Hacride – Lazarus

par |
Hacride fait partie de ce qui se fait de mieux en terme de musique extrême. Dès 2005, il exportait le métal hors des sentiers battus avec un premier disque, Deviant current signal . Deux ans, plus tard, le groupe poitevin s'aventurait encore plus loin dans le grandiose et le puissant avec Amoeba . Hacride garde la cadence avec un nouveau disque en 2009, Lazarus .

hacride_lazarus-2En guise d’intro, une petite mélodie à la guitare sèche. C’est bon, on nous l’a déjà faite. Le groupe s’est en effet également servi de ce procédé sur Amoeba, pour annoncer l’imminence d’une tempête sonore. Mais pas cette fois. En quelques secondes, le combo poitevin brouille complètement les repères de l’auditeur.

To walk among them est décidément une plage curieuse. Durant les premières minutes, les ambiances et les sensibilités se mélangent dans un désordre de riffs à l’intensité décevante. On pense souvent à Gojira, parfois à Kruger – qui sont comme Hacride signés chez Listenable Records – à Meshuggah forcément, mais pas toujours dans ce qu’ils ont de meilleurs. Le chant est placé largement en avant, un choix globalement peu convaincant. On ne reconnaît tout simplement pas la patte d’ Hacride . Bien heureusement le restant de la chanson – la première plage dure tout de même un quart d’heure- permet de renouer avec la qualité. Hacride déploie une puissance impressionnante dans des mélodies pourtant lentes et majestueuses.

Si To walk among them est si précisément décrite, c’est parce qu’elle est tout à fait représentative de l’ensemble de ce disque. À vouloir viser trop haut, Hacride s’est éparpillé. Lazarus possède ainsi quantité de riffs intéressants, mais ils sont disséminés sur des plages décousues et pleines de longueurs.

La qualité d’ Amoeba et l’expectative de ce disque ont évidemment joué en défaveur de Lazarus . C’est dommage, car l’enjeu est grand : ce disque étant le troisième, Hacride est attendu au tournant. Quoi qu’on en dise, il fallait que les Poitevins se surpassent pour être LE groupe métal à voir, entendre et apprécier, comme son cousin Gojira en son temps. Or, si Lazarus reste un bon disque, largement meilleur que la majorité des sorties récentes dans son créneau, il n’atteint pas l’excellence qu’on lui souhaitait.

Partager !

En savoir +

A lire sur Discordance :

L’interview d’Hacride : http://www.discordance.fr/Hacride,1068.html
Hacride au Nouveau Casino : http://www.discordance.fr/Hacride-Centaurus-A-au-Nouveau,1067.html
Hacride sur Discordance (MP3 de la semaine) : http://www.discordance.fr/Hacride-Fate.html

Sur le groupe :

Myspace : http://www.myspace.com/hacridev2
Écoutez les disques d’Hacride sur Deezer : http://www.deezer.com/#music/artist/57495

A propos de l'auteur

Image de : Yves Tradoff s'intéresse à beaucoup de choses : http://yvestradoff.over-blog.com (work in progress)

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article