Goon Moon – Licker’s last leg

par |
Bon nombre des aficionados de la scène rock contemporaine hocheraient la tête d'un air entendu si on prononçait devant eux les noms de Chris Goss - producteur des Queens of the Stone Age et leader des Masters of Reality - et de Jeordie White, peut être encore plus connu sous le pseudonyme de Twiggy Ramirez avec lequel il a intégré le clan du non moins célèbre Marilyn Manson .

512qqulhjil-_ss400_En dépit de la notoriété respective des deux comparses, très peu nombreux sont ceux qui savent qu’ils se sont réunis, depuis l’année 2005, au sein d’un side project aussi étonnant que déjanté : Goon Moon .

Avec la contribution de Zach Hill  à la batterie, les deux trublions enregistrent I’ve got a brand new egg laying machine, leur premier EP. Le disque est pour le moins déroutant, les morceaux se suivent et ne se ressemblent pas, leur seul point commun étant leur côté expérimental.

Plus tard, dans une interview, Jeordie White déclarera que la logique interne à Goon Moon  consiste justement en une absence totale de logique, chacun des membres étant libre d’y apporter et d’y ajouter sa contribution selon sa simple volonté.

C’est Licker’s Last Leg, le premier véritable album du groupe, sorti en 2007, qui permettra de répondre à la grande question au sujet de Goon Moon : faut-il s’attendre au pire ou au meilleur lorsque carte blanche est laissée à deux personnalités aussi déjantées que celles de Chris Goss et de Jeordie White ?

Licker’s Last Leg, auquel aura contribué, entre autres Josh Homme, leader des Queens of the Stone Age, se présente comme une véritable énigme pour l’auditeur, habitué généralement à écouter un type de musique bien précise et clairement identifiable au sein d’un même album, et, plus encore, au sein d’un même morceau.
Une impressionnante diversité d’influences musicales est présente non seulement au travers de l’album, mais également au travers d’une seule et même piste.

The Golden Ball, morceau particulièrement déroutant, est ainsi composé de 8 fragments qui n’ont absolument rien à voir les uns avec les autres, mais dont la conjonction semble parfaitement évidente à l’écoute.
On sent dans certains titres comme Feel like this les influences très rock des membres du groupe, qui donnent aussi parfois dans l’indie, le folk, et, immanquablement, dans le psychédélique.

Les paroles valent elles aussi le détour.

À titre d’exemple, le morceau Apple Pie, qui ouvre l’album, se présente comme un cantique, composé de préceptes de vie délicieusement absurdes :

 » Hear the sparrow, sing the song

See the clouds, the setting sun

Feel the breeze blow through your hair

Dream of me and I’ll be there

Count the sheep above your head

The end is near we are the dead

Smell the lillies, drink the wine

Drape the bodies with the lime  »

Si le public américain a été suffisamment conquis par Goon Moon pour que ces derniers le gratifient de prestations scéniques, le groupe, qui a désormais quatre ans d’existence ne bénéficie de quasiment aucune notoriété en France.

Les adeptes peuvent tout de même se tenir au courant de l’actualité du groupe grâce à sa page MySpace régulièrement mise à jour et aux vidéos délirantes tournées et mises en ligne par Jeordie White himself.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Enfermée à l’extérieur sur le balcon de la Tour Sombre, Alex trouve parfois le courage de s’arracher à l’emprise du Crimson King. Elle ajuste alors sa longue vue et observe d’un air narquois le spectacle du rock, du cinéma et de la littérature qui déclinent. Il lui arrive quelquefois d’être agréablement surprise, mais c’est rare tant elle est consubstantiellement cynique. Son premier roman, Unplugged, est paru en 2009, puis un second en 2010, intitulé Omega et les animaux mécaniques, inspiré par l'album Mechanical Animals de Marilyn Manson.

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Mercredi 25 mars 2009
    Dexter a écrit :

    Allo, le SAV du webzine ?

    Vous feriez de moi un serial killer tout-à-fait heureux si vous vous intéressiez à la délicieuse voix de Madeleine Peyroux. N’y entendez-vous pas, comme moi, certains accents de Billie Holiday ? (soupir amoureux)

    http://www.myspace.com/officialmadeleinepeyroux

Réagissez à cet article