FM BELFAST — Clap your hands and say YéYé !

par |
Tirés à quatre épingles, les yéyés de FM Belfast sont de passage à Paris pour une unique date au Nouveau Casino. Uniforme de rigueur, entre lunettes vintage, bretelles assorties et nœuds papillon il fallait choisir son camp.

Après un premier album How To Make Friends (2008) et deux singles sortis sur le label World Champion Records, FM Belfast précède en première partie de soirée le groupe d’électro pop nantais Minitel Rose. Malgré tout, le combo islandais s’est largement imposé grâce à ses rythmes et loops convulsifs, violents et dansants. Accompagné d’un percussionniste pour l’occasion, le combo prit place avec un avantage numérique majeur.

Sous les cris exigus des fans, les lumières se tamisent et seuls de perceptibles sons semblent s’extirper d’un Mac immaculé. Les trois chanteurs aux noms quasi imprononçables (Lóa Hlín, Árni Rúnar et Árni Vilhjálmsson, NDLR) se sont ainsi accordés sur un motto favori commun : « Fuck You !». Majeur en l’air, ils lancent amicalement leur reprise, cachée sous le nom de Lotus, de Killing In The Name Of de Rage Against The Machine. Face à un public docile à souhait et en quête perpétuelle de changement, le chanteur Árni Rúnar requiert un « Get down » général. Mouvement en vogue et on ne peut plus rock, il est devenu le moment incontournable de tous les bons concerts électros parisiens. La foule s’exécute ainsi avant de sautiller de nouveau sur leur reprise de Pump Up The Jam.

Disposant d’un atout majeur, leur percussionniste additionnel peu subtil, mais étonnamment polyvalent, est le digne héritier de Keith Flint (chanteur, danseur de The Prodigy, NDLR) et ses danses extravagantes. À la limite de la bizarrerie, la foule se laisse distraire puis charmer par ses déambulements sans complexe et, par contamination, commence elle aussi à se trémousser dans tous les sens. Le groupe enchaine ensuite avec ses morceaux les plus lancinants et entêtants Synthia et Tropical, dont les sons excentriques ne sont pas sans rappeler les années cultes de la dance made in 90‘s. Esprits et jambes en transe s’allient dès lors dans un mouvement compulsif pour secouer les âmes fébriles de l’audience parisienne. Sous les coups de 21 h, l’heure n’est plus à la « sex tape » mais à la VHS. En effet, tout aussi puissant et sensuel, les beats délicieusement langoureux de ce titre donnent à eux seuls l’envie irrépressible de jouer sans autre option possible. Les corps s’entrechoquent, l’humeur est badine et la température assez haute pour réveiller les derniers réfractaires.

« Un dernier morceau et puis s’en vont » se transforme subitement en « un dernier morceau juste en caleçon » avec une interprétation atypique de leur titre Underwear. Stripteases impromptus et inopinés, c’est en short flashy que les cinq membres présents quittent la scène. Euphorie générale due au manque incontestable, la foule perd haleine et se met à scander joyeusement l’air de Par Avion. Pour une fois elle ne s’y trompe pas. Le Rappel est immédiat et la dose d’électro se veut plus vive et intense. Comblée, la foule découvre enfin le titre Par Avion en live. Décadence générale, trêve de plaisanterie, la timidité est rancardée et toutes les barrières explosent. Le show touche à sa fin, et c’est sur de multiples impros que le groupe cède sa place.

Entre déhanchements pop comiques et voix cosmiques, l’Islande serait-elle devenue une source inépuisable d’étrangeté extraordinaire musicale ? Connu pour sa sublime chanteuse mystique et mythique Björk, il semblerait qu’une nouvelle troupe d’élite se soit établie sous les traits de ce quatuor de choc. Vérité absolue ou simple hypothèse diagnostique, FM Belfast ranime la jovialité, dévie le sens commun et déjante nos corps pour le bonheur de tout un chacun.

Crédits photo : Phil Abdou

Partager !

En savoir +

A propos de l'auteur

Image de : Mes passions ont toujours été dévorantes et poussées à leur paroxysme. Les mots sont un exutoire idéal et mon admiration est totale envers des écrivains tels que Robert Heinlein, Hubert Selby Jr., Bret Easton Ellis, Franz Kafka ou encore Albert Camus. http://www.tasteyourmusic.wordpress.com

7 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Samedi 31 juillet 2010
    Julia a écrit :

    Aah, le tropicalisme islandais :)

  2. 2
    VIOLHAINE
    le Mardi 3 août 2010
    VIOLHAINE a écrit :

    « l’Islande serait-elle devenue une source inépuisable d’étrangeté extraordinaire musicale ? Connu pour sa sublime chanteuse mystique et mythique Björk, il semblerait qu’une nouvelle troupe d’élite se soit établie sous les traits de ce quatuor de choc. »

    1° Ça n’est vraiment pas nouveau, que l’Islande regorge de groupes originaux et talentueux.
    2° Björk a certes été précurseur en la matière mais POURQUOI toujours glisser son prénom dans un article dédié à un groupe islandais ? Nom de Zeus. >_<

    Mis à part ça, FM Belfast est juste un groupe génial et plein d'énergie, et le concert devait être super ! :o )

  3. 3
    Cindy Rocher
    le Mardi 3 août 2010
    CR a écrit :

    Pourquoi citer Bjork dans un article ? précisément dans cet article ?

    1/ En dehors du fait qu’elle soit islandaise, musicalement parlant c’est pour moi l’un des plus grands génies qui existe au monde. En dehors du fait d’avoir la maturité de sortir son propre album à l’âge de 11 ans, la musique est transcendée, détournée et réinventée dès qu’elle passe entre ses mains. La pop n’a plus jamais été ce qu’elle était grâce à elle. Elle a inspiré toute une génération et, sans compter son étrangeté perpétuelle qui la ferait presque venir d’un autre monde, c’est sans conteste grâce à elle que l’on peut découvrir des groupes comme FM Belfast.

    2/ alors pour répondre à ta question du pourquoi : en voyant FM Belfast en live, en dehors de leurs compositions studios, il devient alors flagrant qu’ils sont de la même lignée que Bjork. Tout dans leur actes et chants me l’ont rappelé. Pour leur tropicalisme (comme dirait julia :) ), leur prestation scénique la puissance exigue de leurs voix et tout un tas d’autres raisons il m’est juste apparu, comme du simple bon sens, qu’ils étaient ses dignes héritiers.

    Voila pour l’explication en espérant que tu comprennes des lors mon choix. J’ai cité ici Bjork mais j’aurais pu citer également les frérots de The Knife tant leur musicalité est proche de FM Belfast.
    Bjork est Islandaise et populaire certes mais etant donné que ceci est un live report, il est normal que je fasse appel à mon ressenti.

    bisous bisous
    Cindy

  4. 4
    VIOLHAINE
    le Mardi 3 août 2010
    VIOLHAINE a écrit :

    Pour moi (aussi) Björk est l’un des plus grands génies qui existent.
    Il est vrai que j’avais oublié de le préciser.

  5. 5
    Cindy Rocher
    le Mardi 3 août 2010
    CR a écrit :

    on a toutes été bercées avec la pop de Bjork <3

  6. 6
    le Mercredi 4 août 2010
    Chris a écrit :

    J’avais fait le même rapprochement entre FM Belfast et Bjork sur scène. Peut-être un peu moins profond pour les foufous de FM Belfast…

  7. 7
    Julia
    le Jeudi 5 août 2010
    Julia a écrit :

    Personnellement je ne vois pas bien les points communs entre Björk et FM Belfast, mais ils ont une telle dégaine qu’on ne peut que les aimer.

Réagissez à cet article