France 4 diffame le blogueur de Presse-citron

par |
L'image du blogueur Éric Dupin a été utilisée sans son autorisation dans un reportage de l'émission Questions de génération. Propos : décrier les journalistes qui « se mettent au service du pouvoir politique ou économique ». Or Éric Dupin n'est ni journaliste, ni titulaire de la carte de presse et n'évolue pas dans la sphère politique.

carte-presse_bidon-2La chaîne France 4 a diffusé le 16 décembre dernier un numéro de son émission mensuelle, Le concept de ce programme est de faire dialoguer des jeunes de 18 à 22 ans et des personnalités publiques autour de thèmes d’actualité. Cette fois, le premier sujet est le sempiternel Peut-on encore croire les journalistes? Avant de faire dialoguer Audrey Pulvar, journaliste à  I-télé, avec les spectateurs, un reportage est diffusé pour « poser les termes du débat ».

Durant la vidéo, un montage montre Nicolas Sarkozy mettant une carte de presse dans sa poche, ce afin d’illustrer le « dernier phénomène en date plutôt troublant, le nombre de journalistes qui passent de l’autre côté du miroir et se mettent au service du pouvoir politique ou économique ». Outre le fait que ce ne soit pas du tout « le dernier phénomène en date », le reportage a utilisé une carte de presse « bidon » – c’est écrit dessus. On peut y voir très distinctement un nom et une photo, en l’occurrence, celle d’ Éric Dupin, qui tient le très populaire blog Presse-citron . Et effectivement, Éric Dupin n’est pas journaliste, il n’a pas non plus sa carte de presse et il n’aborde pas de sujet directement politique dans son travail. Néanmoins, c’est une personnalité publique qui évolue dans la sphère de l’information et du blog - Presse-citron  est le blog le plus visité de la catégorie high-tech selon Wikio . À ce titre, cette affaire pourrait le mettre en difficultés dans l’exercice libre de son travail.

Un manque cruel de professionnalisme

L’image est en réalité un montage fait par le blogueur Mr Boo pour illustrer un de ses articles datés du 17 juin 2008 et intitulé Éric va-t-il bientôt pouvoir demander sa carte de presse? France 4 n’a pas noté les crédits du montage et n’a pas sollicité d’autorisation à Éric Dupin pour utiliser son image et son nom. Ce dernier a été informé de son « passage «à la télévision par ses lecteurs. Il a ensuite réagi sur son blog dans un article intitulé Les petits montages foireux de France 4

Plusieurs pistes peuvent expliquer l’utilisation de cette image – sans l’excuser toutefois. Cette dernière apparaît ainsi en première page de Google images lorsque l’on tape « carte de presse ». En outre, elle présente une définition supérieure à la plupart des autres résultats. Enfin, Éric Dupin est également le nom d’un journaliste professionnel, qui a collaboré notamment au Figaro, à Marianne, au Monde et aux Échos . Pour autant, toutes ces raisons ne sauraient cacher le manque cruel de professionnalisme de cet épisode. Ce laisser-aller illustre finalement bien mieux le sujet Peut-on encore croire les journalistes? que le reste du reportage.

Depuis, France 4 a publié un message d’excuse sur le site de  Question de Génération, mais contrairement aux demandes d’ Eric Dupin n’a pas supprimé l’animation mise en cause, ni fait procéder à une rectification dans le numéro suivant de l’émission. Pour Éric Dupin, la polémique est considérée comme close.

Crédits photo : mrboo – François de Rochebouët

Partager !

En savoir +

Le blog Presse-citron : http://www.presse-citron.net
Le site de Questions de génération : http://www.france4.fr/questions-de-generation/

A propos de l'auteur

Image de : Yves Tradoff s'intéresse à beaucoup de choses : http://yvestradoff.over-blog.com (work in progress)

1 commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 26 décembre 2009
    Anonyme a écrit :

    Je ne sais pas si c’était volontaire(à mon avis c’est surtout une boulette) mais en tout cas ça donne l’impression qu’au bout d’un moment les journalistes ne respectent plus les bons vieux principes de vérification des contenus, d’utilisation de l’image; au profit d’un travail plus rapide.
    Ici, ça n’a pas non plus l’air dramatique, mais je me dit que les mecs travaillent à France Télévision quand même!

Réagissez à cet article