Festival des Inrocks. Bad Lieutenant & Bat for Lashes

par Caroline S.|
Deux grands défis attendaient le festivalier à l'occasion du festival des Inrocks qui passait, ce mercredi, par l'Olympia : accueillir Bad Lieutenant avec le plus d'objectivité et le moins d'attentes possibles et faire fi de tous ses préjugés anti New Age devant la musique hippie-hype de Bat for Lashes . Une soirée placée sous le signe de la découverte et de l'ouverture donc, hauts les coeurs!

waves1-3Après avoir raté Wave Machines, programmé sans doute un poil trop tôt, c’est sans regrets que l’on assiste à la fin du set de Violens, jeune formation New Yorkaise à la musique très proprette, très écoutable, mais loin d’être transcendante. Dernière interlude avant l’arrivée très attendue de Bad Lieutenant, une petite française toute émue et mignonnette vient nous chanter quelques ballades pop-folk avec son groupe, La Fiancée . Sans être particulièrement impressionnant, il y a dans les textes et la personnalité de la chanteuse quelque chose de Françoise Hardy qui interpelle suffisamment pour souhaiter les revoir un jour, dans de meilleures conditions.

Et puis, arrive enfin Bad Lieutenant, le nouveau groupe de Barney Sumner ( Joy Division & New Order ) qui débute ce soir sa carrière live. Composé d’un noyau dur de trois guitaristes ( Phil Cunningham, Jake Evans et Sumner ), le groupe est rejoint sur scène par Stephen Morris (batteur de Joy Division & New Order ) et Alex James (bassiste de Blur ).

bad1-2Par où commencer ? Le poids du passé, l’intense relation affective de beaucoup d’entre nous avec les morceaux de Joy Division et New Order, peut-être aussi le manque de générosité d’un public souvent blasé, laissaient finalement peu d’amplitude à leur musique. C’est donc poliment et, ô tristesse, avec un soupçon de tolérance que l’on écoute des extraits de Never Cry another tear, alors que les reprises de Temptation, Crystal, et dans une moindre mesure, d’ Out of Control déchaînent l’enthousiasme de la foule. De fait, les chansons originales de Bad Lieutenant font très « musique à papa », la faute à une orchestration rock certes efficace, mais sans doute trop conventionnelle pour le goût actuel, très marqué par les fusions et emprunts inter-genres.

Pourtant, à y écouter de plus près, Bad Lieutenant fait beaucoup de propositions intéressantes, et parvient à ressembler beaucoup à New Order (les mélodies) tout en étant très différent (la guitare est ici omniprésente). Quoiqu’il en soit, la reconnaissance ne sera pas pour ce soir et c’est sous les huées d’un public vexé de ne pas avoir son rappel que le quintet se retire.

bat1-2C’est ensuite au tour de Natasha Khan, alias Bat for Lashes, de présenter son minois de petite fée à l’Olympia. Erigée en icône New Age, c’est avec beaucoup d’appréhension qu’on attend sa performance. Malgré nous, le mysticisme, les idées pseudo-métaphysiques, l’esthétique bougies/cosmos/pleine lune que revendique la chanteuse sur son deuxième album, Two Suns, n’est pas loin de friser le concept fumeux de  » pop spirituelle « . Ce n’est pas que la musique de Natasha Khan soit déplaisante, sa manie de désamorcer chaque morceau par des twists instrumentaux ou mélodiques est même plutôt appréciable et le caractère ambitieux du son de Bat for Lashes est à souligner, mais les clochettes, la gestuelle chamanique et l’inégalité des chansons (d’un Bat’s Mouth inspiré au tube en toc Daniel et à l’irritant Two Planets ) auront raison d’une sincère curiosité pour le phénomène.

Crédits photo : Benoit Darcy – http://www.zdar.net

Partager !

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article