Festival This Is Not A Love Song – Jour 1 | Paloma | Nîmes (22.05.2013)

par |
Nouveau venu dans la petite famille -qui ne fait que grandir- des festivals du sud de la France, le festival This Is Not A Love Song investit la SMAC Paloma en étroite collaboration avec l’association Come On People. A l'affiche, 4 soirées autour d’une programmation axée sur les musiques indépendantes avec à la fois des nouveaux talents, des groupes qui montent ou tout simplement des artistes confirmés.

Egyptian Hip Hop

La première soirée commence avec un groupe qui monte, Egyptian Hip Hop, dont le nom est plutôt trompeur parce qu’ils sont anglais, plus exactement de Manchester. Ils ne sont pas non plus rappeurs comme vous l’aurez remarqué sur la photo, non ici on tape plutôt dans le rock indé avec une grosse poignée de sons synthétiques et rythmiques afro-pop. Un mélange qui nous fera forcément penser à Foals.

Le début était plutôt poussif mais heureusement au bout de quelques morceaux, le tout est devenu plus dansant, psychédélique, tropical mais on n’a pas pu s’empêcher de penser que tout était presque improvisé tellement l’ensemble était anarchique. Combiné à un phrasé saccadé, on aurait presque cru qu’il cherchait ses mots. Même si ce ne fut pas véritablement un problème, il faut bien avouer que nous n’avons pas été très convaincus.

Flou Fantome

Vient le tour de Flou Fantôme dans la petite salle du Club, un duo montpelliérain que nous classerons en toute logique dans la catégorie nouveau talent. Avec leur pop raffinée, ils ont su rapidement nous convaincre à grands renforts de nappes synthétiques sublimes, d’envolées rifftiques shoegaze sur des morceaux instrumentaux, chanté ou susurré. C’est franchement touchant, mélancolique et beau à la fois. Bref, un duo à suivre ! Et on n’hésitera pas à jeter une oreille à leur récent EP prochainement.

Connan Mockasin

Nous l’attendions particulièrement depuis son dernier passage à Marseille en 2011, Connan Mockasin se prépare. Il faut dire que la fois dernière, il nous avait enchanté. Ce néo-zélandais nous invite à une balade psychédélique de 40 minutes qu’il nous dira la plus longue de notre vie. Même s’il est difficile de rentrer dedans rapidement, même en l’ayant déjà vu, le set a donné l’impression de durer 3 fois plus longtemps et pas par ennui, oh non !

Tout est étrange : la voix de Connan, plus proche d’une femme que d’un homme, s’est parée d’envolées psychédéliques proches de l’onirisme et de l’improvisation, cette fois-ci réussie.

De Megumi The Wilkyway Above, It’s Choade My Dear, Faking Jazz Together avec un finish toujours aussi extraordinaire sur Forever Dolphin Love qui dura une bonne dizaine de minute au rythme changeant, l’envoutement a (encore une fois) opéré.

Savages

On ne traîne pas, le groupe de londoniennes Savages a déjà commencé dans le Club. Avec un honnête premier album qui n’invente rien mais qui fait très bien le boulot, à grand renfort d’influences post-punk garage nourri à Siouxie and the Banshees et Joy Division, le tout bien râpeux et acide comme il faut. C’est froid, c’est punk, c’est efficace. La ligne de basse gronde et impose le respect, les guitares saturent et la chanteuse habillée et coiffée à la garçonne fait forte sensation en plus d’être très expressive.

Et quoi de mieux pour finir que Husbands, le tube incontestable joué à toute berzingue, s’est avéré tendu du début à la fin.

The Death Grips

Après s’être bien chauffé dans le Club plein à craquer, c’est l’heure de mourir avec Death Grips (les poignées de la mort en françois). Une claque sonore chargée de beats industriels massifs chauffés à blanc par la rage sortant de la bouche de Stefan Burnett qui n’est vraiment pas là pour rigoler.

Le show visuel épileptique ne fera qu’accentuer l’urgence de cette musique qui fera headbanger les premiers rangs avec entrain. Nous, on a adoré, mais on ne pourra que noter la relative répétitivité au bout de 30 minutes. Forcément après plusieurs torgnoles, on finit par s’habituer à la douleur !

Animal Collective

Minuit approche, l’heure de la tête d’affiche arrive, Animal Collective n’est plus très loin une fois la scène décorée de tentacules colorées sortant du sol. Entre pop, folk, psychédélisme et un gros bordel sonore expérimental, Animal Collective est un groupe qui malgré tout divise. Et dans le public ça se voyait, on avait les sceptiques-curieux et les conquis … bref, rares sont les groupes qui laissent indifférents, et AC est à loger à cette enseigne. Force est de reconnaître que les visuels étaient réussis avec ce décor et les projections qui les complétaient, c’était magnifique.

Cette première soirée a donc réservé son lot de surprises, comme on s’y attendait. Nul doute que les trois prochaines soirées s’annoncent tout aussi agitées. Bien entendu, nous y serons.

Crédits photos : Cédric Oberlin

Animal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveAnimal CollectiveDeath GripsDeath GripsDeath GripsAmbiance Death GripsDeath GripsDeath GripsDeath GripsDeath GripsDeath GripsDeath GripsDeath GripsSavagesSavagesSavagesSavagesSavagesSavagesSavagesSavagesConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinConnan MockasinFlou FantomeFlou FantomeFlou FantomeFlou FantomeEgyptian Hip HopEgyptian Hip HopEgyptian Hip HopEgyptian Hip HopEgyptian Hip HopEgyptian Hip HopSession skate sur le parvis de la PalomaAnimal Collective 2Animal CollectiveThe Death GripsSavagesConnan MockasinFlou FantomeEgyptian Hip Hop

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Passionné de musiques électroniques et synthétiques, il est toujours en quête perpétuelle de sons et de vagues de boucles synthétiques qui l'accompagnera de longues heures. Grand rêveur originaire des Bouches du Rhône (13) voguant à présent dans les îles de France, il cherche à partager ses coups de coeur par tous les moyens possibles.

3 commentaires

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires
  1. 1
    le Vendredi 24 mai 2013
    NaLeXX a écrit :

    Bonsoir,

    J’errais sur le net en quête d’infos sur le TINALS, j’y vais samedi, c’est un peu comme un tour de chauffe, si l’on peut dire..
    Vos photos sont superbes, la qualité (qu’elles soient en N/B ou couleurs) est au top!! Pourriez vous me divulguer (secrètement, si cela doit l’être) le modèle de votre appareil?

    Merci d’avance.

  2. 2
    Cédric
    le Samedi 25 mai 2013
    Cédric a écrit :

    Merci NaLeXX.

    En fait il n’y a aucun secret, j’utilise un simple Canon 600D avec soit un 50mm/F1.8 soit un fisheye 8mm. Pas du matériel de pro donc.

    Tu iras demain ? Tu vas t’éclater, Breeders, la Femme, Jackson et Busy P, etc… j’attends tout ça avec impatience :)

  3. 3
    le Samedi 25 mai 2013
    NaLeXX a écrit :

    Oui gros « line-up » comme on dit,

    J’attends de voir ça avec impatience!! Les premiers jours avaient l’air intéressants, le finish est sensas :) en tout cas merci pour les infos.

    Trés bonne continuation à toi!!

Réagissez à cet article