Harvey Milk

par Trots|
“If a bullet should enter my brain, let that bullet destroy every closet door”. Quelques mots qui résument le combat d’Harvey Milk pour les droits civiques de la communauté gay et, plus largement lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre.

harvey_milk_logo_imageAnnées 1970, San Francisco. Harvey Milk participe à l’essor d’activités associatives visant à la défense des droits homosexuels, principalement dans le quartier du Castro. Il se présente plusieurs fois au Conseil municipal, avant d’être élu à l’Assemblée de Californie, devenant ainsi le premier candidat ouvertement homosexuel à briguer un mandat public aux États-Unis. Dans un pays en pleine effervescence, forces progressistes et conservatrices s’affrontent continuellement. Ici des droits civiques sont obtenus, là ils sont remis en cause. Harvey Milk mènera sa dernière bataille contre la Proposition 6, qui prévoyait d’autoriser le licenciement des enseignants homosexuels, avant d’être assassiné le 27 novembre 1978.

Gus Van Sant signe un biopic très classique dans sa mise en forme : débuts du personnage, essor, mises en question, maturité, meurtre. La touche van santienne est omniprésente à l’image, très belle au demeurant, et parsemée d’images d’archives des principales manifestations. C’est finalement devant Sean Penn que l’on s’incline, puisqu’il nous prouve encore une fois qu’il est un des plus grands acteurs de sa génération. Sa prestation est magnifique de bout en bout, juste et inspirée, nous faisant passer d’une intense vibration pendant ses discours enflammés à une profonde empathie dans les moments d’intimité.

Le film n’est pas une grande oeuvre cinématographique dans le sens où Van Sant n’innove pas vraiment sur le traitement du sujet ou sur la réalisation. Son mérite est ailleurs. Il témoigne de l’atmosphère si particulière d’une époque trop méconnue, d’une ébullition intellectuelle et culturelle, et surtout rappelle très justement que rien n’est jamais acquis et que certains ont dû se battre pour obtenir leur reconnaissance sociale. Harvey Milk, même s’il a été érigé en martyr, n’est finalement qu’un de ces hommes parmi tant d’autres qui sont morts pour ou à cause de leurs idéaux, et son histoire méritait largement un Gus Van Sant et un Sean Penn réunis. Un film nécessaire, donc, et remarquablement interprété.

Partager !

En savoir +

Le personnage d’Harvey Milk a été oscarisé à plusieurs reprises, en 2009 (Meilleur acteur Sean Penn et Meilleur scénario original) et en 1985 (Meilleur documentaire The Times of Harvey Milk, de Rob Epstein ).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article