Fairguson – The Lark Will Sing Again

par |
Fairguson, c’était l’une des bonnes surprises de l’année 2009 avec la sortie de l’album Tales From The 47 Willows, véritable voyage au cœur de l’americana. Le groupe étant dissout depuis, son frontman Thomas Sadoun revient seul avec The Lark Will Sing Again, un émouvant hommage aux 60’s.

Image de À des années lumières des aseptisées sensations pop ou electro du moment, Fairguson est de ces formations évoluant dans un registre intemporel et indémodable. Et il suffit de se plonger dans les premières minutes de ce nouveau disque, superbement amenées par l’enivrant The Shepherd, pour (re)découvrir les charmes d’un folk psychédélique aux teintes médiévales et féeriques comme au temps des Pentangle et autres Steeleye Span. Tout y est, des mélodies syncopées rondement exécutées dans de multiples instrumentations à la voix touchante et à fleur de peau, sans cesse appuyée par un certain vague à l’âme.

Il est d’ailleurs frappant de constater à quel point les émotions restent intactes, et la musique si maîtrisée, tant l’absence de tout de même cinq musiciens pourrait se faire ressentir. Mais il n’en est rien, Thomas Sadoun portant à lui seul et avec une classe tout à fait respectable le nom de Fairguson. Et pour cause, New Roses In Spring, Black Thursday et Time To Recovery sont autant d’épopées poignantes qui rythment ce périple sur les terres de la mélancolie.

En sus, lorsque que la cadence s’emballe quelque peu, l’ivresse qu’elle procure n’en est pas moins communicative, comme le prouve avec brio I Started A Fire, Smile et Sin Of Envy. Quant à Fair Maiden, Jonquils For The Soul, Nothing Moves ou encore le morceau éponyme, chacun achève de baigner l’auditeur dans un climat des plus reposants.

Ainsi, l’exaltante odeur de la nostalgie grise à nouveau les sens avec ce retour particulièrement enthousiasmant. L’élégance, la sincérité autant que la richesse qui faisaient de la musique de Fairguson un véritable enchantement ne sont aucunement dénaturées dans ce nouvel effort, bien au contraire. Le plaisir pour les oreilles est donc toujours aussi délectable, confirmant de ce fait le talent de son instigateur et sa passion pour une musique loin d’être révolue.

Partager !

A propos de l'auteur

Image de : Esprit ouvert vers le monde, aussi bien apaisé que profondément rock'n'roll, Ghost erre dans l'immensité des paysages musicaux d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Aucun commentaire

Abonnez vous au Flus RSS des commentaires

Réagissez à cet article