Granville – Les Voiles

par |
La pop française d'aujourd'hui et vous, c'est loin d'être une grande histoire d’amour ? Vous préférez l'époque du Grand Serge ? Vous êtes persuadés que les anglophones auront toujours deux, voire trois, longueurs d'avance ? Ces jeunes Normands qui font revivre avec classe les grandes heures de gloire du yéyé, devraient vous faire changer d'avis radicalement.

Granville

« Tout oublier, laisser le vent souffler, Et prendre la mer pour …. Tout recommencer à Jersey».

Si vous avez déjà entendu parler de ce groupe, votre rencontre avec eux a certainement dû se faire avec Jersey.

« J’aimerai, j’aimerai prendre la mer vers … Mon Hawaï à moi, mon Hawaï à moi»

Ces notes commencèrent à trotter dans votre tête dès la première écoute tout comme cette irrésistible envie d’évasion accompagnée d’un ohrwurm redoutable. On a beau ne rien savoir de cette île anglaise, nous aussi on voulait tout recommencer à Jersey subitement, même si on avait la Côte d’Azur à portée de main. Quelques mois plus tard, Granville faisait un passage remarqué à Rock en Seine où, malgré une chanteuse assez nonchalante marmonnant dans son micro – ce qui ne lui enlevait cependant rien de son charme -, furent dévoilés des morceaux fraîchement enregistrés qui prouvèrent que la qualité de leurs premières chansons ne devait rien au hasard.

Ces jeunes Normands, qui ont visiblement passé une partie de leur adolescence dans un twist endiablé, ont un réel talent. Pendant que des groupes comme La Femme ressuscitent la new wave à grand renfort de surf rock et de post punk, où que d’autres à l’instar d’Aline offrent de la pop sucrée à tours de bras, Granville réussit à assimiler parfaitement l’héritage du meilleur de la pop française des années 60-70 et de la surf music américaine.

J’en vois déjà se lever et s’écrier : « Encore un groupe qui profite de la vague rétro ?!« . Qu’ils se rasseyent, car comme eux Granville a dû grandir avec Gainsbourg, Françoise Hardy, France Gall mais aussi Nancy Sinatra et Lee Hazlewood passant en boucle. Cela se ressent forcément dans leur musique, mais la réelle force de ce disque réside avant tout dans une capacité de synthèse pleinement maitrisée et qui permet au groupe de tracer son propre chemin. Il se dégage ainsi de la masse opportuniste et réussit à surfer sur les plus hautes vagues de ce courant nostalgique qui déferle actuellement sur la musique francophone.

Avec le chant chaloupé de Mélissa comme marqueur fort d’une identité parfaitement affirmée, Les Voiles est une véritable succession de petites perles aux textes nostalgiques, empreintes de naïveté où s’invitent les rêves, les espoirs, la retenue et le très délicat passage à l’âge adulte. Même s’il manque un peu de liant, la palette de couleurs de ce premier essai est assez large : de jolis titres propices au rêve éveillé plus ou moins heureux (Les Voiles, Polaroid, Crèvecœur et l’indispensable Jersey), des chansons pop/rock au fort potentiel de twist (Macadam- une tuerie-, La Robe Rouge, Les Corps Perdus, Jeans Troués) ainsi que les quelques slows (Nancy Sinatra, Adolescent, Tic Boum) inévitables qui devraient faire fureur lors de votre prochaine boom.

Avec des arrangements soignés et des mélodies imparables, Granville réalise ainsi ce tour de force de faire du neuf avec des sonorités rétro et cela de façon parfaitement naturelle. On pense à Beach House et Cults et on ne peut que se féliciter d’entendre cela avec des textes en français…

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Passionné de musiques électroniques et synthétiques, il est toujours en quête perpétuelle de sons et de vagues de boucles synthétiques qui l'accompagnera de longues heures. Grand rêveur originaire des Bouches du Rhône (13) voguant à présent dans les îles de France, il cherche à partager ses coups de coeur par tous les moyens possibles.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Isatagada
    le Samedi 26 janvier 2013
    Isatagada a écrit :

    All right ! J’adore :-)

Réagissez à cet article