Festival des Inrocks – Ebony Bones + Black Lips

par |
Vendredi 6 novembre. Dernier volet de nos aventures au pays des Inrocks tck tck tck, plus communément appelé « festival des inrock s » parce que au final peu sont ceux qui osent se risquer à prononcer euh. tchouk-tchouk tchouk ?... Tsuk tsuk tsuk ?

dsc_0020-2Bref, avec une programmation mélangeant découvertes prometteuses et têtes d’affiche branchées, l’ambiance mit un certain temps à se réchauffer, mais la fin de soirée fut terriblement excitante.

Alors que la salle est loin d’être pleine, on commence à 18 h 15 avec The Dodoz, seul groupe français de la soirée. Au départ ils ont un peu l’air d’être juste quatre lycéens bons en anglais et en musique. Mais ils dégagent néanmoins une chouette énergie et se débrouillent plutôt pas mal en livrant un teenage-rock brut de décoffrage. On se rend compte que les groupes des années 2000 ont déjà des héritiers et ceux-là font notamment penser à The Subways .

The Soft Pack, groupe californien qu’on jurerait anglais, est à peu près dans la même veine, mais en mélodiquement plus solide. Pas mal, dommage qu’il leur manque le charisme qui fait la différence entre un groupe sympatoche et un groupe vraiment cool qu’on a envie de voir et d’écouter pendant des heures.

On quitte un peu le monde des groupes à guitare pour le pays des blondes à paillettes. La petite Anglaise Victoria Hesketh, alias Little Boots, est une chanteuse mignonne avec une voie à peu près potable. Un petit air de déjà entendu, mais qu’importe, elle offre ce qu’on attend d’elle : une électro-pop légère qui faite danser et taper dans les mains, avec des refrains simples et entêtants comme celui du tube Earthquake . Sympa avec le public, elle prend avec humour le problème technique qui survient après trois chansons et accepte de chanter Mathematics à la demande d’un fan enamouré. Un moment pas désagréable, sauf bien sûr si on est allergique aux robes kitchs et/ou aux synthés.

black-2À ce stade de la soirée, l’ambiance est encore un peu tiède. La salle est comble et on sent bien que tout le monde attende avec impatience de passer aux choses sérieuses. Heureusement, les Black Lips arrivent ! Inventeurs du flower punk (là, en l’occurrence, on voit surtout le punk, sauf à considérer que les jeunes filles alcoolisées qui font régulièrement irruption sur scène ressemblent à des fleurs), réputés groupe le plus bordélique du rock actuel, les quatre d’Atlanta déclenchent instantanément une vague de folie dans le public.

Ce dernier se déchaine sur Drugs et Short Fuse, hurle le refrain de Bad Kids, envahit la scène quand le groupe entame O Katrina! et remue même sur les titres les plus « calmes » comme I’ll be with you . On a enfin droit à du vrai, du bon garage rock, cette musique avec ce petit son cradingue qui fait tout son charme, qui donne envie de boire de la bière,  et qui susurre à l’oreille de chacun : « Enlève ton pull-over et va joyeusement te faire des bleus dans la fosse ! ».

ebony2On a à peine le temps de se remettre de ses émotions avant la tornade Ebony Bones . Niveau costume, c’est pire que MGMT et Empire of the Sun réunis et on craint le genre de groupe chiant dont raffolent les bobos en mal d’originalité. C’est tout le contraire ! Objets musicaux non identifiés, les titres sont meilleurs les uns que les autres et même si on voulait se retenir de bouger, ce serait absolument impossible. «  We know all about us » a de quoi mettre la foule littéralement en transe. Accompagnée par les classiques guitare/batterie/synthé  ainsi que des instruments aussi variés que le saxophone, le tambour ou la petite cuillère sur bouteille de Jack Daniels, la chanteuse hypnotisante offre une performance scénique extraordinaire.

Le public reprend en coeur avec elle une version électrisée d’ Another Brick in the Wall de Pink Floyd . Lors du seul rappel de la soirée, le titre final, une reprise d’ I Wanna Be Your Dog des Stooges, provoque une invasion de scène encore plus massive que celle des Black Lips .

Crédits photo : Melchior Ferradou (http://www.flickr.com/photos/melchiorferradou/)

Partager !

En savoir +

The Dodoz : http://www.myspace.com/thedodoz
The Soft Pack : http://www.myspace.com/thesoftpack
Little Boots : http://www.myspace.com/littlebootsmusic
Black Lips : http://www.myspace.com/theblacklips
Ebony Bones : http://www.myspace.com/ebonybones

A lire sur Discordance : [Festival des Inrocks Bat for Lashes & Bat Lieutenant->1361] /[ Hockey, Fredo Viola, Dan Black->1359]

A propos de l'auteur

Image de : 18 ans, étudiante en prépa science-po à Paris, d'où principale activité dans la vie : réviser. Passionnée de rock, collectionne les t-shirts avec des noms de groupes dessus et essaye tant bien que mal de jouer de la basse. Aime aussi l'art, les bouquins, le cinéma... Espère avoir plus de temps pour aller à des concerts et écrire (live report, chroniques, interviews, chansons qui restent au fond d'un tiroir, etc.).

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article