé.

  6. 6
    le Lundi 31 mars 2008
    Nan' a écrit :

    Arfff, Yann, que dire si ce n’est: Quel talent!!!

    J’espère de tout coeur que tu vas poursuivre aussi loin que tes rêves te guideront. J’aimerai un jour en faire autant…
    En tous cas, bonne chance!!!

    Vraiment sympa cette interview !!!

  7. 7
    le Lundi 31 mars 2008
    rene-ssance a écrit :

    Yann !!
    Un tour du monde en lui seul !! chaque destination laisse decouvrir un arc en ciel de couleurs !!!
    avec l’envie d’en voir plus.
    La réussite est assuré je suis confiante à cent pour cent, c’est juste une question de temps.

    XXxx

  8. 8
    le Lundi 31 mars 2008
    ectisie a écrit :

    Ne change rien, continue de nous faire partager tes émotions, et merci pour ces photos qui nous transportent dans ton univers..

  9. 9
    le Mardi 8 avril 2008
    mina a écrit :

    yaaaaaaaaaaaaaannn <3

    toujours aussi fan fan fan fan

  10. 10
    le Mardi 22 avril 2008
    yanndezign a écrit :

    Un grand merci a vous tous pour vos messages et surtout un grand BIG Thanks à Stedim pour cette interview !!

  11. 11
    le Lundi 31 mars 2008
    Styx a écrit :

    Héhé, excellent cette interview de Yann ;) …comme tu le sais déjà j’aime bcp ton univers, tes retouches, et e, plus t’es vraiment sympa comme mec, donc bonne chance pour la suite, tu le mérites ;)

Réagissez à cet article