Grace Jones – Hurricane

par Domino|
Il y a des retours gagnants. D’autres moins. A l’heure où un certain Monsieur Page court après sa gloire passée (quitte à saborder sa propre légende), un autre Monsieur Cornell migre vers des terres musicales plus que douteuses (passer du grunge au r’n’b, ça choque), certains, certaines en fait, s’offrent un retour en grâce. Heureuse coïncidence pour Madame Jones, cet album étant une pure merveille. Ça c’est dit.

hurricanefront Hurricane vient donc combler les fans de la chanteuse, suite à près de vingt ans de silence discographique… Oui, on pourrait presque dire que ça en fait l’ Axl Rose du trip-hop, hip-hop féministe, de la cold-wave, dub, reggae, et même du rock sépulcral. Oui un peu tout ça à la fois, parce que Hurricane est un puissant nid d’ambiances et d’influences magnifiquement orchestrées dans un album prestigieux.

C’est neuf pistes… Neuf pistes au bout de vingt ans ? Et alors ? Parce que bon, ça commence fort quand même avec l’entraînant This is . On est dedans d’entrée. Le rythme s’immisce dans la tête pendant trois minutes, nous laisse une légère pause puis repart de plus belle. Chapeau bas. Belle entrée, on s’incline. S’ensuit William’s Blood, morceau soul magnifique tout droit sorti d’une B.O des années 70 avec ses choeurs et tout le tintouin. C’est plaisant tout ça, très plaisant. Arrive alors la perle de l’album, le mystique, sombre, puissant Corporate Cannibal . Solo bruitiste, refrain imparable, et une armée de sons électro incroyables pour un morceau d’une force sans nom. Conseil : fermez les yeux, laissez-vous emporter. On n’est pas sûr d’en sortir indemne.

Trois premiers morceaux sans faute de goût, sans erreur. C’est louche, on se dit que ça va foirer à un moment. Eh bien… Même pas. Grace Jones continue son chemin en nous offrant une ribambelle d’ambiances variées, du reggae ( Well, Well, Well ), toujours de la soul ( Love You To Life ), des moments plus posés, à fleur de peau ( I’m Crying (Mother’s Tears) ), des passages trip-hop hypnotiques et quasi-mystiques (la chanson-titre Hurricane ).

C’est bon, très bon, sans accroc. Comment fait-elle ? Production parfaite, impeccable, et elle se permet d’enfoncer le clou en fin d’album avec Devil In My Life, débutant d’une manière assez scabreuse pour opérer un détournement qui mènera vers l’apothéose finale du morceau.

Cet album frappe, violente, secoue comme un ouragan. Le retour n’est pas juste gagnant, il est parfait, mettant une claque au passage à beaucoup de productions actuelles se voulant similaires. Ambiances travaillées, production soignée, compositions léchées, chant habité, Grace Jones aligne les bons points pour son retour. N’attendez pas vingt ans de plus pour la découvrir, jetez-vous sur cet album. Prenez d’assaut votre disquaire favori, mais faites quelque chose, faites-vous une faveur : achetez Hurricane .

Partager !

En savoir +

Grace Jones, Hurricanes, 9 titres, Pias

2 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    Stedim
    le Lundi 16 mars 2009
    Stedim a écrit :

    Ah on est bien d’accord sur la qualité de ce retour de Grace Jones et je n’aurais pas réussi à aussi bien le dire ! Gracias ! ;)

  2. 2
    le Dimanche 22 mars 2009
    Axel a écrit :

    Cet album est en effet géant. J’ai aussi eu l’occasion de la voir sur scène à Bruxelles ce 16 mars. Un seul mot : waouwwww!!! Je confirme qu’il s’agit d’un come back fort bien réussi. Espérons la voir dans un prochain film car elle est très bonne actrice aussi.

Réagissez à cet article