Four Year Strong | Nouveau Casino | 04.02.2012

par Mama|
Après m'être fait appelé maints et maint fois madame malgré mon jeune âge, il était temps pour moi de prendre le taureau par les cornes... Non pas de crème Q10 ou de botox (j'attendrai mes 25ans pour cela) mais plutôt un bon concert de rock à tendance hardcore pour retrouver mon âme d'adolescente délaissée il y a peu.

Image de Four Year Strong Même si les jeunes ont troqué le baggy pour le slim et le sweat Goeland pour une chemise bûcheron, l’esprit reste le même. On cri, on jump, et on a peur que notre vraie-fausse carte d’identité ne nous laisse pas accéder au Saint Graal qu’est la pinte.

Le premier groupe à jouer est Mary Has a Gun, formation française chantant en franglais. L’énergie est là, le public se chauffe doucement, mais les paroles sont parfois douteuses : n’est pas Kyo qui veut.

C’est ensuite au tour de A Loss For Words, le groupe américain soulève enfin la salle qui s’est petit à petit remplie. Comme à la bonne époque où notre mère nous engueulait quand on sortait faire du skate, les paroles sont à base de bière, sexe et soirées entre potes. Les circle pits se forment, le chanteur réussit à convaincre les derniers réfractaires grâce à une super reprise des Jackson Five I want you back. Le chanteur n’ayant pas perdu son énergie, à peine sorti de scène il échangera quelques mots avec les fans venus le saluer.

Ce soir, les set s’enchaînent aussi vite qu’un pack de Despé en soirée post-brevet.

C’est seulement après vingt minutes que Four Year Strong arrive sur scène, soudainement j’ai quinze ans. Nos barbus préférés du Massachusetts entament leur set avec comme mise en bouche « What the hell is a Gigawatt? » Le public est en transe, je ne m’amuserai pas à compter le nombre de personnes qui, dès la première note, sont montées sur scène afin de pousser la chansonnette avant de se jeter dans la fosse. Pour calmer le jeu et canaliser cette énergie dont tout le monde aura bien besoin plus tard, le groupe nous offre un magnifique « Stuck in the middle« . La chanson « Catastrophe »  me rallie totalement à la cause Four Year Strong, je lâche le bar et me mêle à ceux qui, plus tôt, m’appelaient madame. Le set continu avec cette même énergie, on ne voit pas le temps passer, on rit quand un jeune, sur tout un couplet, va remplacer au chant le guitariste hilare. Arrive mon coup de coeur, LA chanson de Four Year Strong selon moi, Drive et aux vues des réactions du public je ne suis pas la seule qui attendait avec impatience ce morceau. Le groupe nous achève avec leur It must really suck to be Four Year Strong right now.

Il est seulement 22h quand le groupe quitte la scène, l’heure du couvre feu de la plupart des gens dans la salle n’a pas encore sonnée et le groupe l’a bien compris puisque, seulement après deux minutes, ils reviennent pour nous offrir deux autres chansons, One step at a time pour l’émotion et Wasting time pour ,comme le dit le groupe, « nos best fucking friends« .

Je sors, certes, heureuse de ce concert mais mes courbatures et les discutions sur le prochain sujet de géo entendus sur le quai du métro me rappellent que je ne suis pas si jeune que ça. Je vais peut être avancer mes rendez-vous botox…

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article