Gogol Bordello – Super Taranta

par |
Duo avec Madonna au live Earth et entrée fracassante dans les charts US, voici un groupe pour lequel les choses ont l'air de bien tourner ces derniers temps. Et le pire c'est que c'est largement mérité...

gogol-2Après les Dresden Dolls et leur cabaret punk, c’est au tour de Gogol Bordello et de son auto-proclamé gipsy-punk de se revendiquer d’inspiration brechtienne. Sur la forme pas grand chose en commun entre les deux groupes si ce n’est la théâtralité et l’énergie de leurs prestations respectives. Là où le duo de Boston mise sur une certaine sobriété instrumentale (piano/batterie), la joyeuse troupe issue du lower east side de New York se place quant à elle dans un registre de big band électrique et déjanté.

Les similitudes sont plus à rechercher dans la démarche artistique et l’état d’esprit revendiqué. Un mélange de musique, de satire, d’irrévérence, de douce folie et d’excentricité couplé à une distanciation et à un regard critique, voir acerbe, sur les travers d’une société rigide et sclérosée. Formé en 1999, Gogol Bordello compte une majorité d’immigrants européens en son sein (Russie, Ukraine, Israel) mais aussi un éthiopien et même un américain. Des sonorités clairement tziganes (accordéon, fiddle, violon), quelques machines et des grosses guitares bien punk. Le cocktail est assez imparable et même si cela n’a pas beaucoup évolué depuis les débuts de la formation, ce cinquième album nous renvoie un groupe au sommet de son art…

Les mélodies s’entrechoquent, les instruments se mélangent, les violons deviennent tour à tour frénétiques ou nostalgiques. Emmené par le charismatique et moustachu Eugene Hütz, les neufs musiciens s’en donnent à coeur joie. Mais ne voir en Gogol Bordello qu’une bande d’amuseurs de stade serait terriblement réducteur. Mauvais anglais et accent forcé, Hütz est arrivé à créer ce personnage irrésistible de rock star déjantée chantant des textes drôles et engagés avec une fausse naïveté tout à fait réjouissante le tout accompagné de performances vocales très impressionnantes. Une sorte de Borat en beaucoup moins con en quelque sorte..

Un album aussi drôle et intelligent qu’un film de Kusturica qui vous plongera directement à l’épicentre du grand théâtre de la vie avec ses joies, ses peines, ses moments de grâce et ses absurdités. Des thêmes repris d’un morceau à l’autre et quelques petites bombes sonores qui vous trotteront longtemps dans la tête ( My Strange Uncles From Abroad, American Wedding, Wonderlust King ). Super Taranta est une petite perle d’humour, de sagesse et de vitalité…

Et au risque de finir cette chronique par l’une des phrases les plus stéréotypées qui puisse être écrite, Gogol Bordello est avant tout un groupe à découvrir en live pour se prendre une bonne grosse décharge de rock’n roll circus tzigane que vous ne serez pas prêt d’oublier…

En savoir +

Site officiel: www.gogolbordello.com

Myspace: www.myspace.com/gogolbordello

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Fondateur de Discordance.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article