Gratuit vs. Payant – le cas du Monde.fr

par |
Dans le cadre de son dossier « Gratuit vs. Payant : quel modèle économique pour la presse en ligne ? », Discordance a interviewé des professionnels de l’information en ligne sur leurs points de vue quant aux modèles économiques qui se profilent. Cette semaine, rencontre avec Joachim Mizigar, responsable de la communication au Monde Interactif, qui gère le site le Monde.fr.

Le Monde a annoncé le 29 mars dernier que son site allait progressivement passer au tout-payant pour les articles du journal. Pouvez-vous nous en dire plus sur le modèle choisi ?

Le Monde.fr est un site qui existe depuis 1995. En avril 2002, on a opté pour un modèle mixte, c’est-à-dire le cumul d’une zone gratuite et d’une zone payante. On propose gratuitement le suivi de l’actualité en continu. Et on propose via un abonnement des contenus et services à fortes valeurs ajoutées, des contenus qu’on ne trouve pas gratuitement ailleurs. Internet est le média de la gratuité. On trouve l’actualité immédiate en accès libre sur énormément de sites, donc on continue à la proposer aussi. Jusqu’à présent, les articles du Monde papier étaient aussi accessibles gratuitement sur le Monde.fr s’ils avaient un rapport avec l’actualité immédiate. À l’heure où je vous parle, les seuls articles payants concernent la rubrique « contre-enquête » [nouvelle rubrique du Monde, lancée le 29 mars dernier NDLR]. Progressivement, la majorité des articles du journal vont devenir payants, sur un calendrier qui va s’étaler jusqu’en septembre.

Est-ce que la décision du Monde a été influencée par l’appel de Rupert Murdoch de 2009, qui veut mettre fin à la gratuité des sites d’information sur internet ?

Image de Le site du Monde Pas du tout, on ne fait que continuer sur la voie initiée en 2002, avec le lancement d’un modèle mixte. Murdoch, lui, veut tout rendre payant, même l’actualité immédiate. Nous, nous continuons à dire qu’on ne peut pas faire payer l’actualité immédiate qu’on trouve partout, parce que les internautes ne sont pas prêts à payer pour de l’actualité qu’ils peuvent trouver gratuitement ailleurs.

Quelles sont les différentes sources de revenus du site ?

En premier lieu, il y a la publicité. Elle représente environ 60 % de nos revenus. Notre modèle mixte se base sur un modèle que l’on appelle « en entonnoir ». L’actualité immédiate gratuite nous permet d’attirer un nombre très important d’internautes. 30 % de nos ressources proviennent de l’édition « abonné ». Deux formules d’abonnement sont proposées : l’une à 6 euros par mois et l’autre à 15 euros par mois. Les 10 % restant, c’est ce qu’on appelle le BtoB [Business to Business, NDLR] à savoir la vente de contenus aux entreprises et aux administrations.

De combien d’abonnés avez-vous besoin pour atteindre la stabilité économique?

Nous avons atteint l’équilibre financier en 2004 et nous sommes devenus rentables dès 2005. Maintenant c’est que du bonus. Aujourd’hui, on a 100 000 à 100 005 abonnés au monde.fr. 60 000 d’entre eux sont des abonnés papier qui ont accès au site. Les 40000 restants sont des abonnés qui payent 6 ou 15 euros par mois.

Quelle part prend le site dans le modèle économique du journal ?

Contrairement à d’autres sites d’information ou à d’autres groupes de presse, nous sommes organisés en filiale. Le Monde.fr est édité par le Monde Interactif qui est une filiale du Monde. En clair, on est complètement indépendant du journal. On a deux actionnaires : le Monde à hauteur de 66 % et le groupe Lagardère à 34 %. Notre mission consiste à développer les activités numériques du groupe Le Monde. Certes, on s’appuie sur la marque et la notoriété du journal, mais on n’hésite pas à développer notre propre offre de contenus comme, par exemple, toute la partie webdocumentaire, productions spécifiques au web, créées par la rédaction du Monde.fr.

Dans le cadre du développement des produits, vous avez également choisi d’utiliser les applications Smartphone et iPad. Pensez-vous que ces nouveaux terminaux peuvent sauver la presse ?

Image de La version iPhone du Monde Ce n’est pas nous qui pouvons répondre. Nous, on a surtout l’expérience de l’iPhone. Il a été mis en place en France au printemps 2008. Nous avons lancé l’application en novembre 2008. Elle a été téléchargée plus d’1,5 million de fois. On doit avoir un utilisateur d’iPhone sur deux qui l’a téléchargé. Par conséquent, cela a permis d’élargir notre audience. Si le but du Monde est d’offrir la meilleure information qui soit au plus large public possible, et dans le plus d’endroits possible, les terminaux mobiles sont une solution.

Comment est-ce que vous voyez la presse du futur?

À chaque fois qu’un nouveau média est apparu, on s’est aperçu que les médias qui existaient avant avaient trouvé leurs places. Il y a juste une redistribution des cartes et on est un peu dans cette période là avec le web. Quand la télé est apparue, la radio a eu très peur de disparaître. Mais ça n’est pas arrivé. C’est à chaque média de trouver sa place. J’ai l’impression que la presse papier, en tout cas la presse généraliste, se tourne de plus en plus vers l’approfondissement, vers l’analyse. Il semble que c’est ce que souhaite faire le Monde. Quant au Monde.fr, il est de plus en plus dans l’actualité immédiate.

Partager !

En savoir +

Le site du Monde : http://www.lemonde.fr

A propos de l'auteur

Image de : Fanny adore passer des soirées dans les salles obscures ou dans les salles de concert, mais elle préfère parler de trucs un peu moins glamours : les médias et la politique. Assister à une séance de l’assemblée nationale, une conférence sur l’opinion publique ou un débat entre deux responsables politiques ne lui fait pas peur. Elle adore ça. Elle est même devenue parisienne pour avoir l’occasion de le faire plus souvent. Mais, elle n’oublie pas d’où elle vient et soutient avec véhémence son groupe grenoblois préféré : The Melting Snow Quartet ( http://www.themeltingsnowquartet.com ).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article