Guns N’ Roses à Amneville

par Joaquim|
C’est au Galaxie d’Amnéville que les Guns N’ Roses ont livré leur première date française de cette tournée mondiale entamée en décembre 2009, juste avant Bercy ainsi qu'une date au Zénith de Lille début octobre.

Fraichement reformé, le groupe du batteur de Slipknot serpente actuellement l’Europe pour défendre leur dernier album Women and Children Last sorti le 31 aout dernier. Murderdolls aura donc proposé à un public attentif un show rodé (et ceci, malgré une absence de plus de 7 ans) basé sur le glam, un rythme effréné et une communication plutôt efficace. Le groupe, très réaliste sur les raisons de la présence d’un public aussi nombreux, fait largement participer la foule en la haranguant de « Sex, Drugs, and Rock N’ Roll ». Un concept assurément familier des quelque 12 000 personnes présentes qui se rappelleront avec nostalgie les grandes années des Guns. Dans un élan de générosité, le groupe offrira même l’opportunité aux photographes accrédités de travailler pendant l’intégralité du concert au pied de la scène. Un geste d’autant plus remarquable que les Guns N’ Roses auront pour leur part décidé d’interdire les photos depuis le crash pit, reléguant les médias présents dans les gradins du Galaxie d’Amnéville. Qui a dit « caprice de star » ?

C’est avec une heure de retard et à grand renfort de pyrotechnie que les Guns entament leur set avec les titres traditionnels de cette tournée mondiale : Chinese Democracy puis Welcome to the JungleIt’s So Easy et Mr. Brownstone. Le son est de très bonne facture, la voix d’Axl nécessite deux chansons pour atteindre son sommet et les guitaristes se relaient en courant sur cette scène extra large à la configuration plutôt épurée : 2 étages, les cordes et Axl au rez-de-chaussée, les claviers et la batterie au premier. On regrettera peut être la sobriété du décor, une tenture à l’effigie Guns / Chinese Democracy et des écrans géants, accentuant de ce fait les chorégraphies un tantinet maladroites d’Axl ainsi que les clips de femmes en pleurs assises sur des marches d’escalier diffusés pendant les balades. L’ambiance retombe un peu pour Sorry puis intervient le premier des nombreux solos qui émailleront le show, exécuté par le guitariste rythmique du groupe Richard Fortus, donnant l’occasion au chanteur d’entamer son marathon stylistique à grand renfort de changement s régulier de chemise, chapeau, bandeau…

Image de Guns N’ Roses à Amneville Le public, légèrement passif en ce début de show, se réveillera réellement sur les premières notes de la reprise Live and Let Die. L’enchaînement de This I Love, Shackler’s RevengeStreet of Dreams entrecoupé d’un Rocket Queen et d’un solo de piano de Dizzy Reed finira d’ancrer l’album Chinese Democracy au cœur de ce concert avant de revenir à des titres plus classiques : You Could Be Mine réveillera à nouveau les quelques esprits endormis pour les replonger dans les années 90 et leur remémorer les images de Terminator 2.

Pas de répits pour la foule, DJ Ashba (le dernier guitariste en date à avoir intégré le groupe), dans une attitude on ne peut plus « slashistique » (chapeau simili haut de forme, tatouages, pantalon moulant, cigarette dans les clés d’une Gibson Les Paul) grimpe sur une enceinte et envoie l’intro de Sweet Child O’ Mine. Suivra une jam-session apaisée sur le thème Another Brick in The Wall permettant aux techniciens de positionner le piano à queue sur le devant de la scène, signe avant-coureur d’un November Rain imminent. Axl ainsi installé derrière son piano participera à la conclusion de cette reprise des Pink Floyd permettant au public (qui ne demandait que ça) de participer à coup de « leave the kids alone ». Un solo de piano du front man plus tard et c’est au tour du désormais très barbu Ron Thal de se livrer au jeu du solo de guitare sur l’air célébrissime de la panthère rose.

Les connaisseurs l’auront remarqué, les titres proposés par Guns N’ Roses en live sont en général interprétés de manière très fidèle par rapport aux versions enregistrées. Depuis l’explosion du groupe et le départ de membres de la première heure, un seul titre échappe fréquemment à cette règle. Lors du concert au Rock in Rio de 2001, Axl annoncera : « We thougt that since this is a new band and this next song is a timeless song, we would move a little closer to the original and do our own version of this song by Bob Dylan ». C’est donc une version de Knocking On Heaven’s Door propre au line-up actuel qui est proposée pour le plus grand bonheur des spectateurs. La fin du set principal approche et le groupe enchaine Better et Nightrain. Ron Thal se précipite sur son appareil photo afin d’immortaliser la foule permettant aux fans présents de se taguer sur sa page Facebook (http://www.facebook.com/album.php?aid=199989&id=6055603084) avant de se retirer pour permettre au public d’en redemander.

Seuls les habitués de Twitter auront éventuellement pu imaginer ce qui allait se produire juste après Madagascar. À un tweet d’un membre du fan-club français des Guns, Axl avait répondu quelques heures avant le concert : « diggin all the French Friday song requests! we’ll have to see what we can moutard up! merci beaucoup ». Ce n’est rien de moins que Whole Lotta Rosie d’AC/DC qui est proposée à un public ébahi à qui il faudra quelques secondes pour réaliser ce qui se produisait sur scène. Axl dans la peau de Brian Johnson (lui-même dans la peau de Bon Scott) et le tout  parfaitement crédible tant vocalement que musicalement, incroyable et inattendu. Le groupe peut enchainer sur le classique Paradise City annonciateur de la fin du spectacle, le public, conscient d’avoir vécu un moment quasi unique*, est prêt à laisser partir le groupe après un show bluffant d’environ 2h30.

* La dernière interprétation de « Whole Lotta Rosie » sur scène remonte à avril 2010 (San Salvador, Rio de Janeiro)

Line-up :
Axl Rose : Chant, Piano
DJ Ashba : Guitare
Ron “Bumblefoot” Thal : Guitare
Richard Fortus : Guitare rythmique
Tommy Stinson : Basse
Chris Pittman : Claviers
Dizzy Reed : Claviers, Piano
Franck Ferrer : Batterie

SetList : http://www.setlist.fm/setlist/guns-n-roses/2010/le-galaxie-amneville-france-3bd5e4a4.html

Crédits photo : Joaquim

Partager !

En savoir +

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Lundi 13 septembre 2010
    gahinet arnaud a écrit :

    franchement tres belles photos joaquim, c’est ton nouveau metier, reporter, ou tu fais ca dans tes loisirs ?

Réagissez à cet article