blind io

par |
Dans la série "les Anglais ont décidément une longueur d'avance en musique", laissez moi vous présenter un groupe, originaire de Manchester, que j'ai eu le grand plaisir de rencontrer sur place : blind io (ils insistent sur les minuscules).

img_6373-2Composé de Jason Jevens (guitare et chant), Jonny Booth (guitare), Jim Lumby (basse) et James Smith (batterie), le groupe se définit comme une formation de rock progressif 70es, avec des airs de Pink Floyd et de Fleetwood Mac à ses débuts. Décrit comme des « monstres chevelus de rock progressif » ( Manchester Evening News ), le groupe ne savait pourtant pas où tout cela allait les mener quand ils se sont rencontrés.

Blind io est un groupe d’amis, des vrais bosseurs qui se complètent et qui se comprennent avec pour ambition de sortir l’Angleterre de cet espèce de punk/indie pour ados qui a envahi le pays ces dernières années. Et c’est vrai qu’il y a du boulot…..

Avec un EP intitulé … – To be continued, un album en préparation et quelques dates françaises prévues cet été, je me suis fait un petit plaisir en les faisant se lever un dimanche de bon matin pour une interview téléphonique…

Qu’aimeriez-vous que je dise sur vous ?

Jay : Que nos chansons sont brutes et puissantes, provocantes et émouvantes.

Jonny : Que nous sommes un groupe de rock progressif conscient socialement. On écrit des chansons sur ce qui nous fait réagir, ce qui se passe dans nos vies, dans le monde, ce qui nous déçoit et ce qu’on voudrait changer.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?

James : C’est toute une série de coïcidences chanceuses, ça prendrait une semaine pour te raconter l’histoire en entier !

Jonny : On travaillait tous sur différents anciens projets, avec d’autres musiciens, on s’est rencontrés grâce à eux.

Jay : Et James et moi étions ensemble à la SSR (école d’ingénieur du son).

Jonny : Jim, James et moi on était dans le même groupe auparavant, et Jayson effectivement on l’a rencontré par la SSR . Ça fait trois ans qu’on est ensemble, je pense qu’on a passé deux ans à trouver et développer notre son, à écrire des chansons et à les jouer, puis on a passé un an à enregistrer et à faire connaître notre musique sur les scènes de Manchester. Maintenant, on s’attaque à de plus grandes choses !

Que diriez-vous que chacun d’entre vous apporte au groupe ?

James : Moi j’apporte mes baguettes… mes mauvaises blagues ! (rires) Sérieusement, j’essaie de créer un élément rythmique rock, bizarre, simple mais efficace. Une base dynamique et solide.

Jonny : Des contours blues, un son et un style expérimental, et l’incontournable coiffure de rock star ! (rires)

Jay : Un son accoustique basé sur le folk, un style d’écriture à la Jeff Buckley .

Jim : J’essaie de faire en sorte que les chansons soient plus structurées. Parfois je remixe notre musique C’est notre côté expérimental…

Quelles ont été vos influences musicales ?

Jay : On est un mélange de Led Zeppelin, Pink Floyd, Fleetwood Mac, Crosby Stills and Nash et Free . Personnellement j’ai été influencé par Jeff Buckley, the Goo Goo Dolls, et Doves pour n’en citer que quelques uns.

Jonny : Je dirais que nous sommes un peu comme Muse dans notre attitude et notre travail sur l’éthique, mais sinon dans mes références, je citerai Pink Floyd, tout ce qui est rock progressif et les débuts du blues.

James : J’ai pas mal d’influences variées, du rock à l’accoustique classique, Queen, Pink Floyd, mais quand j’étais ado j’écoutais plutôt du heavy métal. En fait il s’agit surtout de jouer le style qui nous plait, on ne veut copier personne, c’est juste ce qu’on aime faire. On essaie de faire de belles mélodies et de solliciter l’imagination des gens.

En quoi est-ce que ça influence votre écriture ?

Jay : J’ai une façon d’écrire très ouverte, je n’ai pas de manuel ! on s’autorise à explorer différentes régions de la musique, on ne l’aurait peut-être pas fait séparément, mais ensemble ça fonctionne. On sait ce qu’on aime, et on est ouverts à l’expérimentation.

James : Toutes nos influences se regroupent quand on joue, quand on on répète ensemble. On se contente de jouer tous ensemble et la mélodie se développe comme elle doit le faire.

Jim : On crée du rock classique avec une sensibilité pop.

Jonny : Mais on fait aussi un mix d’influences modernes et plus anciennes.

Avez vous assez de chansons prêtes pour enregistrer un album ? Où en êtes vous dans sa préparation ?

epcover-2 Jonny : Pour le moment on travaille sur les arrangements musicaux, on décide quelle chanson développer et dans quel ordre les mettre sur l’album. Mais on va faire quelques démos d’abord.

Jay : Deux albums sont écrits, le deuxième n’est pas encore fini, nous allons sans doute ajouter de nouvelles chansons, mais on attend encore pour pouvoir les enregistrer au meilleur de nos capacités.

Il y a souvent des musiciens qui vous rejoignent sur scène, comment les avez-vous rencontrés ?

Jay : En se rapprochant des musiciens qu’on aime bien et qui ont une bonne réputation, principalement au Matt & Phreds, le jazz club enfumé à Manchester où travaille Jonny . On a rencontré des gens qui pensent de la même façon que nous musicalement, des gens comme Matt Nickson (saxophone), Graham Clarke (violon), Jon Thorne (contrebasse) et qui ont d’ailleurs tous collaboré à notre EP. Ce sont tous des musiciens bien établis, reconnus. On en a aussi rencontrés certains dans des endroits plus sombres, on a joué dans des endroits comme the Green Room, PoNaNa (tous deux à Manchester), et en allant voir les concerts d’autres gens.

Qu’est-ce qu’ils vous apportent ?

Jonny : Ils nous font croire en notre musique !!

Jay : Ils nous ont fait réaliser que notre musique était bonne, on avait peut-être tendance à nous sous-estimer auparavant. Ils ont transformé nos chansons, apporté des éléments qui n’auraient pas été là autrement, ajouté de la diversité à notre son. Je pense qu’ils ont joué un rôle clé dans notre façon d’aller de l’avant et de se développer en tant que groupe.

Jim : Ca donne énormément confiance de travailler avec des musiciens géniaux, ça te donne envie de travailler plus dur. Leurs compliments et leurs encouragements signifient beaucoup pour nous.

Certaines chansons auraient donc été différentes sans eux ?

Jonny : Oui, une chanson comme Mother Nature a été assez modifiée, elle ne serait pas la même sans l’influence extérieure des musiciens qu’on a rencontrés.

Avec qui rêveriez-vous de jouer ?

Jonny : David Gilmore, j’adorerais faire un boeuf avec lui.

Jay : Jeff Buckley bien sûr, Doves, et Lisa Hannigan (choriste de Damien Rice ). J’aime le folk et la musique traditionnelle Irlandaise, j’ai grandi en écoutant ça.

James : Jimi Hendrix, Cream .

Jim : Brian Wilson, David Bowie .

Qu’est-ce que je peux vous souhaiter ?

Jonny : Une tournée mondiale ! ( rires ) De la chance et une longue carrière.

Jay : Des tournées et du succès, la reconnaissance de notre travail signifierait beaucoup pour nous.

Jim : Réaliser que nous inspirons des gens, j’ai envie de faire réfléchir le public sur les messages de nos chansons.

James : La joie et la paix dans le monde, l’amour et des rendez-vous avec des Françaises ! ( rires )

Ca, ça peut s’arranger ! ( rires )

En savoir +

Site officiel : http://www.myspace.com/blindiomusic

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Normande bientôt trentenaire, intervieweuse en pointillé, en particulier dans le domaine musical ou littéraire. Sais coudre et tricoter, jouer de la batterie et organiser des tournées. Bah oui, on peut avoir l'air cool ET broder, surtout si on en fait son gagne pain : http://www.broderieduphare.kingeshop.com

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 29 janvier 2007
    Kouka Nicoya a écrit :

    C’est super Cool, j’adore.

    Merci.

Réagissez à cet article