Festival Marsatac – Jour 1 : Complet, d’entrée !

par |
Voilà, c'est la rentrée. Si beaucoup pleurent déjà la fin de la saison estivale, la chaleur n'a cependant pas quitté la cité phocéenne. Encore 27°, un soleil radieux et surtout un premier jour déjà complet. Fort d'un record d'affluence détenu l'année dernière, la 13e édition du Festival Marsatac frappe ainsi les trois coups.

Si la configuration du site en ce jeudi n’est pas maximale (seulement deux scènes ouvertes sur trois), cette première journée est marquée sous le signe électro/pop alors que les deux prochains jours seront plutôt hip-hop/électro. Toujours situé à la Friche de la Belle de Mai, les anciens entrepôts de la SNCF collent à merveille avec l’ambiance des festivals urbains. Cette année encore, un projet très décalé s’est emparé de la fameuse ruelle qui permet de circuler d’une scène à une autre. Les boules à facettes très déconcertantes ont laissé place à une obscurité pesante balayée par des projecteurs à lumière blanche. Tels des miradors, vos déplacements sont traqués sous des « libertez, égalisez, fraternisez ». Dans la nuit, une voix vous dicte ce que vous devez faire : « Calmez-vous. Battez-vous ». Entre autres.

The Shoes : des débuts en fanfare

Pour ce premier soir, seuls 6 groupes se partagent les scènes alors qu’ils seront plus du double les deux jours suivants. La soirée est avant tout basée sur le principe de la découverte. Si Applause est le tout premier à ouvrir le bal à la Scène Seita, les attentes sont surtout du côté de The Shoes à la Scène du Cabaret Aléatoire. Dans une chaleur étouffante, les nouveaux apprentis sorciers de Reims agitent l’Angleterre depuis 2 ans. L’unique album « Crack My Bones » sorti en début d’année a retourné nos amis british qui ne cessent de vanter les mérites des Shoes.

Le groupe débute en douceur avec Cover Your Eyes, pop mélodieuse amenée par des claviers parsemés. Et d’un coup tout bascule : Cliché par exemple apporte la dose de brutalité que les critiques laissaient prévoir en live. Rythmique effrénée, basse vrombissante, le groupe gagne surtout en puissance par son originalité : en plus d’avoir deux batteurs, les percussions gagnent une place de plus en plus importante au fil des morceaux. Sur Stay The Same, pas le temps de se laisser abattre, puis l’excellent titre Bored prolonge l’extase. Dominance électronique, instru incisive, The Shoes joue propre et maîtrise son set. Des titres plus funk tels que Investigator ne feront que renforcer l’image que tous se sont faits de The Shoes : en live, le groupe gagne une dimension non explorée sur l’album devenant ainsi une machine à faire danser.

The Do : entre le bon… et le moins bon

Difficile de se dire que nous passerons en majeure partie à côté des Concrete Knives. Découverts le mois dernier à Rock en Seine, ils n’ont visiblement pas fait exception à la règle. Leur rock a montré de véritables atouts : énergique, nerveux, sans complexe. Court, mais efficace. En attendant, The Do se prépare. Les quelques places restantes au Cabaret Aléatoire n’ont guère mis de temps à se combler. Nul doute que c’était là l’une des grandes attractions de la soirée.

Le charme d’Olivia Merilahti toujours au beau fixe, l’ambiance feutrée ne tarde pas à se propager dans la salle. Plus obscur, le groupe n’a pas hésité à développer les tendances du dernier album « Both Ways Open Jaws » (2011). Gonna Be Sick ou encore Slippery Slope légèrement boostés font bouger un public assez attentiste qui au final ne s’est pas lâché. Les ballades indie sur Too Insistent et The Bridge is Broken ont fait leurs petits effets, Olivia dégage vraiment quelque chose dans sa gestuelle, sa manière de chanter et surtout dans sa prestance plus que chaleureuse. Lumières et effets ne feront que renforcer ce constat.

Malheureusement plusieurs ombres au tableau auront du mal à être effacées : tout d’abord, l’acoustique. Là où The Do sévit, la salle se doit d’être à la hauteur et la scène du Cabaret Aléatoire n’est pas exempte de tout reproche de ce point de vue là. La configuration festival n’a pas non plus aidé : sur 1 h de concert, The Do n’est jamais arrivé à se lâcher complètement sur « ses » moments qui font tout son charme. Peu de liberté, moins d’improvisation, le groupe s’est forcé à faire un show assez carré qui ne lui ressemble pas.

Africa Hitech : Afro/électro/dub au programme

Si la soirée a essentiellement été pop, Africa Hitech aurait pu très bien figurer parmi la programmation des deux jours suivants. Avec une foule assez peu nombreuse que The Do avait accaparée, le duo anglo-australien a injecté de grosses doses africaines dans son set. Curieux, Africa Hitech a tout d’abord débuté par des beats très dub avant de laisser la part belle à une électro assez expérimentale. N’hésitant pas à se renvoyer l’ascenseur, le combo a progressivement injecté des sons drum’n'bass et mixer des titres de dancehall jamaïcain et de soul. Un mélange épatant qui valait le coup d’oeil.

Friendly Fires pour terminer

Au rayon des découvertes, Friendly Fires fait partie des heureuses surprises. Programmés pour clôturer la soirée, les nouveaux arrivants du prestigieux label XL Recordings ont proposé un rock brut de décoffrage. Avec une étiquette « pop » qu’ils peuvent bien décliner en de multiples variantes, l’originalité du groupe s’est surtout manifestée à travers les influences tropicales du groupe. Une pop ultra rythmée avec une ligne de basse sortie tout droit du monde du funk, des cuivres perçants tels que l’on retrouvait dans les 80′s sont venus mettre tout le monde d’accord. Le rythme imposé a transformé la pop des Anglais en un florilège festif qui n’a pas tardé à insuffler un souffle groovy et jazzy ! Idéal pour terminer la soirée, ce jeudi sous le signe de la découverte aura fait des heureux. Comme quoi, pop et roots peuvent faire bon ménage !

Pour la prochaine étape se ne sont rien de moins que Stupeflip, Chinese Man, X Makeena, Kanka, Xzibit, Brodinski ou Theophilus London qui seront particulièrement attendus. Nul doute que La Friche réponde une nouvelle fois au rendez-vous.

The Shoes (2)The ShoesThe Do (6)The Do (5)The Do (4)The Do (3)The Do (2)The DoSkateparkMarsatac (3)Marsatac (2)MarsatacFriendly Fires (2)Friendly FiresConcrete KnivesApplause (2)ApplauseAfrica Hitech

En savoir +

Premier soir du Festival Marsatac 2011, jeudi 29 septembre, Friche de la Belle de Mai, Marseille, 21h30-2h.

Site Officiel : http://www.marsatac.com

Crédits photos : Olivier Audouy

Vous avez aimé cet article ? Partage le !

Image de
: Etre thésard et mélomane, c'est possible. Enfin du moins pour l'instant ! Véritable électron libre dans le Sud de la France navigant entre Montpellier, Nîmes, Avignon et Marseille, je conserve cette passion à partager mes coups de cœur, mes trouvailles... et aussi mes coups de gueule. Pour ceux qui auraient envie d'en savoir un peu plus, vous pouvez toujours jeter un œil à mon site perso, Le Musicodrome (www.lemusicodrome.com).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article