Fordamage – Belgian Tango

par |
Tango belge ? Sur la noise furibarde des Nantais de Fordamage ? Si tu veux, mais avec ce deuxième effort, tu peux être assuré de finir cette danse droit dans le mur.

1547_copieCar le quatuor breton ne lésine pas sur la puissance. Premier détail qui met en jambes, la basse ne se fait pas attendre, et poutre de façon assez sauvage dès les premières secondes. C’est elle qui guide les pas, qui rythme la cadence, robuste et autoritaire. Un vrai pilier. Par-dessus se loge le couple de six cordes, démultipliant l’intensité des passages les plus puissants, lorsque ça charcle sévèrement, pour mieux brouiller les pistes quand celles-ci tricotent des accords tordus, mathématiques et dissonants.

Structures alambiquées, Fordamage aime glisser des petits pièges, contre-pieds et autres plans à tiroirs, toujours sous pression, préparant avec minutie le prochain obus qui viendra te péter dans l’estomac. Ça taille vif, c’est rapide, les changements de parties sont fréquents, attention de ne pas perdre à la mesure. Les six premiers morceaux sont terriblement efficaces, absolument écrasants, tendus comme jamais. La suite est de très bonne facture, mais moins intense, moins prenant que cette première superbe salve, se hissant facilement au niveau des influences du quatuor, surtout piochée dans ce que la noise 90′s avait de meilleur, mais aussi avec des écarts rendant la mixture nantaise très personnelle.

Le tout joué avec une hargne et une envie qui s’entendent. Fordamage joue la musique qui lui plaît, et le fait avec une application meurtrière. Un seul petit reproche, les voix (c’est tout le groupe qui s’y met) lorsqu’elles ne sont pas sorties du fond des tripes, peinent à convaincre, trop tendres. Pas grave, Fordamage vient de passer au niveau supérieur, et ce rude Belgian Tango s’impose comme un putain d’album de noise . Chapeau bas !

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : (a + b)² = a² + 2ab + b²

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article