H-Burns + Bo Weavil au New Morning

par |
Mercredi 2 décembre 2009. C’est sous la pluie qu’il faut marcher dans les rues de Paris pour rejoindre la salle du New Morning et espérer sécher ses petits souliers au son de la folk intimiste de H-Burns et du blues intemporel de Bo Weavil. Deux artistes, deux groupes de musiciens, aux univers bien distincts qui ont cependant en commun une générosité et un naturel à toute épreuve.

noname H-Burns, de son vrai nom Renaud Brustlein, est sans doute à l’heure actuelle l’un des artistes folk français les plus doués de sa génération ! Songwriter sensible et inspiré, il nous présente ce soir son nouvel album et troisième du nom : We Go Way Back, un disque emprunt de sonorités multiples, de la folk à la country en passant par l’indie rock des années 90. Accompagné de ses musiciens, parmi lesquels on aura reconnu Jonathan Morali des Syd Matters, H-Burns nous livre un set chaleureux, qui charme par sa simplicité et son authenticité. L’intimité de la salle se prête parfaitement à l’univers musical de l’artiste. La complicité entre les musiciens tout au long du concert saute aux yeux et leur plaisir d’être sur scène est très communicatif.

Le public est attentif et semble complètement réceptif aux mélodies, tantôt mélancoliques tantôt enjouées, du nouvel opus du chanteur. Fires in empty buildings, Hal a freak/Half a man ou encore We go way back sont autant de petites perles d’émotion. En plus des chansons du dernier album, on aura également droit aux titres phares des disques précédents dont Big City Blues, Footsteps ou  Horses with no medas . Une setlist impeccable en somme ! On aime à se laisser bercer par ces compositions envoutantes. Timide mais généreux, H-Burns s’impose comme un artiste des plus attachants.

Après une petite pause, c’est au tour de Bo Weavil de monter sur scène. Autre artiste, autre univers ! On quitte alors les douces mélodies d’ H-Burns pour explorer le blues intemporel du trio qui tient son nom de la chanson Mississippi Bo Weavil Blues interprétée par le pionnier du blues, Charley Patton, en 1929. Avec déjà trois albums à son actif, dont le dernier en date sorti le 2 décembre dernier s’intitule Split-Up Blues, Bo Weavil a su imposer son style en remettant au goût du jour un style musical peu représenté en France.

Accompagné de ses fidèles compagnons, sa guitare et son harmonica, mais surtout de ses deux musiciens, Franck Thomelet à la batterie et Miguel Hamoum à la basse tous deux originaires de Nantes, Boogle Matt nous livre un set parfaitement rodé en enchainant sans temps morts les morceaux de ses albums, tous taillés pour le live grâce à leur accent boogie très sixties. Le public, auparavant très sage, s’essaie même désormais à quelques pas de danse endiablés. Il y a un petit air d’Amérique qui souffle dans la salle du New Morning et si on ferme les yeux quelques instants, on a alors l’impression de parcourir la route 66 les cheveux dans le vent, en quête de territoires et de sensations inconnus !

Nos petits souliers sont maintenant bien secs, prêts à rebrousser chemin en direction du metro. Bonne nouvelle, il ne pleut plus !

Partager !

En savoir +

H-Burns : Myspace->www.myspace.com/hburnsmusic ] / [Site officiel
Bo Weavil : www.myspace.com/boogiemattweavil

A propos de l'auteur

Image de : Fraîchement débarquée dans la vie active après des études de communication, j'assouvis ma passion pour la musique en jouant les apprenties journalistes et en écumant les salles de concerts parisiennes à la recherche de nouvelles sensations ! Et même si ma guitare commence à prendre la poussière, un jour j'arriverais peut-être moi aussi à faire quelques chose de mes dix doigts.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article